Actualité théâtrale

Jusqu’au 14 décembre 2013, à "La Folie théâtre", partenaire Réduc’Snes.

"Gouttes dans l’Océan" de Rainer Werner Fassbinder. Mise en scène Sylvain Martin.

Léopold, trente-cinq ans, a rencontré Franz, vingt ans, et l’a invité à prendre un verre chez lui. Franz est tout étonné de se retrouver avec un inconnu dans ces circonstances.

Léopold a toujours été bisexuel. Il a vécu une liaison de sept ans avec Véra et depuis, il a découvert qu’il aimait surtout faire l’amour avec des partenaires masculins.

Franz, qui est pourtant fiancé avec Anna, se laisse séduire par Léopold et, après avoir partagé son lit, s’installe chez lui.

Mais au bout de six mois de vie commune, Léopold est devenu irascible et ne cesse de faire des reproches à Franz. C’est le moment que choisit Anna pour téléphoner à Franz et tenter de le ramener à elle. Elle le rejoint chez Léopold au moment où celui-ci surgit, avec à son bras son ancienne maîtresse Véra…

Fassbinder a écrit "Gouttes dans l’Océan" à dix-neuf ans. Une pièce qui a été peu jouée en France, sans doute à cause de son côté sulfureux.

François Ozon adapta au cinéma, sous le titre " Gouttes d’eau sur pierres brûlantes" en 1999, cette "comédie avec fin pseudo-tragique" qui défie les règles de la narration théâtrale

mais contient toute la complexité et la finesse d’analyse propre au cinéma de Fassbinder.

De situations drôles en scène cruelles, la pièce invite le spectateur à participer à un jeu d’amour et de haine en allant sans cesse de la manipulation à la séduction.

La singularité de la pièce, tant par sa construction à la fois rigoureuse et imprévisible, toute en articulations brutales, que par son sujet, ne facilite certainement ni la mise en scène ni le jeu des comédiens constamment mis sur le fil du rasoir.

Les atmosphères contrastées relèvent parfois d’une véritable acrobatie narrative.

C’est pourquoi, il saluer le travail de Sylvain Martin et de ses quatre comédiens complices.

Car, en dehors de quelques maladresses (certains déplacements de personnages sur le plateau) chorégraphies ou play-back inutiles, le spectacle rend bien les atmosphères et par une scénographie dépouillée, tire son épingle du jeu d’une dramaturgie riche en rebondissements .

"A la Folie Théâtre" n’est pas visible de la rue de la Folie-Méricourt. Il se loge dans une cour arborée. Le hall est très accueillant avec des banquettes de velours rouge, son piano, son frigidaire accessible aux spectateurs. L’affichage annonce de nombreux spectacles pour enfants, de nombreux cours de théâtre, des classiques.

"A la Folie théâtre" appartient à la catégorie de ces petits lieux à découvrir dans les onzième et vingtième arrondissements, qu’a l’air de fréquenter un public de proximité.

Le spectacle est très applaudi.

Francis Dubois

A la Folie Théâtre, 6 rue de la Folie Méricourt 75 011 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 55 14 80

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)
  • « La mort de Tintagiles »
    « La mort est une force extérieure qui empêche tout mouvement qui s’oppose à elle. L’amour est une force intérieure qui incite à agir contre la mort ». Le texte de Maurice Maeterlinck, conte initiatique... Lire la suite (10 octobre)
  • « Mme Klein »
    À Londres en 1934, Mélanie Klein, que l’on peut considérer comme l’une des premières psychanalystes pour enfant dans les années 1920, vient d’apprendre la mort de son fils Hans à Budapest. Naturalisée... Lire la suite (9 octobre)
  • « Non, c’est pas ça ! (Treplev Variations) »
    Ils sont trois sur scène, une femme et deux hommes, ils devaient être treize et jouer La mouette , mais l’un d’eux, le metteur en scène probablement, s’est suicidé. Ils ont décidé de continuer le... Lire la suite (7 octobre)