Journées de réflexion disciplinaire

Journée de réflexion disciplinaire sur la Révolution Française.

Le 16 mai 2013, le groupe histoire géographie du SNES proposait aux collègues une Journée de Réflexion Disciplinaire sur l’enseignement de la Révolution Française.
La problématique choisie était celle-ci : Entre patrimonialisation, nouveaux apports de la recherche et récits des élèves : comment bousculer l’enseignement de la Révolution Française ?

Nous partions du constat suivant :

Il pèse encore de nombreuses contraintes sur l’enseignement de la
Révolution Française : objet d’interprétations souvent clivées dans la
sphère scientifique, elle reste un moment d’histoire fondateur dont
l’histoire enseignée peine à donner une vision dynamique. Patrimonialisée
et affublée de lourdes finalités civiques, son étude dans le champ scolaire
est prise en tenailles par le continuum chronologique et le foisonnement
des évènements. L’écriture du programme de 4° actuel en porte les
stigmates, incapable de choisir entre repères incontournables et entrées
par thèmes (les acteurs : les femmes ou le peuple, la guerre, la vie
politique ou la question religieuse).

Alors que la Révolution revient dans l’espace politique et public, que la
recherche renouvelle et décloisonne les approches, et que le récit convenu
fait de la résistance, nous consacrerons la journée à tenter de bousculer
l’enseignement de la Révolution Française.

Première intervention : Enjeux et renouvellements possibles de l’enseignement de la Terreur par Guillaume Mazeau, historien, membre de l’Institut d’Histoire de la Révolution Française (IHRF).

Pour écouter l’intervention de G. Mazeau, cliquez ici
.

Deuxième intervention : Le récit lycéen de la Révolution Française ou comment les lycéens racontent et comprennent la Révolution Française par Laurence de Cock, professeur d’histoire géographie en lycée à Nanterre, fondatrice du collectif Aggiornamento Histoire-Géographie.

Pour écouter l’intervention de Laurence de Cock, cliquez ici.

Troisième intervention : Retrouver la prise de la Bastille ou comment redonner une épaisseur historique à un repère chronologique de l’histoire scolaire, par
Héloïse Bocher, historienne et professeur d’Histoire-Géographie en lycée à Pontault Combault.

PDF - 212 ko

Pour aller plus loin, des pistes bibliographiques.

PDF - 54.5 ko

Autres articles de la rubrique Journées de réflexion disciplinaire