Actualité théâtrale

Théâtre du Rond-Point, du 3 au 27 novembre 2016

"La cuisine d’Elvis" de Lee Hall Mise en scène de Pierre Maillet.

Dans une famille au fonctionnement bancal, survient un jeune homme que la mère, femme légère, a séduit et ramené chez elle.

Sa présence dans la maison n’est pas du goût de Jill, l’adolescente de quatorze ans, boulimique bougonne et passionnée de cuisine.

Le père qui, toute sa vie, a exploité sa ressemblance avec Elvis Presley est aujourd’hui dans un fauteuil roulant, végétatif.

Que va-t-il se passer entre la mère nymphomane, anorexique et alcoolique, l’adolescente qui enfourne des tartes et s’éveille à la sexualité et un père grabataire dont le sexe est constamment en érection.

Tension et rivalité vont être conduites au paroxysme par la difficulté de choisir entre la mère et la fille, d’une espèce d’ange satanique ou d’homme terriblement ordinaire.

Théâtre : La cuisine d'Elvis

Le spectacle qui résulte de cet embrouillaminis sulfureux est tout à la fois drôle et pathétique, irrésistible et douloureux. Il est rythmé par des intermèdes chantés au cours desquels, le père ressuscité, est renvoyé à sa passion passée pour Elvis Presley. Il devient, l’espace d’une chanson,

la réincarnation de la "bête de scène", l’artiste le plus sensuel et le plus érotique de l’histoire du rock et de la pop.

"La cuisine d’Elvis " est une pièce hybride qui restitue tout ce qui peut se passer entre les quatre murs d’une pièce, entre des personnages à vif, avides, impatients, pressés de céder à l’opportunité et au désir qui leur vient.

Ils sont surpris dans leur intimité, en état d’incandescence. Mettant leurs travers, leurs secrets en lumière, ils deviennent, dans des intervalles pathétiques, les spectateurs d’eux-mêmes et de leurs agissements.

La pièce de Lee Hall relayée par la mise en scène jubilatoire de Pierre Maillet est-elle comédie dramatique ou cabaret tragi-comique ?

C’est en tout cas, un spectacle qui mélange avec bonheur différents genres théâtraux, où le même décor tient à la fois du laboratoire culinaire, de l’intérieur petit-bourgeois et de la scène de music-hall.

Et tant mieux si le sujet de la pièce est indéfini, si les ingrédients dramatiques qui le sous-tendent

vont de la haine à la jalousie, de la faiblesse du mâle pris de désir, du dégoût jusqu’à l’attirance et peut-être jusqu’à la folie des êtres quand ils sont égarés dans la solitude.

Les comédiens sont tous épatants et en sortant, nombreux étaient les spectateurs qui fredonnaient une chanson d’Elvis Presley…

Bon signe !

Francis Dubois

Théâtre du Rond-Point 2 bis avenue Franklin-Roosevelt 75 008 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 44 95 98 21 / www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « On a fort mal dormi », d’après « Les naufragés » et « Le sang nouveau est arrivé » de Patrick Declerck.
    Tour Saint-Jacques, milieu des années 80, un homme attend le bus de ramassage des SDF qui le conduira jusqu’au Centre d’accueil de Nanterre. Il fait froid. Il est transi, sans boulot, sans... Lire la suite (24 février)
  • « Interview »
    Quel est le secret d’une bonne interview ? L’interviewer pose-t-il sa question pour entendre la réponse qu’il attend. Ou bien, au contraire est-il dans l’attente d’une réponse qui va le surprendre..... Lire la suite (23 février)
  • « Vertiges »
    Dans un entretien, Nasser Djemaï, l’auteur et metteur en scène de Vertiges, évoque ces cités où il a vécu enfant et leurs transformations avec la montée du chômage. On y trouve dit-il « des familles... Lire la suite (22 février)
  • « Fabrice Luchini et moi »
    C’est « une histoire vraie qui n’a jamais existé » que nous conte Olivier Sauton, celle d’un jeune homme qui voudrait être acteur. Une nuit sur un pont, il croise Fabrice Luchini, son idole et lui... Lire la suite (17 février)
  • « Noce »
    L’enfant est venue assister à la noce avec ses parents, une noce somptueuse, historique, où tout le monde rêve d’être invité. Rejetés de la grande entrée vers la petite porte au fond du parc, repoussés... Lire la suite (16 février)