Actualité théâtrale

Jusqu’au 21 février au Théâtre du Rond-Point

« Kvetch »

Nous avons tous peur du jugement des autres, peur d’être ridicule, de n’être pas à la hauteur de ce que notre employeur, notre partenaire dans la vie, nos amis attendent de nous. La trouvaille de la pièce de Steven Berkoff, dramaturge, metteur en scène et acteur bien connu, c’est d’alterner le discours des personnages dans la vie et ce qu’ils se disent à l’arrière de leur cerveau, quand ils relâchent l’emprise de leur surmoi. Et là ce qui se dit est beaucoup plus vulgaire, plus cru, laisse libre-cours aux désirs que chacun s’interdit d’exprimer par peur de choquer ou de cesser de plaire. L’auteur appuie le trait, croque des personnages écartelés entre leurs envies et la peur du jugement des autres. Le télescopage est violent, la langue ose tout pour dépasser les normes sociales, la bienséance, la morale, les préjugés et l’hypocrisie sociale.

Théâtre : Kvetch

Sophie Lecarpentier, la metteure en scène, dit de Steven Berkoff qu’il écrit « des partitions pour acteurs comme de la musique qui demande à être interprétée pour révéler sa puissance ». Elle a donc pris le parti d’une scénographie épurée : pas de décor, seulement cinq chaises d’écoliers, un fil rouge et un grand drap blanc où les amants peuvent se blottir … ou se tourner le dos ! Le comique crée par la collision constante entre le discours social convenu, où l’on parle de choses et d’autres de façon policée, et la pensée intérieure pleine de rancœurs, de peurs et de désirs inavoués, est servi par la mise en scène. Les acteurs se glissent sous les chaises ou s’avancent brusquement pour dire ce qu’ils ont en tête et qui contredit ce qu’ils viennent de dire à haute voix. Toute la place est donc donnée aux acteurs, à leurs paroles mais aussi à leurs corps, des corps qui se lâchent aussi, comme la parole. On rote, on pète, on baise et … on converse aimablement ! Stéphane Brel, Fabrice Cals, Anne Cressent et Julien Saada sont excellents. Un altiste crée un univers sonore, tantôt tranquille comme les propos échangés, tantôt grinçant et décapant, quand le monde intérieur des personnages transgresse leurs bonnes manières.

Micheline Rousselet

Du mardi au dimanche à 18h30, relâche le lundi et le 7 février
Théâtre du Rond-Point
2 bis avenue Franklin D. Roosevelt, 75008 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)
  • « La mort de Tintagiles »
    « La mort est une force extérieure qui empêche tout mouvement qui s’oppose à elle. L’amour est une force intérieure qui incite à agir contre la mort ». Le texte de Maurice Maeterlinck, conte initiatique... Lire la suite (10 octobre)
  • « Mme Klein »
    À Londres en 1934, Mélanie Klein, que l’on peut considérer comme l’une des premières psychanalystes pour enfant dans les années 1920, vient d’apprendre la mort de son fils Hans à Budapest. Naturalisée... Lire la suite (9 octobre)
  • « Non, c’est pas ça ! (Treplev Variations) »
    Ils sont trois sur scène, une femme et deux hommes, ils devaient être treize et jouer La mouette , mais l’un d’eux, le metteur en scène probablement, s’est suicidé. Ils ont décidé de continuer le... Lire la suite (7 octobre)