Enseignements technologiques et apprentissage

Dossier : « Apprentissage : financements massifs, bilan mitigé »

L’apprentissage, un monde éclaté (Dossier actualisé le 27/02/2011)

Quelques points de repère


1. Évolution de l’apprentissage
2. Géographie de l’apprentissage
3. L’apprentissage, une « filière » ?
4. Résultats, insertion... et ruptures de contrats d’apprentissage
5. L’apprentissage : un monde éclaté

1. Évolution de l’apprentissage

En 2006, les apprentis représentaient 19 % des jeunes en formation professionnelle initiale et 4,7 % des jeunes de 16 à 25 ans.

On note une stagnation des effectifs au niveau V (CAP, BEP), une stabilisation au niveau IV (Bac Pro ; BP) et un développement dans le post-bac.

TIFF - 55 ko
Evolution des effectifs d’apprentis
Evolution de 1983-84 à 2007-08, par type de diplôme préparé (source : Insee ; Depp)

Les formations industrielles prédominent largement ; elles regroupent 70 % des apprentis aux niveaux V et IV. Mais les filières de formation post-bac se développent surtout dans les services où elles sont majoritaires.

L’apprentissage est essentiellement masculin, plus que les formations scolaires équivalentes, avec de fortes disparités régionales. La figure de l’apprenti « ouvrier-technicien » ne reflète pas la réalité d’un apprentissage qui jusqu’au niveau bac reste un essentiellement un apprentissage traditionnel (coiffure, artisanat, bâtiment...).

Les très petites entreprises sont les principaux employeurs d’apprentis (environ 70 %). Ce n’est que pour l’apprentissage post-bac que les grandes entreprises prennent une part significative.

La durée des contrats d’apprentissage tend à diminuer. En 2007, seuls 54 % des contrats sont d’une durée d’au moins deux ans, contre 65 % en 2000.

Retour : en haut de la page

2. Géographie de l’apprentissage

On note de fortes disparités régionales ; pour jeunes de 15 à 19 ans, on peut y voir une structuration historique au niveau V et IV.

Pour les plus âgés, la première place de l’Ile de France n’est pas étonnante, pour des formations de niveaux III, II et I...

Poids des apprentis dans la population des jeunes :

de 15 à 19 ans ; de 20 à 24 ans

Source : Insee, "Bilan Formation-Emploi" (données 2007-2008)

TIFF - 108.8 ko
Géographie de l’apprentissage
Poids des apprentis dans la population des 15-19 ans et des 20-24 ans, par région en 2007 (source : IGN ; Insee)

Retour : en haut de la page

3. L’apprentissage, une « filière » ?

Pour que l’on puisse parler de « filière », il faudrait qu’une proportion significative des apprentis à un niveau poursuive au niveau supérieur et qu’ils représentent une part significative des apprentis à ce niveau supérieur.

En 2007, 36 % des apprentis poursuivent au niveau IV à l’issue d’une formation de niveau V, ils y représentent 50 % des effectifs d’apprentis, avec de fortes disparités selon les secteurs. L’existence d’une filière de l’apprentissage au niveau de l’enseignement secondaire professionnel peut se discuter, mais il faudra analyser l’effet de la généralisation du bac pro 3 ans.

Par contre la réponse est clairement négative pour les niveaux supérieurs. Seuls 12 % des apprentis de poursuivent au niveau III à l’issue d’une formation de niveau IV, ils y représentent 16 % des apprentis.

Retour : en haut de la page

4. Résultats, insertion... et ruptures de contrats d’apprentissage

Bien qu’« il n’existe pas de suivi régulier » (sic !), on estime qu’environ 25 % des contrats d’apprentissage sont rompus en cours de formation, principalement au cours des deux premiers mois. Au niveau V cela représente environ 30 000 jeunes, soit la moitié des 60 000 jeunes qui sortent du système scolaire sans qualification.

Les taux de réussite à l’examen des apprentis sont du même ordre que ceux des scolaires. Mais si l’on tient compte des ruptures de contrats, l’espérance d’obtention du diplôme est nettement plus faible pour les apprentis aux niveaux V et IV.

Examens, session 2009 (Source : RERS 2009)
 
CAP
BEP
Bac Pro
Scolaires Apprentis Scolaires Apprentis Scolaires Apprentis
Candidats 50 601 78 139 197 203 22 154 95 049 23 187
Reçus 41 947 61 754 152 183 16 520 75 110 18 400
Taux de réussite
82,9 %
79,0 %
77,2 %
74,6 %
79,0 %
79,4 %

La comparaison de l’insertion professionnelle des apprentis et des scolaires est délicate du fait du rôle majeur joué par les caractéristiques individuelles (diplôme surtout, mais aussi sexe, situation familiale, nationalité des parents...), barrières que les jeunes apprentis ont déjà en partie franchi.

Des études « toutes choses égales par ailleurs » estiment une probabilité d’emploi salarié, trois ans après la sortie de formation initiale, supérieure de 7 % pour les apprentis de niveau IV et V par rapport à des élèves de lycée professionnel ; d’autres études sont moins optimistes. De même, les apprentis pourraient espérer un salaire légèrement plus élevé de l’ordre de 3 %, mais ce résultat est contesté.

Des études similaires ne semblent pas avoir été menées au niveau post-bac, notamment pour les BTS, mais les taux bruts d’insertion et les salaires des ex-apprentis et des ex-étudiants sont quasi-identiques.

Aux niveaux V et IV, l’apprentissage représente donc un avantage en termes d’insertion , mais celui-ci est relatif et un développement massif de l’apprentissage pourrait laminer cet avantage.

L’apprentissage post-baccalauréat, celui qui se développe aujourd’hui, ne présente par contre pas d’avantage significatif sur ce plan.

Retour : en haut de la page

5. L’apprentissage : un monde éclaté

L’apprentissage regroupe donc une multitude de réalités différentes ; il forme un « monde éclaté ».

Les pouvoirs publics cherchent à donner une image unique, positive, de l’apprentissage et glissent d’un tableau à l’autre, pour faire miroiter à chaque fois la facette la plus valorisante.

Alors que l’apprentissage pré-bac et l’apprentissage post-bac forment deux univers très contrastés et assez étanches, le gouvernement s’appuie sur l’image valorisant de l’apprenti post-bac pour valoriser l’apprentissage aux niveaux V et IV. Et il s’appuie sur la nécessité pour chaque jeune d’acquérir au moins une qualification de niveau V pour développer l’apprentissage post-bac !

Retour : en haut de la page

- 
Voir aussi :

  • RERS 2010 :
  • Note d’Information (DEPP)
    • n° 09.21 L’apprentissage poursuit son essor en 2007 (07/2009)
    • n° 10.15 Les apprentis en 2009 : une insertion plus difficile (10/2010)
    • n° 11.01 La croissance de l’apprentissage marque une pause en 2008-2009 (01/2011)
  • DARES Analyses
    • n° 2009-30.1 L’apprentissage en 2007 : la durée des contrats continue de baisser (07/2009)
    • n° 2010-024 L’apprentissage en 2009 (04/2010)
    • n° 2010-077 Les apprentis sortis du système scolaire en 2004 : 86 % de jeunes en emploi 3 ans après... (11/2010)
    • n° 2011-010 L’apprentissage en 2009 (02/2011)
  • Le financement et les effectifs de l’apprentissage en France (CNFPTLV)
  • NetDoc n° 75 Les formations par apprentissage : un outil au service de la démocratisation de l’enseignement supérieur ? (12/2010)
  • NEF n° 40 L’apprentissage au sein de l’éducation Nationale : une filière sortie de la clandestinité (04/2009)
  • Bref (Cereq)
    • n° 223 L’apprentissage : une idée simple, des réalités diverses (10/2005)
    • n° 272 L’apprentissage : une idée simple, des réalités diverses (03/2010)

- 
Retour : sommaire du dossier

Autres articles de la rubrique Enseignements technologiques et apprentissage