Communiqués

Formation des enseignants et avenir des IUFM : les inquiétudes persistent

La FSU a été reçue hier par le cabinet de V. Pécresse, cette réunion de travail prenait un caractère particulier suite aux déclarations de N. Sarkozy sur la « mastérisation » des enseignants.

La rencontre n’a pas levé les interrogations et les fortes inquiétudes que nous avons sur l’avenir de la formation et des IUFM.

La FSU a rappelé les principes qui guident ses revendications.

Enseigner est un métier qui s’apprend, la réussite des élèves en dépend. La formation des enseignants est un sujet qui engage l’avenir de notre école.

La formation doit être tout à la fois disciplinaire et professionnelle et fortement irriguée par la recherche dans ses dimensions académiques, didactiques et pédagogiques. Elle ne peut se limiter à un simple compagnonnage, mais au contraire se dérouler dans le cadre d’une véritable alternance, avec des aller-retours entre la théorie et la pratique.

Le processus de « mastérisation » annoncé ne correspond pas à un allongement réel de la formation, aujourd’hui effectivement à bac+5, sans reconnaissance universitaire. Une formation intégrant un master doit se traduire par une amélioration de la formation, de la qualification et s’accompagner d’une reconnaissance salariale. Pour garantir l’égalité sur le territoire il est essentiel de garantir le recrutement par concours nationaux de tous les enseignants.

Afin de garantir la diversité sociale des enseignants et des CPE, de véritables pré-recrutements dans les métiers de l’enseignement et d’éducation doivent être mis en place pour permettre à tous de suivre des études longues. Sur cette question, comme sur celle du contenu des concours ou de la place des concours, le ministère de l’enseignement supérieur se contente de renvoyer aux futures décisions du ministère de l’éducation nationale.

Des questions essentielles restent sans réponses :

Quels masters pour les enseignants et les CPE ? Quelle formation professionnelle initiale ? Quel cadrage national ? Quel avenir pour les IUFM et leurs personnels ?

La FSU a insisté sur la nécessité du développement du potentiel des IUFM, c’est à dire d’une structure bien identifiée dans l’Université qui participe au développement de la recherche en éducation.

La FSU exige qu’une véritable concertation s’engage avec tous les acteurs concernés, pour éviter que la réduction des moyens ne soit le seul motif des réformes à venir, auquel cas la « mastérisation » ne serait qu’un leurre médiatique.

En cette fin d’année scolaire marquée par de fortes contestations des réformes régressives dans l’éducation, la FSU appelle les personnels à poursuivre et amplifier leurs mobilisations pour défendre une formation de qualité.

Autres articles de la rubrique Communiqués

  • Bilan du quinquennat
    En annonçant que l’engagement présidentiel de créer 60 000 postes dans l’Éducation est tenu, la ministre fait l’impasse sur bon nombre de questions et de réalités. Les 60 000 emplois budgétaires sont... Lire la suite (28 septembre)
  • Le SNES-FSU enquête sur la réforme du collège
    S’il est trop tôt pour faire un bilan des effets de la réforme collège 2016 sur les élèves, il est déjà possible de regarder comment les établissements se sont organisés avec les nouveaux horaires et les... Lire la suite (21 septembre)
  • Réforme de l’évaluation des enseignants
    Le ministère envisage de développer l’accompagnement individuel et collectif des personnels pour recentrer l’évaluation sur l’aide et le conseil et permettre les échanges de pratiques professionnelles.... Lire la suite (19 septembre)
  • Grève du second degré
    Quels que soient les propos de la Ministre de l’Éducation, les faits ne mentent pas : nous sommes loin d’une rentrée apaisée. Les personnels du second degré ont pu mesurer à l’occasion de la rentrée... Lire la suite (8 septembre)
  • Tous en grève le 8 septembre
    La rentrée 2016 devrait voir mise en œuvre la réforme du collège imposée par le gouvernement alors même qu’elle est toujours contestée par la majorité des personnels du second degré. Ces derniers qui ont... Lire la suite (30 août)

Mots-clés