Actualité théâtrale

Du 3 au 23 octobre à Bordeaux

« Festival Novart »

Ce festival, digne d’une grande métropole comme Bordeaux, propose dans une vingtaine de lieux, de jour comme de nuit, une trentaine de propositions alliant cirque contemporain, danse, théâtre, musique, installations. L’an prochain, Bordeaux s’alliera à Saint-Médard en Jalles pour un nouveau festival international. Mais dès cette année le festival se veut à la fois ancré dans la région et ouvert à l’international. Il offre une vitrine à une dizaine de spectacles « made in Aquitaine », d’artistes émergents ou confirmés qui ont choisi Bordeaux et sa région comme point d’ancrage, tels Catherine Marnas, Michel Schweitzer ou Opéra Pagaï. Il propose aussi une fenêtre sur le monde des Etats-Unis à la Corée - avec la Pina Bausch de Séoul (Eun-Me Anh) qui fait danser douze grands-mères aux côtés de neuf jeunes danseurs dans un joyeux tourbillon - du Canada au Bénin, d’Israël à la Grèce, avec Still Life, une création du plus célèbre chorégraphe grec, Dimitri Papaioánnou.
C’est un festival de haute tenue artistique, mais aussi ouvert, joyeux, ludique, un festival qui traite de sujets actuels avec la distance qui convient. On peut y voir du théâtre contemporain (Nord) ou classique mais revisité (le Lorenzaccio de Catherine Marnas), des ballets modernes (Pneuma par le Ballet National de Bordeaux dans une chorégraphie de Carolyn Carlson) et de la danse contemporaine, des concerts. On sera surpris par la proposition du collectif Opera Pagaï, qui prend l’espace public comme champ d’investigation en plongeant le public dans une fausse réalité qui l’interpelle ou par les banquets littéraires dont un à partir des Trois Mousquetaires et un à partir de Bonjour tristesse.
Enfin on peut toujours boire un verre, grignote, discuter, chanter et danser à La voiture qui tombe, le QG artistique et festif du festival.

Micheline Rousselet

Festival Novart
Programme sur www.novartbordeaux.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Pièce en plastique »
    Dans cette pièce écrite en 2015, Marius von Mayenburg met en scène une famille, bien installée socialement, dont il excelle à montrer les rêves avortés, les contradictions, les frustrations et le mal... Lire la suite (20 octobre)
  • « Le poète aveugle »
    Jan Lauwers appartient à une génération d’artistes reconnus dans toute l’Europe, qui réinvente une écriture où se mêlent théâtre, musique, installation et danse. C’est la première fois qu’il est invité à La... Lire la suite (20 octobre)
  • « Haskell Junction »
    C’est à l’occasion d’un voyage au Canada, où il découvre la ville de Stanstead installée sur la frontière canado-étasunienne que Renaud Cojo a l’idée de cette pièce. À l’heure où des migrants poussés par... Lire la suite (19 octobre)
  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)