US 738 du 8 février 2014

Formation professionnelle des adultes<BR>Porter une réelle ambition

Le projet de loi relatif à « la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie
sociale » est en cours de discussion à l’Assemblée nationale.

En procédure accélérée, cette loi devrait être
votée à la fin du mois de février.

Ce texte propose la mise en oeuvre d’un compte
personnel de formation, qui peut être réglementairement
crédité de 150 heures avec des abondements
supplémentaires en fonction de la situation
des bénéficiaires, ouvert dès l’entrée dans la
vie active jusqu’au départ en retraite. Ce compte
pourra servir à accéder à des formations qualifiantes
en lien avec les besoins de l’économie et la
sécurisation des parcours des salariés.

En parallèle à ce compte, un conseil en évolution
professionnelle sera offert à tous dans le cadre
d’un service public de l’orientation coordonné
par les Régions. À ce niveau, le rôle des Régions
pourrait être majeur au niveau de l’orientation
des salariés dans la sécurisation de leur parcours
professionnel, mais également pour l’orientation
des jeunes en formation professionnelle initiale.

APPRENTISSAGE

Le projet de loi réforme également la formation en
apprentissage, en proposant davantage de garanties
pour les apprentis en termes de gratuité d’accès
aux formations et de leur contrôle, mais en
donnant également plus de pouvoir aux Régions
au niveau des financements et notamment de la
répartition de la taxe d’apprentissage. Il leur donne
ainsi la possibilité de piloter, par les subventions,
les cartes de formation professionnelle initiale
secondaires et supérieures.

Le financement de la formation professionnelle est
également réformé par une diminution de la
masse salariale versée par les petites, moyennes
et grandes entreprises, avec une amélioration du
contrôle des fonds versés pour éviter l’évaporation
de ceux-ci.

LIMITES DU PROJET

Ce projet, qui incontestablement clarifie un
domaine extrêmement opaque, qui accorde
quelques droits supplémentaires aux salariés,
pêche encore par le manque de garanties collectives
pour assurer l’effectivité de ces droits. Il pêche
également par le manque d’ambition qui risque de
ne pas permettre de relever le défi de l’accès à la
qualification des salariés les plus fragiles : jeunes
sans qualifications, chômeurs de longue durée ou
demandeurs d’emplois en fin de droits.

Et ce projet confère aux Régions une compétence
renforcée sur l’ensemble de la formation professionnelle,
laissant ainsi peu de place à l’État pour
définir des axes stratégiques de formations en
lien avec des axes de développement économique
dans les secteurs productifs ou du développement
écologique.

Dans ce cadre, la FSU se doit de porter ses propositions
pour améliorer ce projet de texte et contribuer
à ce qu’il ouvre réellement une ambition pour
la formation continue des citoyens qui en ont le plus
besoin. Le SNES-FSU prend toute sa place pour
porter cette ambition.

Thierry Reygades

Autres articles de la rubrique US 738 du 8 février 2014

  • Sciences expérimentales : entre discours affiché et réalités de terrain
    Quasi-disparition des groupes à effectifs réduits, réduction des horaires dans les séries scientifiques au lycée, augmentation des consignes de sécurité et principe de précaution : les sciences... Lire la suite (Février 2014)
  • À propos du curriculum
    Le SNES-FSU continue à réfléchir, avec d’autres, à la question des programmes et des pratiques. Par exemple, il participe au collectif CORPUS qui propose des débats, impulse un travail de réflexion... Lire la suite (Février 2014)
  • Conseil supérieur des programmes : lettre au ministre
    Le SNES-FSU, le SNEP et le SNUEP se sont adressés par courrier au ministre pour lui demander de desserrer le calendrier initialement proposé, comme ils l’avaient déjà fait, avec d’autres... Lire la suite (Février 2014)
  • Lycée Pagnol (Athis-Mons, 91)
    Mi-janvier, la réception des chiffres de la DGH a fait l’effet d’une douche froide : – 28 heures, et pourtant, autant de classes et d’élèves ! Résultat : suppressions d’un groupe de l’option... Lire la suite (Février 2014)
  • Lycée Condorcet (Lens, 62)
    Par un mouvement de grève très largement suivi, 37 enseignants de l’établissement entendent protester contre les sept suppressions de poste qui menacent la rentrée 2014 alors que les effectifs... Lire la suite (Février 2014)