Autour du Jazz

Hubert Dupont

« Golan, Al Joulan » Jeux de rencontres

Un groupe qui prend comme nom « Golan » ou « Al Joulan » en arabe fait clairement référence à ces populations syriennes et druzes habitant sur le plateau pour affirmer, quelle que soit l’intention de l’auteur, le bassiste Hubert Dupont en l’occurrence, une volonté de rendre visible ces Palestiniens dont les droits sont, chaque jour, bafoués.

Cette intention ne dit rien de la musique. Hubert Dupont a voulu composer une musique hybride qui tient du jazz pour permettre la créativité des musicien-nes qu’il a choisi et qu’ils l’ont choisi.

Haïfa est une curieuse ville même pour Israël. Les ports sont toujours plus ouverts au monde que les villes de l’intérieur. Celui là a joué un rôle dans la route de la soie qui passait par Samarkand et Boukhara. Le brassage de culture est important, entre ces israélien-nes, palestiniens, druzes… qui se revendiquent de la religion chrétienne pour simplifier. La ville est à l’image de ce Moyen Orient en train de sombrer.

Visiter Haïfa la nuit, comme le propose le compositeur est un enchantement. La nuit surgit les musiques, les rythmes entremêlées de ces cultures cousines qui n’arrivent pas à se reconnaître le jour. Les oppositions deviennent des fantômes incapables de s’imposer. Ils reviendront dés le jour levé…

Jazz : Hubert Dupont

Ce groupe composé – dans les deux sens du terme – pourrait figurer les rencontres nécessaires, les reconnaissances des autres pour vivre en commun. Hubert Dupond n’a pas cherché à copier la musique de cette Palestine divisée. Il conserve ses relations avec le jazz et les musiques improvisées. Ses improvisations à la contrebasse sont là pour le démontrer. Tout en ouvrant la voie à la mer de ces rythmes et instruments qui sont ceux de cette musique arabo-andalouse reprise et travaillée par les groupes palestiniens comme Al Joubran.

Hubert Dupont retrouve le percussionniste Youssef Hbeisch, vieux complice, qui lui a fait connaître Ahmad Al Khatib, palestinien lui aussi, joueur de oud pour à la fois s’inscrire dans la tradition et la dépasser pour aller vers un avenir incertain. La flûtiste, franco-syrienne, Naïssam Jalal – qui vient à son tour de signer un album qui évoque l’opposition démocratique en Syrie – apporte sa touche venue à la fois du Conservatoire français et des séjours à Damas, Beyrouth et Le Caire. Elle a été invitée par Matthieu Donarier pour participer à des expériences qui tiennent du jazz libre – il faut entendre le trio de Matthieu, l’un des plus ouverts – où elle a, pour la première fois, joué avec Hubert Dupont. Ce dernier ne l’a pas oubliée pas plus que Matthieu clarinettiste ici pour la référence affirmée au jazz. Zied Zouari, violoniste, est la découverte de cet album. Au total, un groupe soudé et un album réalisé en direct semble-t-il sur les hauteurs du Golan.

Une musique dansante, joyeuse – oui joyeuse – et multiple qui voudrait ouvrir des portes, celles de la reconnaissance de toutes les cultures pour construire l’air de ce 21e siècle qui s’épuise dans les querelles du passé.

Nicolas Béniès.

« Golan, Al Joulan », vol 1, Hubert Dupont, Ultrack

En concert le 25 janvier 2017 au New Morning.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • "La comtesse aux pieds nus"
    Rhoda Scott, née le 4 juillet 1938, organiste, s’est fait remarquer – et toute la presse en est l’écho – en jouant pieds nus. Plus agréable pour elle, sans doute. Le reste, son jeu, sa capacité de... Lire la suite (27 mars)
  • "L’Arménie au cœur"
    Ce n’est jamais une bonne idée que d’ignorer ses racines, qu’elles soient réelles ou imaginaires. Le jazz, musique ouverte, a toujours permis l’arrivée de nouveaux affluents. Par définition, il ne se... Lire la suite (17 mars)
  • "Quand un pianiste rencontre un accordéoniste…"
    Les noms parlent et parlent du Sud. Jean-Marie Machado et Didier Ithursarry, l’un sent bon l’Andalousie et le Flamenco, l’autre le Pays Basque et cette langue rugueuse, étrange comme venue... Lire la suite (17 mars)
  • « For Maxim, a jazz love story », Julie Saury
    Il doit rester un grand fonde de sexisme lorsqu’il est question de musique et, particulièrement, dans le jazz. Les instruments auraient un sexe. La batterie notamment serait, malgré son genre,... Lire la suite (14 février)
  • « Elvin Jones, New York City – Stockholm, 1956-1962 »
    Elvin – son seul prénom suffit, le deuxième était Ray, 1927-2004 – est connu comme le batteur du quartet historique de John Coltrane qui a révolutionné dans les années 1960 les mondes du jazz.... Lire la suite (31 janvier)