Actualité théâtrale

Du 10 novembre au 11 décembre au Théâtre Douze

« Je me sers d’animaux pour instruire les hommes » Un spectacle en musique autour des Fables de La Fontaine

De la phrase-titre de la pièce, la Compagnie Aigle de Sable a tiré un joli spectacle autour de fables plus ou moins connues de La Fontaine. Jean de La Fontaine se prépare à une réception organisée en son honneur chez Madame de La Fablière, où il retrouvera l’élite de la Cour et des Arts et Lettres de son époque. Il y dira quelques-unes de ses fables et attend beaucoup de cette soirée, car il espère un fauteuil à l’Académie française. Un peu anxieux, il demande à sa servante de l’aider à s’habiller, mais aussi de lui donner son avis sur le choix des fables qu’il dira. La servante, un peu insolente et très fine, va l’amener à prendre conscience de certaines contradictions entre le message de liberté, de justice et d’indépendance face à l’autorité que véhiculent les fables, et les contraintes sociales de son temps.

Il est de nombreuses façons de mettre en scène les fables de La Fontaine. La Compagnie Aigle de Sable a choisi de les mettre dans la bouche de l’auteur et de sa servante, dans une situation qui renvoie au couple Pantalone-Arlequin de la Commedia dell’Arte. Entre Jean de La Fontaine, affublé d’un masque et sa servante à la vivacité insolente, s’engage une joute pleine d’humour où la légitimité du pouvoir est sans cesse interrogée. Et l’on découvre ainsi que le plus fort n’a pas toujours le dernier mot… mais qu’il l’a souvent !

La mise en scène s’ouvre sur un troisième personnage, la musique, avec de courts extraits du répertoire baroque joués par une belle harpiste qui donne à l’ensemble une tonalité lyrique et onirique et ne s’interdit pas d’intervenir pour la conclusion d’une fable.

Les éclairages sont beaux, les enfants sourient dans la salle et, tout comme leurs parents, sont heureux de retrouver des fables qu’ils connaissent tous, comme La cigale et la fourmi , et d’en découvrir d’autres, comme Le coq et le renard ou Les obsèques de la lionne.

Micheline Rousselet

 

Du jeudi au samedi à 20h30, le dimanche à 15h30.

Relâche les 11, 26 et 27 novembre

Théâtre Douze

6 avenue Maurice Ravel, 75012 Paris

Réservations : 01 44 75 60 31

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)
  • « La mort de Tintagiles »
    « La mort est une force extérieure qui empêche tout mouvement qui s’oppose à elle. L’amour est une force intérieure qui incite à agir contre la mort ». Le texte de Maurice Maeterlinck, conte initiatique... Lire la suite (10 octobre)
  • « Mme Klein »
    À Londres en 1934, Mélanie Klein, que l’on peut considérer comme l’une des premières psychanalystes pour enfant dans les années 1920, vient d’apprendre la mort de son fils Hans à Budapest. Naturalisée... Lire la suite (9 octobre)
  • « Non, c’est pas ça ! (Treplev Variations) »
    Ils sont trois sur scène, une femme et deux hommes, ils devaient être treize et jouer La mouette , mais l’un d’eux, le metteur en scène probablement, s’est suicidé. Ils ont décidé de continuer le... Lire la suite (7 octobre)