Actualité théâtrale

Théâtre Nanterre-Amandiers jusqu’au 8 avril 2012

"Home" de David Storey - Adaptation Marguerite Duras - Mise en scène Chantal Morel

Sur fond d’un écran blanc, une table et deux chaises. C’est là que vient prendre place Harry, costume, gants de peau et canne à pommeau et que le rejoint bientôt Jack, endimanché lui aussi, élégant, chapeauté. La conversation s’enclenche en un échange de banalités à propos de temps, de la couleur du ciel, de personnes qui passent à proximité. Jack est le plus bavard. Il veille à ce que le dialogue ne s’épuise pas, ce qui, d’évidence ne gênerait pas Harry qui ne s’exprime souvent que par des mots seuls quand ce ne sont pas des bafouillages toujours approbateurs.

Crédit photo : Sylvain Lubac

Lorsqu’ils quittent l’endroit pour une promenade d’un commun accord, viennent s’asseoir à leurs places, deux femmes qui, contrairement aux deux hommes, portent des vêtements ordinaires et dépareillés.

L’une a besoin du bras de l’autre car ses chaussures la font souffrir. Celles qu’on lui a fournies ne sont pas à sa pointure.

Jardin public ? La terrasse d’un hôtel ? Celle d’un établissement de cure ? Un asile d’aliénés ?
Lorsque les deux hommes réapparaissent, ils prennent place sauf qu’un autre personnage qui a fait une rapide apparition, a emporté une des chaises.
Mais alors, comment faire pour s’asseoir ?

Les propos acerbes des deux femmes, sur la défensive ou provocantes, contrastent avec ceux raffinés et neutres des deux hommes qui prennent garde de ne pas entrer dans le jeu d’ un échange verbal trop intime.

Qui sont ces quatre personnages et ce cinquième dont la gestuelle désordonnée pourrait être liée au fait qu’il a subi une intervention chirurgicale au cours de laquelle, on lui aurait ôté "un morceau de cerveau".

Mais les conversations dérapent, s’égarent, les femmes échangent des propos crus et si Harry accepte de donner le bras à la boiteuse pour un bout de promenade, il maintient ses propos dans une tonalité neutre et distante.

La mise en scène minimaliste de Chantal Morel qui avait créé cette pièce au milieu des années 80, laisse toute leur place aux personnages et à l’insignifiance apparente des dialogues, plongeant ce non-récit dans une sorte de malaise grandissant.

Les protagonistes sont pathétiques, dérisoires. Les dialogues et les situations souvent drôles, chaque personnage donnant sa partition dans une tonalité singulière. La gestuelle guindée, l’attitude frileuse de Harry, celle plus libre mais prudente de Jack se complètent parfaitement A l’opposé, Marjorie et Katleen extraverties, échappent de justesse aux archétypes, grâce au jeu malin des deux comédiennes.

Mais pourquoi avoir les avoir affublées de vêtements de fond de malle et leur avoir donné cet aspect négligé ?

"Home" appartient à tous points de vue au théâtre des années 70, date à laquelle la pièce a été écrite et créée avec grand succés.

Francis Dubois

Nanterre-Amandiers 7, Avenue Pablo Picasso 92 022 Nanterre

Réservations (Partenariat Réduc’snes) Tarifs réduits aux syndiqués Snes sur réservation impérative au 01 46 14 70 00 / www.nanterre-amandiers.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Haskell Junction »
    C’est à l’occasion d’un voyage au Canada, où il découvre la ville de Stanstead installée sur la frontière canado-étasunienne que Renaud Cojo a l’idée de cette pièce. À l’heure où des migrants poussés par... Lire la suite (19 octobre)
  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)
  • « La mort de Tintagiles »
    « La mort est une force extérieure qui empêche tout mouvement qui s’oppose à elle. L’amour est une force intérieure qui incite à agir contre la mort ». Le texte de Maurice Maeterlinck, conte initiatique... Lire la suite (10 octobre)
  • « Mme Klein »
    À Londres en 1934, Mélanie Klein, que l’on peut considérer comme l’une des premières psychanalystes pour enfant dans les années 1920, vient d’apprendre la mort de son fils Hans à Budapest. Naturalisée... Lire la suite (9 octobre)