Autour du Jazz

"Jazz before jazz. Autour de la musique de Louis Moreau Gottschalk "  Un passé plein d’avenirs

Quelle idée a germé dans la tête de ces deux musiciens, Lionel Martin, saxophoniste itinérant, navigant entre tous les styles, toutes les époques, et Mario Stantchev, pianiste bulgare d’origine et désormais lyonnais, de rendre hommage à ce concertiste étrange, compositeur bizarre né à la Nouvelle-Orléans, Louis Moreau Gottschalk (1829-1869) ? Des liens invisibles existeraient entre la métropole lyonnaise et la Nouvelle-Orléans de ce 19e encore marqué par l’esclavage ? Ce fils de financier juif londonien et d’une créole est une sorte de synthèse entre les cultures européennes – les Créoles de la Nouvelle-Orléans sont issus de famille française – et africaines. Il pourrait être un ancêtre du jazz. « Jazz before jazz » dit le titre de cet album, comme si cette musique sans nom bouillonnait déjà dans les bayous et dans toutes ces plantations du Sud comme dans les villes en formation du Nord des États-Unis désunis. Les esclaves sont présents au Sud comme au Nord notamment dans les ports, partout une forme de ce jazz du futur émergera.

Jazz : Jazz before Jazz

Les compositions de Louis Moreau entraînent l’auditeur dans un voyage à la fois dans les temps et dans les espaces. Pianiste et saxophoniste savent les habiter de toute la mémoire de ce 20e siècle pour leur donner cette actualité dont elles avaient besoin. Le concertiste a dû fuir les maris jaloux, les scandales… Il a donc sillonné l’Amérique latine, Cuba, Puerto Rico et il en a ramené des rythmes, des sons qui flirtent avec le présent.

Dans cette musique passe aussi la révolte contre toutes les oppressions. Une musique de la liberté qui reste toujours actuelle. Et dansante. L’appel des corps fait peur à tout ordre établi. Les esclaves chantaient et dansaient sur cette place qui avait servi de marché aux esclaves, Congo Square. Curieuse revanche, pleine de cette ironie qui sera propre au jazz.

Un voyage aussi dans tout le champ du jazz pour faire surgir l’inconnu, pour aborder d’autres rives à travers une vie, celle de Louis Moreau, pleines de rebondissements, de rencontres et de tentatives pour vivre pleinement. Cette sève circule chez les deux protagonistes qui se donnent entièrement.

Nicolas Béniès.

"Jazz before jazz. Autour de la musique de Louis Moreau Gottschalk " , Mario Stantchev & Lionel Martin, Cristal Records distribué par Harmonia Mundi.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • « Golan, Al Joulan »
    Un groupe qui prend comme nom « Golan » ou « Al Joulan » en arabe fait clairement référence à ces populations syriennes et druzes habitant sur le plateau pour affirmer, quelle que soit l’intention de... Lire la suite (30 novembre)
  • « Regards de Breizh »
    Deux compositeurs ou metteurs en images se partagent cet album qui se veut tout autant une ode à la Bretagne, terre de naissance, et au jazz, à l’enfance disparue et à la musique de demain sinon... Lire la suite (30 novembre)
  • « Eisler explosion »
    Das Kapital est, normalement, un trio. Daniel Erdmann aux saxophones, Hasse Poulsen à la guitare et Edward Perraud à la batterie explosive, construisent une musique qui sait parler de mémoires, la... Lire la suite (29 novembre)
  • « Freedom, Now ! »
    Un groupe qui s’appelle « Free Human Zoo » et qui se permet de pratiquer l’oxymore : un zoo en liberté, est-ce un zoo ? Est-on en liberté dans un zoo ? ne peut pas être fondamentalement mauvais ou... Lire la suite (29 novembre)
  • « Almot Wala Almazala »
    La Syrie est sous les bombes. Encore et encore… L’opposition démocratique a fait sienne ce slogan, la mort plutôt que l’humiliation, « Almot Wala Almazala » dans l’original et qui sert de titre à cet... Lire la suite (28 novembre)