L’action

Grève du 8 septembre : mobilisation militante et succès médiatique

La grève du 8 septembre remet la situation des collèges et des lycées dans le débat public. Quels que soient les propos de la Ministre de l’Éducation, les faits ne mentent pas : nous sommes loin d’une rentrée apaisée.

Près d’un quart des collègues en collège ont fait la grève ce jeudi 8 septembre. Dans la période chargée de la rentrée, et en renonçant à leur journée de salaire dans un contexte économique difficile, les personnels du second degré ont voulu donner ce message à la Ministre : il faut des mesures d’urgence, des discussions sérieuses sur la mixité, la lutte contre les inégalités, les conditions de réussite de tous les élèves au collège comme au lycée. Le choix d’une grève dès la première semaine de rentrée a permis de donner une visibilité médiatique nouvelle au conflit qui nous oppose à la Ministre de l’Éducation sur l’organisation du second degré.

Les personnels du second degré ont en effet pu mesurer à l’occasion de la rentrée l’état de désorganisation des collèges et les problèmes suscités en lycée par la montée des effectifs notamment. La volonté d’imposer à marche forcée une réforme des collèges combattue depuis plus d’un an par la majorité des collègues, de renouveler les programmes sur quatre niveaux simultanément produit ses effets ; problèmes d’emplois du temps, de manuels, incertitude sur le contenu de l’accompagnement, vies scolaires réduites, les problèmes s’accumulent.

Nous sommes loin du grand élan pédagogique dont on nous rebat les oreilles depuis des mois. De nombreux collègues font part de leur lassitude, du besoin de traiter sérieusement les questions éducatives, de sortir de l’empilement des prescriptions.

Ce sont toutes ces questions que le SNES-FSU entend bien continuer à porter dans le débat qui s’ouvre à l’occasion des élections de mai et juin 2017.

La CA nationale du SNES-FSU (délibératif) qui se réunit les 13 et 14 septembre décidera des suites que le SNES-FSU entend donner à cette action de rentrée. D’ores et déjà, le SNES-FSU met en place un observatoire pour mesurer l’effet réel de l’application des réformes dans le second degré, notamment en termes de décalage avec les objectifs affichés. Il appelle les collègues à lui faire remonter toutes les situations qu’ils vivent dans leur établissement afin d’alimenter cet observatoire.

Par ailleurs, l’intersyndicale du second degré se réunira rapidement pour débattre des suites de l’action contre la réforme collège2016.

Enfin, Le SNES-FSU invite les personnels du second degré à s’associer aux initiatives prises par l’intersyndicale interprofessionnelle CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL, le 15 septembre pour obtenir l’abrogation de la loi Travail imposée par l’utilisation du 49-3 et conquérir de nouvelles garanties et protections collectives.

Autres articles de la rubrique L’action