Livret de compétences

LPC : Ne rien se laisser imposer

Le SNES a interpellé le Ministre sur le LPC en lui adressant une Lettre Ouverte demandant un moratoire. Il appelle les collègues à ne pas renseigner ce livret au 2ème trimestre et rappelle que rien n’oblige les personnels à valider au fur et à mesure les compétences acquises.
De nombreux établissements se mobilisent pour ne rien se laisser imposer et exprimer leur refus du LPC.

Sommaire
- Audience du 23 février
- Mobilisation des établissements
- Consigne syndicale

Audience du 23 février

Alors qu’approche la période des conseils de classe du 2nd trimestre, la question du socle commun et de son évaluation est toujours aussi vive dans les collèges. Alors que le SNES n’a reçu à ce jour aucune réponse du ministre à sa demande publique de moratoire, les réunions et visites d’IPR se multiplient pour imposer aux équipes un livret de compétences qui suscite toujours autant d’interrogations et d’oppositions. Des logiciels privés d’évaluation font même irruption, même si la DGESCO affirme que seul le logiciel ministériel LPC fait loi, en lien avec Océan pour la session 2011.

Quant aux lourdes menaces que la mise en concurrence entre notation chiffrée et évaluation exclusive par compétences fait peser sur l’avenir même du DNB, la DGESCO s’est voulu rassurante lorsqu’elle a reçu le SNES en audience le 23 février en affirmant que l’évaluation du socle ne devait pas se substituer aux notes et qu’il n’était pas question de supprimer le DNB. Mais elle a aussi annoncé son souhait de revoir les épreuves terminales pour que celles-ci puissent servir d’appui à une validation du socle par le jury, ce qui montre au passage que le ministère est en difficulté pour obtenir des enseignants qu’ils renseignent le logiciel LPC. Une réflexion serait déjà amorcée avec l’Inspection Générale d’histoire géographie, avec l’idée de grilles de compétences à valider lors des corrections des futures épreuves du DNB.

Alors qu’il l’a supprimée en 6ème à la rentrée 2008, le ministère serait en train de réfléchir à une évaluation nationale diagnostique pendant le cycle central « pour permettre une personnalisation des enseignements ». Une telle « personnalisation » marquerait un renoncement à une ambition pour tous, une partie des collégiens n’ayant plus vocation à poursuivre leurs études après la 3ème, et devant se contenter de l’attestation de maîtrise du socle commun. Elle s’inscrirait pleinement dans le cadre du système éducatif redessiné par la loi Fillon de 2005 qui vise à articuler davantage le primaire et le collège d’une part, le lycée et l’université d’autre part.

Revenir au sommaire

La mobilisation des établissements

Comme les établissements ci-dessous, faites-nous parvenir l’état de la mobilisation dans votre collège et les documents que vous avez réalisés (tracts, courriers, motions, etc.).


Au collège Les Saules, nous serons incompéten(-ces)
Cela fait quelques temps déjà que la question des « compétences » se posait au collège Les Saules (Grenoble-Eybens). Comme ailleurs, nous étions nombreu/ses à refuser de participer au B2I, et la « note de vie scolaire » avait été presque unanimement rejetée. Le débat n’était donc pas entièrement nouveau lorsqu’il a été abordé en heure syndicale de rentrée. Nous n’avions alors pas tranché : le principal ne semblant pas pressé d’aborder la question.
Les premières réunions pour mettre en place les livrets de compétences ont accéléré les choses. Lors de l’heure d’info syndicale de décembre, les analyses du Snes rencontrèrent un large accord. Ce n’est pas l’idée d’évaluer des « compétences » qui fâche. Mais nous rejetons le livret et le socle commun : pas question de participer à cette farce pédagogique qui cache (mal) la volonté de trier les élèves et d’affaiblir les contenus scolaires tout en nous imposant un travail considérable. Sur 20 présent/es à l’heure d’info syndicale, 19 ont voté pour suivre les consignes du Snes : nous ne validerons aucun item avant le troisième trimestre. Si un moratoire n’est pas gagné, nous les validerons alors tous. Six collègues se sont dits prêts à aller plus loin en refusant toute validation. Mais la vigilance doit être constante : l’administration a déjà profité des oraux de stage des 3° pour essayer de nous faire remplir en douce quelques rubriques du livret... Ce que nous avons bien sûr


Au collège Émile Chartier de Darnétal, une consultation effectuée auprès de l’ensemble des collègues de façon très démocratique laisse apparaître que 2/3 des collègues ont refusé de remplir ce LPC, contre 1/3 qui se disaient prêts à d’éventuels aménagements sans pour autant aller jusqu’à entrer pleinement dans le dispositif tel qu’il est actuellement conçu (ne valider que certaines compétences, ne valider que dans certains cas spécifiques...).
Le principe d’une action collective unanime dictée par le choix majoritaire ayant été préalablement adopté, le LPC n’a donc pas été renseigné par l’ensemble des collègues du collège Émile Chartier.
Plus d’informations et argumentaire

Au Val de Reuil, les enseignants des collèges Pierre Mendès-France et Alphonse-Allais ont adopté une motion pour contester le LPC.
Plus d’informations et motion


Collège Olympe de Gouges Sainte-Pazanne, 44
Lors de l’heure d’information syndicale de février, à l’instar de nombreuses autres équipes pédagogiques d’autres collèges, dans le but d’enlever toute signification à ce dispositif, il a été décidé, au vote à main levée, par 18 voix pour et 5 abstentions (les 4 assistants d’éducation présents préférant prendre le temps de la réflexion avant toute décision), que tous les élèves verraient toutes leurs compétences validées par nos soins.
Il a été décidé d’une prise de contact avec les associations de parents d’élèves pour organiser une rencontre plus large.
Voir l’argumentaire développé par les collègues


Refus du LPC dans 6 collèges du Val-de-Marne
Toutes les précisions et les motions votées en CA sur le site du SNES de Créteil

et une Invitation à une Réunion-débat sur le livret de compétences et le socle commun, vendredi 4 mars à partir de 18h30 à Créteil


Le S1 du collège d’Homécourt, Meurthe-et-Moselle
a réalisé un argumentaire pour dénoncer le socle commun et le Livret de Compétences :

PDF - 192.1 ko
Argumentaire Homécourt


Dans les Hauts-de-Seine, les collèges Danton de Levallois et Les Ormeaux de Fontenay aux Roses expriment leurs raisons de refuser le Livret de compétences.
Argumentaire et lettre au Ministre sur le site du SNES de Versailles


Bilan du stage collège en Guadeloupe organisé début mars.

Sur le socle commun : pression des chefs d’établissement pour valider le socle sur les plateformes privées (pronote), avec des abus du genre (obligation de remplir les micro-compétences une par une, élève par élève, AVEC une justification de chaque validation).
Toujours sur le socle, pression des chefs d’établissement pour imposer le logiciel payant SACOCHE qui serait compatible avec le logiciel SCONET.
La consigne SNES de ne rien valider avant le troisième trimestre & de tout valider en bloc ensuite passe d’autant mieux que les collègues qui se penchent sur le problème découvrent la charge monumentale de travail que cela représente.

Revenir au sommaire

La consigne syndicale du SNES

Face aux problèmes que pose l’obligation réglementaire de renseigner l’ensemble du livret personnel de compétences à partir de la session 2011 du DNB, le SNES appelle les collègues à ne pas renseigner ce livret au 2ème trimestre et rappelle que rien n’oblige les personnels à valider au fur et à mesure les compétences acquises.

Il a solennellement interpellé le ministre par lettre ouverte le 11 janvier 2011 pour lui demander un moratoire en attendant les conclusions d’un débat approfondi au sein de la communauté éducative sur cette forme d’évaluation.

Si le ministre devait persister dans son entêtement, le SNES appellerait alors les collègues à renseigner, par principe, le livret de compétences pour tous les élèves en validant tous les items en fin d’année (afin de ne pénaliser aucun élève pour le DNB tout en décrédibilisant l’idée même de socle) et médiatiserait l’action au niveau national, avec relais dans les S2 et S3.

Revenir au sommaire

Autres articles de la rubrique Livret de compétences