Actualité musicale, chanson...

JAZZ Actualités discographiques (1) Spécial ECM (distribué par Universal).

Le label de Manfred Eicher ne se lasse pas de publier des nouveautés avec une même esthétique qui, à la fois, marque bien la spécificité de ses productions et, à la longue, fatigue un peu l’auditeur si l’envie – ce que je ne conseille pas – lui en prend de les écouter à la suite. Les pianistes sont souvent dans la lignée de Keith Jarrett avec l’imagination en moins. Le piano sonne comme s’il était seul, loin de tous les autres instruments et la note isolée se laisse mourir sans qu’aucune autre note ne s’en préoccupe. Une image de notre époque moderne égotiste, repliée sur elle-même ? Lassant à la longue, ce piano qui ne sait plus être aussi un instrument de percussion et de fougue. Cette fougue qui se retrouve pourtant chez ce jeune homme de 82 printemps, Ahmad Jamal.
Dans l’ordre chronologique, apparaît sur l’écran Enrico Rava, trompettiste, et son quintet pour ce « Tribe », référence à quelques tribus connues et d’autres légendaires pour Rava, responsable de la quasi-totalité des compositions dont un « Choctaw » - une des nations amérindiennes – de très belle facture. Il faut dire que Gianluca Petrella est un tromboniste étonnant faisant sonner cet instrument étrange comme plusieurs autres. Le batteur, Fabrizio Sferra, lui, fait partie de ceux qui savent amener le sentiment qu’il faut, à toute force, aller de l’avant. Le pianiste, par contre, fait trop partie de cette nouvelle génération qu’ECM chérit. Mais il se fait oublier. Et entendre Rava est toujours une fête.
Jon Balke, avec son groupe « Batagraf », pianiste, claviers électroniques, darbouka et percussions, veut réaliser une sorte de collage entre toutes les musiques appelées « musiques du monde » - comme si le jazz ou la musique contemporaine n’en faisaient pas partie -, en se centrant sur celles de l’Europe du Nord, comme Jan Garbarek, et celle de la Méditerranée. Ici, dans ce « Say and Play » - une définition exacte du projet -, il mêle ses compositions aux poèmes de Torgeir Rebolledo Pedersen. Il arrive que ce soit très réussi mais il manque un peu d’oxygène. L’air est un peu trop confiné.
Tord Gustavsen, pianiste, propose son premier album, « The Well », en quartet. Tore Brunborg est un saxophoniste ténor qui a beaucoup écouté Jan Garbarek évidemment mais aussi les saxophonistes de la Côte Ouest. Il a cette sonorité héritée de Lester Young, un peu relâchée, « cool ». Il a aussi pris des leçons du côté de chez Andy Sheppard dont nous parlerons un peu plus loin. Le pianiste et leader de cette séance a visiblement quelque chose à dire, même s’il se rapproche par trop à la fois de Keith Jarrett et de « EST », trio qui a fait les beaux jours de cette musique venue d’Europe du nord jusqu’à la mort accidentelle du pianiste. S’il arrive à dominer ses influences, Gustavsen devrait faire parler de lui.
Tim Berne, saxophoniste alto, a une grande tessiture et sait faire passer sa révolte dans son instrument. Pourquoi, dans ces conditions, avoir fait appel à un pianiste, Matt Mitchell, tellement dans l’esthétique ECM qu’il en devient caricatural. L’auditeur a du mal à résister aux premières mesures du thème de début, « Simple City » où le pianiste s’écoute jouer au détriment de toute construction. Il faut attendre l’arrive de Tim Berne pour retrouver le goût de l’écoute. Le contraste est non seulement saisissant mais tient de la coupure totale de mondes qui n’ont pas grand chose en commun. « Snakeoil » - serpent d’huile ou huile de serpent ? – fait, par contre, de la rencontre avec Oscar Noriega aux clarinettes une sorte de déluge sonore qui nous transporte. Le pianiste n’est pas à sa place. Il plombe l’atmosphère.
Andy Sheppard, saxophoniste ténor et soprano, est connu pour ses collaborations avec Carla Bley. Il fut, pendant ces trois dernières années, en résidence à Coutances – un festival qui s’installe et devient une des grandes rencontres du mois de mai. Une très belle sonorité qui tient plus de l’école française, dite de Marcel Mule, que du jazz proprement dit. Il est ici en trio, « Trio Libero » - qui sert de titre à cet album -, en compagnie de Michel Benita à la contrebasse et de Sebastian Rochford à la batterie. Chaque morceau est une perle qui rend hommage à la fois au compositeur et au saxophoniste. Le trio s’entend bien mais, force est de constater, une légère torpeur nous prend au milieu du CD. Le mieux c’est d’écouter ces thèmes les uns séparés des autres.
 

Nicolas BENIES.
 

Enrico Rava, « Tribe » ; Jon Balke/Batagraf, « Say and Play » ; Tord Gustavsen quartet, « The Well » ; Tim Berne, « Snakeoil » ; Andy Sheppard, Michel Benita, Sebastian Rochford, « Trio Libero », ECM distribué par Universal.

Autres articles de la rubrique Actualité musicale, chanson...

  • Festival de musique de Besançon-Franche Comté
    Cette notice complète la présentation de ce festival de musique classique, publiée dans le cahier "spécial festival" de l’US Mag 771 du 10 juin (S’évader pour se retrouver) Créé en 1948, complété par... Lire la suite (30 juillet)
  • Festival Mots en liberté
    Comme nous l’indique son président, Jacky PETIT, « le quatrième festival de Saint Cirgues en Montagne ne saura pas démentir le projet initial de l’ association " Mots en Liberté". Les artistes qui,... Lire la suite (18 juillet)
  • "Live, Tribute to Erroll Garner" Pierre Christophe quartet
    Cette citation de Boris Vian pour dire la place essentielle d’Erroll Garner. Cet autodidacte, un fait rare dans les mondes du jazz contrairement à une idée répandue, a été incapable de jouer deux fois... Lire la suite (16 juillet)
  • "Puente Atlántico"
    Un pont musical entre France et Guatemala, au service d’une cause chère à nous tous, l’éducation pour tous. Depuis le Guatemala nous arrive un son très estival, très festival, qui fait un pont entre... Lire la suite (30 juin)
  • « Exils… » concert du Trio Serge Utgé-Royo
    Le grand poète et chanteur Serge Utgé-Royo, de la trempe d’un Léo Ferré qui le programma –tout jeune- en première partie de concerts, que nous avons déjà présenté à l’occasion de sortie d’albums ou... Lire la suite (13 juin)