Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de José-Luis Guérin (Espagne)

"L’académie des muses" Sortie en salles le 13 avril 2016.

Face à une assistance majoritairement féminine, un professeur de philologie charismatique distille des cours de poésie.

Le projet pédagogique repose sur les références aux muses de l’Antiquité pour dresser une éthique poétique et amoureuse.

Il donne lieu à des réactions contrastées, à un débat chez les étudiantes qui se prennent avec passion au jeu d’une "académie des muses" incarnée.

Projet utopique ou simplement matière à déclencher des discussions à bâtons rompus ? Simple phénomène de bavardage libre ?

Se succèdent des jeux de miroirs et de pouvoirs, de séduction et de désirs où chacun s’implique avec passion, où le faux cohabite avec le vrai, le factice avec le réel, où badinage amoureux et satire se conjuguent en référence aux amoureux chez Dante, Lancelot et Guenièvre, Orphée et Eurydice.

cinéma : l'académie des muses

Le film de José-Luis Guérin alterne différentes sortes d’images pour illustrer son propos.

Souvent, il cède à un esthétisme assumé en filmant à travers une vitre (fenêtre, vitre de voitures…) et en jouant avec des reflets de végétation, arbres, branches, feuillages sans jamais céder au naturalisme de la description.

Mais la caméra peut se placer à distance ou au contraire filmer en gros plans, comme si la parole devait être soutenue par le détail d’un visage ou par les expressions qui résultent d’une prise de parole passionnée.

Le cinéma de José-Luis Guérin se joue des genres et " L’académie des muses " s’applique à mêler de façon subtile, la part du réel et celle de la fiction.

Dans son film, le professeur est un professeur, son épouse est son épouse dans la vie, les étudiants sont des étudiants et tout le reste est fiction.

On pourrait dire que le déroulement des cours, les différentes interventions, le jeu des joutes oratoires appartiennent au domaine du documentaire.

Mais les mouvements de la parole deviennent mouvements du cœur et de la pensée et les conversations théoriques se transforment en drames.

Que deviennent les certitudes théoriques quand elles sont confrontées au drame intime qui survient ? Le film montre à quel point les plus armées intellectuellement déposent soudain les armes quand le doute, dans le domaine de la réalité, les saisit.

" L’académie des muses" est une œuvre étrange autant par son contenu que par sa construction, son découpage, et cet humour en rupture qui survient aux moments les plus inattendus. Une œuvre dont l’audace tient à la fois à la candeur et à l’érudition du propos.

Contrairement à ce qu’on pourrait attendre d’une telle démarche cinématographique, le film ne souffre d’aucune sécheresse conceptuelle.

Passionnés, drôles ou cruels, parfois un peu pervers, les complices de José-Luis Guérin sont les acteurs d’un film "d’action parlée" où l’on passe d’un sentiment à l’autre comme on passe d’une langue à l’autre.

"L’académie des muses " raconte sans effets ni concessions "commerciales" comment hommes et femmes ne cessent de creuser autour des terribles et délicieux mystères de leurs relations.

Un film audacieux et passionnant.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • "La cigale, le corbeau et les poulets"
    Début 2009, des balles de 9mm accompagnées de lettres de menace parviennent à différents hommes politiques en place ainsi qu’au Président de le République de l’époque, Nicolas Sarkozy. Les lettres sont... Lire la suite (14 janvier)
  • "Fleur de tonnerre"
    Née en 1803 au sein d’une famille de cultivateurs aux revenus modestes, Héléne Gegado deviendra une des plus grandes empoisonneuses de tous le temps avec, à son terrible actif, l’assassinat de vingt... Lire la suite (13 janvier)
  • "Corniche Kennedy"
    Depuis la terrasse de la villa du riche quartier de la Corniche où elle vit avec ses parents, la lycéenne Suzanne observe et photographie un groupe de jeunes gens qui, depuis les hauts rochers de... Lire la suite (13 janvier)
  • "Jamais contente"
    Si Aurore redouble sa classe de cinquième, ce n’est pas qu’elle manque des moyens qui lui permettraient de réussir sa scolarité mais c’est parce qu’elle est rentrée dans une spirale négative qui a fait... Lire la suite (10 janvier)
  • "Vivere"
    Pendant huit ans, de 2001 à 2009, Judith Abitbol est allée filmer une octogénaire, Ede Bartolozzi, dans son village en Italie. Huit années au fil desquelles une lente détérioration physique et... Lire la suite (9 janvier)