Actualité théâtrale

Du 7 au 17 juillet au Festival d’Avignon

« La dernière idole »

Pour nous conter l’histoire d’une idole qui vieillit, continue les concerts malgré la lassitude, pour fuir le vide et éloigner le spectre de la mort, Hélène François et Emilie Vandenameele, qui signent aussi la mise en scène, ont lâché la bride à leur imaginaire en s’inspirant de la vie de Johnny Halliday. Le chanteur, son nom n’est pas prononcé, parle de ses succès, de sa famille, de son goût pour l’alcool, les gitanes et les femmes, de ses tournées, du vide, de la solitude et de la tristesse qui suivent la poussée d’adrénaline sur scène. Á force de toujours vouloir vivre intensément, la star oublie de vivre. Et à travers ce portrait s’impose l’idée que c’est le regard des spectateurs qui construit l’idole, que celle-ci devient prisonnière de son image et n’arrive plus à lui échapper.

Théâtre : La dernière idole

Pierre-François Garel, cigarette aux lèvres, est assis devant une très longue table encombrée de verres et de bouteilles occupant tout l’espace, comme pour combler le vide dont le chanteur ne cesse d’avoir peur. Il se lève, fait de la muscu, fume, boit, téléphone à sa femme, prend le micro et la pose du rocker. Il se révolte, s’emporte contre ce qui l’entrave, revient sur son passé, ses concerts, ses rencontres, travaille avec les meilleurs pour être le meilleur.

L’acteur fait aussi passer le doute, le besoin de flamber pour échapper à la solitude, une vie qui se résume de plus en plus à combler le vide. Et quand tombent sur lui des paillettes, de la poussière et des billets, tandis que retentissent clameurs et applaudissements, l’émotion nous emporte.

Micheline Rousselet

Tous les jours du 7 au 17 juillet à 22h40 à l’Artephile

7 rue Bourgneuf, Avignon

Du 18 au 22 avril 2017 au Théâtre Jean Arp à Clamart

Le 25 avril 2017 à L’Avant-Seine à Colombes

Autres dates à venir

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Contagion »
    Nombreux sont ceux qui ont cru, tout au moins au début, que le développement des réseaux sociaux allait permettre de sortir du formatage des media et contribuer à redonner vie à la démocratie en... Lire la suite (4 août)
  • « De si tendres liens »
    Dans une série de tableaux successifs se déploie la relation d’une mère divorcée et de sa fille unique, une relation où les souvenirs de l’une rencontrent ceux de l’autre avec ce qu’il peut y avoir de... Lire la suite (3 juillet)
  • « Night in white Satie »
    Un drôle de bonhomme, ce Monsieur Satie, avec son pince-nez un peu de travers, ses costumes de velours (il en acheta sept identiques, tous de couleur moutarde, à la suite d’un héritage), son chapeau... Lire la suite (28 juin)
  • « Anne Baquet, soprano en liberté »
    Une soprano à la voix magnifique, c’est ce qu’on attend, mais quand en plus elle est rieuse, joueuse, sensuelle, bourrée d’énergie et d’humour et qu’elle forme un duo très drôle avec sa pianiste Claude... Lire la suite (14 juin)
  • « Monsieur de Pourceaugnac »
    Á Paris Eraste et Julie sont épris l’un de l’autre, mais Oronte le père de Julie a décidé de la marier avec un riche gentilhomme limousin, Monsieur de Pourceaugnac. Pour faire échouer ce projet une... Lire la suite (13 juin)