LV au lycée

Florilège des dysfonctionnements lors de la C.O

Exemples de dysfonctionnement dans les nouvelles épreuves de baccalauréat (témoignages de collègues).

Dans la plupart des lycées, les épreuves de Compréhension Orale se sont déroulées tant bien que mal… Pour la majorité des collègues le stress était grand : manipulations techniques, chronométrage, émargement, tout cela a dû être géré dans le temps des 16 minutes et 30 secondes de l’épreuve.

Des problèmes très divers se sont posés en fonction de l’organisation de l’épreuve et des moyens mis à la disposition des équipes, démontrant à quel point l’égalité des élèves devant l’examen national a été mis à mal. En voici quelques uns :

• Académie de Lille :

"Le rectorat a refusé l’anonymat des copies dans toute l’académie.
L’épreuve de CO n’est pas toujours surveillée par un professeur de la LV concernée.

Parfois les profs apportent leur propre PC.

Pour ce qui est de la correction des copies, il n’y aura pas d’harmonisation dans bien des cas."

• Lycée, académie de Créteil :

"Le jour de la CO, aucune salle n’était prête : des enseignants sont prêts à proposer de tout mettre en place eux-même l’an prochain !
Il a fallu remplacer des surveillants au pied levé.

L’épreuve n’était pas anonymée.

N’ayant aucune directive pour les tiers temps, les surveillants ont pris l’initiative d’ ajouter 3mn30 de rédaction.

Il y a eu des convocations sans demande d’arrivée à l’avance , sans demande de pièce d’identité. Des élèves n’ont même pas reçu leur convocation à temps."

• Lycée, académie de Bordeaux :

"L’épreuve de CO s’est déroulée le 26/02. Une vingtaine d’élèves devra repasser l’épreuve avec un deuxième sujet car il y a eu un problème technique dans leur salle : ils ont eu le son sans l’image."

• Lycée, académie de Strasbourg :

"Un collègue vacataire remplaçant une collègue hérite de ses 3 classes de terminale. Ce collègue assure des cours dans 3 établissements différents : il est tenu de faire 4 sujets (2 en LV1 et 2 en LV2) pour un lycée, autant de sujets dans son autre lycée et encore d’autres pour ses classes de terminale préparant le Bac Professionnel."

• Lycée, académie de Bordeaux :


"CO : les élèves seront 2 par table.
 L’équipe d’anglais a appris qu’il y avait une fuite, et à 24 h de l’épreuve les professeurs ont dû chercher un nouveau support."

• Lycée, académie de Lyon :

"Lors de l’épreuve de CO en allemand et espagnol, quelques élèves ont cru constater un “grésillement” dans l’enregistrement du sujet allemand. Aucun procès verbal n’a été rédigé.

Les parents d’élèves (FCPE) demandent d’annuler l’épreuve, parlant de « dysfonctionnements constatés »."

• Lycée, académie de Lyon :

"Pas de liste d’émargement lors de la remise des copies ; une copie a été égarée… et heureusement retrouvée plus tard."

• Lycée, académie de Toulouse :

"Un élève absent car convoqué à la JDC (Journée Défense et Citoyenneté, ex-JAPD)."

• Lycée, académie de Nancy-Metz :

"Un élève absent pour passer l’examen du code de la route.
Un autre absent pour déplacement prévu à l’étranger où il souhaite poursuivre ses études."

• Lycée, académie de Lille :

"Un professeur n’a été averti qu’in extremis avant la correction de l’inversion LV1 – LV2 de certains de ses élèves lors de leur inscription au baccalauréat."

• Lycée, académie de Besançon :

"Une enseignante d’anglais informe de pressions de parents faites sur le chef d’établissement pour que tel ou tel prof jugé trop sévère n’interroge pas les élèves et le chef accède à la demande..."

• Témoignage, académie d’Aix-Marseille :

"Nous avons eu au lycée des résultats très faibles en anglais et en espagnol à cette épreuve (en allemand notre collègue est allée à des réunions, formations avec l’inspectrice où les sujets ont été conçus collectivement !! et les résultats sont meilleurs !! surprise ??).

Suite à cela notre proviseur nous a fait comprendre que ces résultats remettaient en cause les alignements que nous avons depuis des années.

En effet, selon lui, si nous arrivons à de si mauvais résultats en utilisant autant d’heures, il y a un problème... mais il y a la prochaine épreuve d’expression orale pour que l’on puisse se rattraper !!!

On a bien pris conscience du chantage aux moyens qui nous est fait et en anglais nous avons décidé, en conseil d’enseignement, d’obtempérer et d’être très positifs quant à notre évaluation en Expression Orale mais nous avons informé notre inspectrice et notre administration, par écrit, des termes du "contrat".

En parallèle, notre adjointe, après avoir relu nos copies de compréhension auditive (sic !!) et nous avoir affirmé qu"il y avait plus à tirer de certaines copies que ce que certains examinateurs en ont tiré", a décidé d’envoyer à nos inspectrices le document sonore que nous avions choisi et notre grille de correction, pour arbitrage.

L’inspectrice d’espagnol est venue et a reproché aux collègues d’avoir utilisé ce qu’elle considère comme un document sonore non authentique (un reportage radio !), et à conseillé à l’avenir de ralentir le débit avec Audacity.... Non mais on croit rêver ! en fait on ne nous avait pas dit qu’il fallait désobéir aux textes !!

Il est également question que nos collègues d’espagnol recorrigent les copies !!!"

• Témoignage, académie d’Orléans-Tours :

"Nous avons donné aux candidats un document audio de type factuel sur un nouveau bâtiment à Londres qui s’appelle "The Shard". Comme titre de document donné aux élèves, nous avions voulu lever toute ambigüité et fait noter "London the Shard officially open".

Lorsque nous avons corrigé l’épreuve, nous nous sommes aperçus que beaucoup d’élèves avaient écrit que Big Ben était un nouveau bâtiment à Londres, qu’il avait été construit avec l’argent du Qatar et qu’il contenait des hôtels et des restaurants (en effet, le document audio mentionne une seule fois Big Ben au début, mais ensuite, the Shard est répété 4 fois).

Sur la grille de CO, il est bien indiqué "le candidat n’a pas su identifier le sujet du document", ce qui était le cas, donc nous avons mis 2/20 à pas mal de candidats.

Quand la proviseure du lycée a vu les notes, elle a immédiatement appelé l’IPR et nous a convoqués à une réunion avec ce dernier, au lieu de nous en parler."

• Paroles d’IPR :

“Prendre une classe de terminale ou plusieurs signifie donc désormais s’engager à accomplir un travail plus soutenu qu’en classes de seconde et première ; il faut prévoir la charge que représenteront ces épreuves orales mais aussi les entraînements dans le cadre du bac blanc éventuel”.

• Question d’élève :

« Alors si je suis entre 2 des niveaux de la grille de notation, j’aurai la note du plus bas des deux ??? »

• Question d’enseignant (Béziers) :

"Il est difficile de décider quelle tranche de notation attribuer… d’autant plus quand on se demande si l’enregistrement est bien « calibré »… s’il était trop difficile, faut-il relever la note ? ou l’inverse ?"

Autres articles de la rubrique LV au lycée