Éditos

L’urgence d’une Europe plus sociale

Le Brexit ouvre une période de turbulences économiques et financières importantes pour le Royaume-Uni même si à terme, il est probable que ses relations économiques et commerciales avec les pays de l’Union changent peu

En revanche, cette secousse politique plonge l’Europe dans une phase institutionnelle et diplomatique complexe et relativement incertaine. Or que dire des premières réactions politiques des dirigeants français ! En proposant notamment un renforcement sécuritaire, ils s’appuient sur une analyse caricaturale du vote et du mécontentement des populations. Les raisons du Brexit sont bien évidemment multiples et hétérogènes, comme l’ont été les arguments du maintien. Il existe bien une récupération identitaire et nationaliste de la misère économique sociale et de la peur du lendemain.

Mais un grand nombre de mobilisations et d’expressions citoyennes mettent aussi en évidence les causes profondes des crises qui s’enchainent en Europe. Ainsi, dans notre pays, les choix libéraux, inscrits dans le marbre des traités et renforcés par les orientations de la Commission ou du Conseil européen sont bien à l’origine des contestations. La logique d’ensemble de la loi travail est en effet imposée implicitement par Bruxelles, la Commission européenne ,en échange, fermant les yeux sur un déficit budgétaire « excessif »de la France. Quant aux réorganisations qui ont provoqué les grèves récentes à la SNCF, elles découlent directement du projet de privatisation du rail en Europe programmée pour 2020.

Contre la gesticulation et les discours simplistes qui ont déjà commencé à fleurir et qui masquent mal la volonté de maintenir la logique libérale, il faut engager l’Europe sur une toute autre voie, alliant progrès social, solidarité et protection de l’environnement. Ce n’est certainement pas la logique financière, sécuritaire et mercantile qui le permettra.

Autres articles de la rubrique Éditos

  • Solidarité Turquie
    Quand cesseront les purges qui affectent depuis le coup d’état avorté, près de 93000 employés du secteur public en Turquie ? A ce jour, on estime à 38300 le nombre de personnels de l’éducation... Lire la suite (22 novembre)
  • Second degré : à nous de jouer
    Le débat des présidentielles est bien mal engagé : côté gouvernement, une défense de la scolarité obligatoire jusqu’à 18 ans qui sonne davantage comme un slogan que comme le projet de société qu’il... Lire la suite (2 octobre)
  • Rentrée en résistance
    Comme à chaque rentrée, le plaisir de retrouver collègues et élèves est là, ainsi que la volonté de bien faire nos métiers. Mais le contexte si particulier de crainte des attentats, de... Lire la suite (28 août)
  • Qui bloque ?
    L’insupportable discours des soutiens du gouvernement se développe autour deux axes : les organisations syndicales (et en premier lieu la CGT) qui appelleraient au blocage du pays seraient les... Lire la suite (29 mai)
  • 19 mai : grève et manifestations
    La France vit actuellement une situation surréaliste, dirigée par un gouvernement répétant en boucle que tout va mieux tandis que monte la colère sociale et que se déchire la majorité présidentielle.... Lire la suite (17 mai)