Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film d’Emmanuel Mouret (France)

"L’Art d’Aimer" Sortie en salles le 23 novembre 2011

Achille trouve sa nouvelle voisine à son goût mais celle-ci, qui n’est pas insensible au charme du quadragénaire, se pose à chaque fois une question essentielle qui en entraîne une autre. William donnera-t-il sa bénédiction pour que sa jeune femme commette une entorse à la fidélité conjugale avec Louis, qui se contentera d’une seule étreinte avec celle pour qui il brûle d’amour. Emmanuelle finira-t-elle par céder aux pulsions qui la font se jeter dans les bras de jeunes gens après vingt ans d’une vie conjugale exemplaire avec Paul qui ne comprend pas bien ce qui se passe.

Et Amélie, épouse fidèle s’il en est, acceptera-t-elle finalement d’accorder un après-midi de temps en temps à Boris, son ami et amoureux transi, à condition que cela se passe dans le noir complet d’une chambre d’hôtel. A moins qu’Isabelle, malheureuse en amour, veuille bien prendre sa place…

Une fois de plus, Emmanuel Mouret réussit une délicieuse et délicate comédie. Mais peut-être trop délicieuse et trop délicate pour emporter l’adhésion du public.

Et pourtant il ne manque rien à ces récits croisés, pour amuser et divertir, ni des situations cocasses, ni un dialogue toujours drôle, ni des comédiens au mieux de leur forme.

Depuis ses prometteurs premiers films "Laissons Lucie faire", "Changement d’adresse" ou "Un baiser s’il vous plait", Emmanuel Mouret n’a pas une seule fois failli et ses films sont à chaque fois un moment de vrai plaisir cinématographique en prise directe avec un sujet de société, ainsi la collocation dans " Changement d’adresse" ou le romanesque contemporain dans "Un baiser s’il vous plait".

Emmanuel Mouret travaille l’ironie avec un mélange de ruse et de candeur, de la même façon qu’il parle du sentiment, du désir ou de la morale. C’est sans doute une des raisons pour lesquelles le succès public qu’il mérite largement tarde tant à lui arriver. Il le fait sans jamais forcer le trait mais en tirant de ses interprètes le meilleur d’eux-mêmes.

Judith Godrèche ou Julie Depardieu, toutes en malice et candeur, n’ont jamais été meilleures qu’ici. Ni la fidèle Frédérique Bel, irrésistible, ni François Cluzet mis à l’épreuve de son désir remis aux calendes grecques…

Les films d’Emmanuel Mouret et " L’art d’aimer" plus encore, apportent au cinéma français et plus particulièrement à la comédie, une respiration, un souffle, une légèreté qui lui redonnent des couleurs. Comme Jacques Demy avait repeint Cherbourg, Rochefort et la comédie musicale, il repeint de couleurs vives et avec beaucoup de grâce, nos sentiments et nos désirs…

 

Francis Dubois

 

 

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Mémoires d’un condamné »
    Jules Durand, docker-charbonnier au port du Havre et syndicaliste modéré, est condamné à mort en novembre 1910 pour un crime qu’il n’a pas commis. « Le Dreyfus des ouvriers » sera innocenté par la cour... Lire la suite (21 octobre)
  • « Tous les rêves du monde »
    Pamela est une jeune fille portugaise de la deuxième génération. Elle vit en France et elle est parfaitement intégrée à la société française. Cependant, très attachée à sa famille restée fidèle à la... Lire la suite (20 octobre)
  • « Laissez bronzer les cadavres »
    Au bord de la Méditerranée, en plein été, sous un soleil de plomb. Pour cacher leur butin, deux cent cinquante kilos d’or en barre, fruit de l’attaque d’un fourgon, Rhino et ses comparses ont trouvé... Lire la suite (15 octobre)
  • « Bricks »
    La fabrication des briques espagnoles incarne la réussite puis la faillite économique d’un pays. La destruction d’un matériau symbolique sacrifié par la crise, par l’abandon de chantiers de... Lire la suite (15 octobre)
  • « The square »
    Christian est un homme divorcé qui aimerait consacrer plus de temps à ses deux jeunes enfants. Conservateur d’un musée destiné à exposer des œuvres d’art contemporain, il appartient à cette catégorie... Lire la suite (14 octobre)