Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Michel Ocelot (France)

"Ivan Tsarevitch et la Princesse changeante" Sortie en salles le 28 septembre 2016.

Chaque soir, dans un vieux cinéma désaffecté, une fille, un garçon et un vieux projectionniste se retrouvent et inventent, dessinent et imaginent des histoires et des héros de contes merveilleux.

Ils choisissent un personnage, un décor, un sujet et la machine féerique est lancée.

Ils incarnent, princes, princesses et aventuriers…

Cinéma : Ivan Tzarevitch

" Ivan Tsarevitch et la princesse changeante" est le dernier des quatre contes qui constituent un film de 54 minutes conçu pour un très jeune public mais auquel des spectateurs de tous âges, sensibles à une grande qualité artistique des réalisations de Michel Ocelot, peuvent trouver un centre d’intérêt.

La seule tranche d’âge qui risque de rester extérieure au film pourrait être celle des adolescents rompus aux jeux-vidéos et qui risqueraient de trouver ces histoires de princes et de princesses, un peu surannées.

Contre vents et marées, faisant fi des modes, Michel Ocelot réalise des films à contre-courant.

On se souvient de "Kirikou et la sorcière " en 1998, " Princes et princesses " en 2000, " Kirikou et les bêtes sauvages " en 2005, " Azur et Asmar " en 2006..

Ces animations conçues selon la technique du papier découpé sont un travail d’orfèvre dont on ne mesure pas, lorsqu’on les survole au cours d’une projection, la somme de travail qu’elles ont nécessité.

Les films de Michel Ocelot sont de vraies œuvres de résistance.

Ils sont de la part d’un metteur en scène doublé d’un vrai poète, l’expression d’un cinéma libre et le moyen de prouver que le cinéma d’animation qui va vers les nouvelles techniques (et y perd parfois son âme) peut innover tout en restant dans des formes narratives classiques.

Michel Ocelot n’est pas un cinéaste figé dans son art. Mais c’est à l’intérieur de techniques classiques auxquelles il reste fidèle, qu’il distille des audaces créatives qui, d’un film à l’autre apportent un renouvellement d’autant plus efficace qu’elles sont toujours discrètes.

Dans le monde formaté qui est le nôtre, nous avons besoin d’électrons libres, de rêveurs pour nous garder éveillés.

Avec Michel Ocelot, nous en tenons un….

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • "Notre révolution intérieure"
    "Nous devons être le changement que nous voulons voir dans le monde" - Gandhi "Il ne peut y avoir de changement de société sans le changement humain ."- Pierre Rabhi. Ces deux citations ouvrent... Lire la suite (22 janvier)
  • "Compte tes blessures"
    A 24ans, chanteur dans un groupe de hard-rock, Vincent vit seul avec son père, un poissonnier ambulant, depuis la mort récente de sa mère. Leur cohabitation n’est pas toujours facile. Les... Lire la suite (21 janvier)
  • "La cigale, le corbeau et les poulets"
    Début 2009, des balles de 9mm accompagnées de lettres de menace parviennent à différents hommes politiques en place ainsi qu’au Président de le République de l’époque, Nicolas Sarkozy. Les lettres sont... Lire la suite (14 janvier)
  • "Fleur de tonnerre"
    Née en 1803 au sein d’une famille de cultivateurs aux revenus modestes, Héléne Gegado deviendra une des plus grandes empoisonneuses de tous le temps avec, à son terrible actif, l’assassinat de vingt... Lire la suite (13 janvier)
  • "Corniche Kennedy"
    Depuis la terrasse de la villa du riche quartier de la Corniche où elle vit avec ses parents, la lycéenne Suzanne observe et photographie un groupe de jeunes gens qui, depuis les hauts rochers de... Lire la suite (13 janvier)