Actualité théâtrale

Studio Hébertot, à partir du 24 mars 2016

"Je l’appelais Monsieur Cocteau" d’après le livre de Carole Weisweiller Adaptation Bérangère Dautun. Mise en scène Pascal Vitiello.

Carole Wiesweiller a connu Jean Cocteau alors qu’elle était encore une enfant.

Le poète vécut plusieurs années chez sa mère, Francine Weisweiller à Paris, Place des États-Unis, mais aussi dans la somptueuse villa Santo Sospir qui dominait la baie de Villefranche à Saint-Jean-Cap-Ferrat.

Malgré l’écart de l’âge, une amitié naquit entre Cocteau et Carole qui s’assortit, avec le temps, d’une grande complicité, et qui ne se démentit jamais jusqu’à la disparition du poète en 1963 dont la jeune fille fut très affectée.

"Je l’appelais Monsieur Cocteau " retrace, à travers ses souvenirs qu’elle évoqua dans son ouvrage éponyme paru aux Éditions Michel de Maule, les dernières années, peut-être les plus riches, de celui qu’on appela le Prince des poètes.

Théâtre : Je l'appelais Monsieur Cocteau

Sur un plateau presque nu, dans un décor simple dont les éléments (un fauteuil, une table en rotin, une échelle double) seront peu utilisés par les comédiens, les lumières et les effets de transparence apportent une dimension légèrement fantasmagorique à la présence sur scène d’un Jean Cocteau jeune et intemporel interprété par un comédien qui déjoue tout penchant à la nostalgie ou à la mélancolie et qui, au contraire, joue la carte de la jovialité espiègle.

Les souvenirs évoquent au passage les personnages de Picasso, de la comédienne Nicole Stéphane qui fut l’interprète de " Les enfants terribles ", le tournage du film auquel Carole assista alors qu’elle était enfant.

L’évocation est légère et tendre pour restituer au plus juste le personnage d’un Cocteau modeste et généreux que les accrocs de la vie blessaient au plus profond et rendre tout ce qu’il aura fallu de tendresse et d’attachement pour que cette rencontre improbable entre une gamine et le poète devînt cette longue et fidèle amitié.

Bérangère Dautun est une Carole Wiesweiller vieillissante, toute de délicatesse et de raffinement. Elle contrôle avec beaucoup d’élégance l’évocation afin qu’elle ne devienne jamais ni une indiscrétion, ni matière à un excès d’émotion.

Est-ce que dans les circonstances actuelles, face aux difficultés auxquelles se heurtent les petites structures théâtrales, ces formes de création modestes et sincères de la tenue de " Je l’appelais Monsieur Cocteau " ne servent pas mieux le théâtre que les grosses machines à fort budget dont on fait une vitrine trompeuse ?

Et même si les deux sont sans doute nécessaires, reconnaissons la ténacité, le courage de ces petites troupes anonymes qui font un travail de fourmi et qui compensent leur "pauvreté" par de l’inventivité et beaucoup d’énergie.

Francis Dubois

Studio Hébertot 78 bis Boulevard des Batignolles 75 017 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 42 93 13 04

www.studiohebertot.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Vertiges »
    Dans un entretien, Nasser Djemaï, l’auteur et metteur en scène de Vertiges, évoque ces cités où il a vécu enfant et leurs transformations avec la montée du chômage. On y trouve dit-il « des familles... Lire la suite (22 février)
  • « Fabrice Luchini et moi »
    C’est « une histoire vraie qui n’a jamais existé » que nous conte Olivier Sauton, celle d’un jeune homme qui voudrait être acteur. Une nuit sur un pont, il croise Fabrice Luchini, son idole et lui... Lire la suite (17 février)
  • « Noce »
    L’enfant est venue assister à la noce avec ses parents, une noce somptueuse, historique, où tout le monde rêve d’être invité. Rejetés de la grande entrée vers la petite porte au fond du parc, repoussés... Lire la suite (16 février)
  • « L’amante anglaise »
    Marguerite Duras était intéressée par les faits divers – on se souvient de ses interventions lors de « l’affaire Grégory » - et la folie la fascinait. L’amante anglaise , pièce qu’elle écrit en 1967,... Lire la suite (16 février)
  • « Parle-moi d’amour »
    Le couple qu’a imaginé Philippe Claudel vit ensemble depuis trente ans, habite un quartier huppé et a un appartement au décor design très chic. Au retour d’un dîner avec ses collègues, il l’agace par... Lire la suite (14 février)