Actualité théâtrale

Théâtre Artistic Athévains, jusqu’au 31 mai 2011

"La dernière leçon" de Noëlle Châtelet, adaptation et mise en scène Gérard Chatelain

Une femme de 92 ans qui, en tant que sage-femme, a assisté des milliers de naissances au cours de sa carrière, annonce un jour à ses enfants qu’elle va mettre fin à ses jours.
La date est choisie en toute lucidité et elle explique qu’elle souhaite une fin de vie digne avant que la maladie ou la démence ne s’empare d’elle.
Celle-ci est l’histoire de la mère de l’auteur qui a mis ses projets à exécution quelques semaines après l’annonce de son suicide et le texte, qui a été ici adapté par Gérard Chatelain, est celui d’une longue lettre que Noëlle Châtelet à adressée à sa mère après sa mort.
Dans cette lettre qui échappe à toute sensiblerie, à tout épanchement excessif, elle exprime la douleur de la disparition très adoucie par la complicité qui a lié plus que jamais les deux femmes au cours de cette période des préliminaires.
Alice a aidé ses enfants à emprunter avec elle le chemin de la mort avec fermeté, dignité et un humour certain. Et c’est la restitution de ces moments là, tout simples et quotidiens, desquels émane la plus grande émotion.
Que la vieille dame se questionne à propos des vêtements qu’elle choisira pour l’occasion, une interrogation qui déclenche le fou rire des deux femmes ou qu’elle annonce que son four a rendu l’âme, avec la même légèreté, c’est ici, dans la dédramatisation et loin des épanchements que le texte est le plus fort.
Il faut aimer beaucoup la vie pour se donner la mort. C’est ce qui ressort de ce choix et cette dernière leçon est le magnifique cadeau qu’une mère offre à ses enfants, rendant à la fois hommage à une existence bien remplie, faite de bonheur et de générosité et à une mort digne décidée en toute présence de ses moyens.
Catherine Rétoré qui joue Alice, est à la hauteur de ce défi théâtral. Elle est sobre, précise et sait rendre au texte ses fluctuations et rupture de ton, donner l’émotion là où le texte la cache. Le jeu de marionnettes qui l’accompagne est peut-être plus discutable. La vieille dame avait-elle la silhouette d’une paysanne en jupe longue rustique et chignon serré ? Et on aimerait connaître le sens qu’on a voulu donner au fond de nuit étoilée qui surgit pendant le spectacle de faon récurrente.
"La dernière leçon" reste en dépit de cette petite réserve, un beau et troublant moment de théâtre.
Francis Dubois

Théâtre Artistic Athévains
45 bis Rue Richard Lenoir Paris 11ème
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 56 38 32

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)
  • « La mort de Tintagiles »
    « La mort est une force extérieure qui empêche tout mouvement qui s’oppose à elle. L’amour est une force intérieure qui incite à agir contre la mort ». Le texte de Maurice Maeterlinck, conte initiatique... Lire la suite (10 octobre)
  • « Mme Klein »
    À Londres en 1934, Mélanie Klein, que l’on peut considérer comme l’une des premières psychanalystes pour enfant dans les années 1920, vient d’apprendre la mort de son fils Hans à Budapest. Naturalisée... Lire la suite (9 octobre)
  • « Non, c’est pas ça ! (Treplev Variations) »
    Ils sont trois sur scène, une femme et deux hommes, ils devaient être treize et jouer La mouette , mais l’un d’eux, le metteur en scène probablement, s’est suicidé. Ils ont décidé de continuer le... Lire la suite (7 octobre)