Actualité théâtrale

Théâtre de l’Athénée Louis-Jouvet, partenaire Réduc’Snes, jusqu’au 2 mars 2013

"Histoire du Soldat" Conte musical d’Igor Stravinski, texte de Charles-Ferdinand Ramuz Mise en scène Roland Auzet.

Joseph le soldat croise un jour le diable. Contre un livre magique qui prédit l’avenir ; celui-ci le détourne de sa route, de sa fiancée et lui échange son violon.

Quand le candide Joseph comprendra qu’il a tout perdu et surtout le tracé le sa vie, il sera trop tard.

Reste au soldat le livre qui lui accordera la fortune et la main d’une princesse. Mais le diable a-t-il fini d’accomplir toute sa tâche ?

Thomas Fersen est un talentueux compositeur de chansons, peut-être le plus talentueux, en tous cas le plus original, le plus inventif, de sa génération.

On l’a comparé à Serge Gainsbourg ou à Jacques Higelin mais ces flatteuses comparaisons ne suffisent pas à caractériser sa singularité d’auteur.

C’est plutôt comme le successeur de Charles Trenet qu’il faut l’entendre, comme un nouveau fou-chantant mêlant poésie à du quotidien et à de l’extravagance douce, mesurée, capable de nous emmener dans des univers à la fois palpables et hors de toute rationalité.

Les sorties de ses albums ne sont pas des événements, mais l’un s’ajoutant à l’autre, avec le même talent, la même obstination à ciseler ses textes, ils finissent par constituer une œuvre solide et surtout d’inspiration très cohérente.

Or, voilà le chanteur Thomas Fersen, non pas sur une scène de concert, mais sur celle du Théâtre de l’Athénée Louis-Jouvet où il interprète ce soldat Joseph et dit le texte de Charles Ferdinand Ramuz.

Sa prestation n’est pas celle d’un comédien chevronné mais il se dégage de sa maladresse à jouer son personnage, une sorte de charme qui en rejoint la fragilité.

Le conte musical d’Igor Stravinski, le texte de Ramuz ne sortiront pas grandis de cette discrète performance malgré un dispositif scénique joli à voir (Les musiciens juchés sur des plates-formes, montées sur le mur de fond de la scène et délimités par un tracé laser)

Mais pourquoi le violon de Joseph se transforme-t-il en un pistolet .dont Thomas Fersen, dans la position de l’affût, n’a pas toujours l’air de savoir quoi faire, dont il semble parfois bien encombré !

L’expérience valait peut-être le coup d’être tentée. Le spectacle se donne à l’Athénée Louis –Jouvet jusque début mars et on peut, pourquoi pas, faire le détour.

Francis Dubois

Athénée Théâtre Louis Jouvet Square de l’Opéra Louis-Jouvet 7, rue Boudreau 75 009 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 53 05 19 19

www.athenee-theatre.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Le poète aveugle »
    Jan Lauwers appartient à une génération d’artistes reconnus dans toute l’Europe, qui réinvente une écriture où se mêlent théâtre, musique, installation et danse. C’est la première fois qu’il est invité à La... Lire la suite (20 octobre)
  • « Haskell Junction »
    C’est à l’occasion d’un voyage au Canada, où il découvre la ville de Stanstead installée sur la frontière canado-étasunienne que Renaud Cojo a l’idée de cette pièce. À l’heure où des migrants poussés par... Lire la suite (19 octobre)
  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)
  • « La mort de Tintagiles »
    « La mort est une force extérieure qui empêche tout mouvement qui s’oppose à elle. L’amour est une force intérieure qui incite à agir contre la mort ». Le texte de Maurice Maeterlinck, conte initiatique... Lire la suite (10 octobre)