Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

Un roman « vrai » de Roger Martin

" Il est des morts qu’il faut qu’on tue" Le phœnix de l’antisémitisme

Romain Delorme – ainsi s’appelle-t-il au début d’une histoire non chronologique – est aussi Maxime Tillier, nom qu’il prendra après des découvertes sur sa naissance est le personnage central de ce roman. Flic – on écrit flique à la fin du 19e -, agent secret, fils de gendarme il participe aux grands événements de ce siècle pourrissant qui se termine par la Première Boucherie Mondiale. Le récit commence là, en cette année 1914 qui signe la fin du 19e siècle.
Littérature : Il est des morts..."
Le narrateur a 43 ans lorsqu’il s’engage. Il y découvrira l’imbécillité de l’antisémitisme. Manière de raconter, pour Roger Martin, cette période qui va de la Commune à la fin de l’affaire Dreyfus et à la mort de Zola, vraisemblablement assassiné par ces antisémites avec l’aide d’une partie de l’armée et de la police. Les anathèmes, les insultes, les annonces de l’anéantissement total de la soi-disant « race juive » se retrouveront tout au long de l’histoire de cette France républicaine. Il met en scène le Préfet Andrieux, père d’un certain Louis Aragon faisant ainsi écho à la biographie de Philippe Forest parue aux éditions Gallimard. Delorme/Tillier meurt en 1940 au moment de la promulgation par Pétain du décret sur les Juifs les privant de droits et de nationalité. Le cri du mourant « ça ne finira donc jamais » est encore le nôtre… Oui, « Il est des morts qu’il faut qu’on tue » pour pouvoir faire vivre la fraternité.

Nicolas Béniès.

« Il est des morts qu’il faut qu’on tue », Roger Martin, Cherche Midi, 2015, 540 p.

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

  • Dracula ou la croisade des Temps modernes. Essai sur la figure de l’étranger
    Un drôle de livre. Son titre a de quoi interroger "Dracula ou la croisade des Temps modernes" et son sous titre n’arrange rien "Essai sur la figure de l’étranger". Peut-on cerner l’argumentation de... Lire la suite (12 avril)
  • "Madame St-Clair, reine de Harlem"
    Fille d’une matrone débrouillarde et autoritaire, puis servante chez des Créoles blancs dont le fils lui fera connaître les dites "amours ancillaires" sans amour aucun, vagabonde à Fort-de-France où... Lire la suite (11 avril)
  • "Le sourire de Gary Cooper"
    Hollywood, usine à rêves ? La fabrique est en construction dans les temps de ce cinéma amoureusement qualifié de muet. Les immigrés sont légions et ne parlent pas « fluenty » la langue de Walt Whitman.... Lire la suite (5 avril)
  • "La petite fille au dé à coudre"
    Il était une fois une petite fille de 6 ans dans une grande ville dont elle ne connaît ni la langue ni la géographie. Son « Oncle » l’abandonne dans la journée dans une boulangerie où tout le monde... Lire la suite (1er avril)
  • À l’origine notre père obscur
    Coupable d’être femme La mystérieuse écriture de Kaoutar Harchi dépeint une inégalité et une violence originelles : celles subies par les femmes enfermées par leurs époux, leurs frères, leurs pères... Lire la suite (28 mars)