Communiqués

La fuite en avant du président-candidat

Communiqué de presse du SNES-FSU et du SNEP-FSU

Nicolas Sarkozy a présenté mardi soir à Montpellier son programme pour l’éducation.
Ce discours, qui est marqué par un aveuglement sur le bilan de sa politique éducative et un mépris insupportable pour les personnels et le second degré, constitue une fuite en avant dans la casse du système éducatif.
Temps de présence accru des enseignants, polyvalence des enseignants, stigmatisation du second degré présenté comme responsable de tous les maux de l’Ecole, destruction du collège unique et orientation précoce des élèves, les chefs d’établissement devenant chefs d’entreprise…
Autant de mesures et de propos qui non seulement sont rejetés par la profession mais nient les réalités du second degré aujourd’hui.

Les études sur le temps de travail des enseignants montrent qu’il s’élève à 40 heures hebdomadaires en moyenne : préparation des cours, concertation pédagogique, correction, suivi des élèves. Le discours sur le temps de présence, outre qu’il constitue un marché de dupe (44% de temps de présence en plus, 25% de salaires en plus), a pour seul objet politique de jouer les parents contre les enseignants, la société contre son école. La question en effet n’est pas celle de savoir si les enseignants doivent être plus longtemps présents dans leurs établissements mais bien celle de leurs missions au service de la réussite des élèves.
Présenter le collège comme la source unique des difficultés et de l’échec scolaire est un mensonge : près de 20% des élèves entrent au collège sans maitriser les « fondamentaux ».
La polyvalence disciplinaire des enseignants n’a jamais fait la preuve de son efficacité pour la réussite des élèves.
L’orientation précoce des élèves est un renoncement à la mission démocratique de l’école que s’efforcent de mettre en œuvre les enseignants du second degré : amener toute une classe d’âge au niveau le plus élevé de culture et de qualification.
L’autonomie accrue des chefs d’établissement, antienne favorite de ce gouvernement, n’apporterait qu’une plus grande inégalité encore.

Le SNES-FSU et le SNEP-FSU mènent une campagne d’interpellation des candidats à l’élection présidentielle, ils y portent aussi, avec les personnels, leurs propositions pour une tout autre politique pour le second degré :http://www.snes.edu/Election-presidentielle-Le-SNES.html et http://www.snepfsu.net

Autres articles de la rubrique Communiqués

  • La Cour des Comptes cible à nouveau les enseignants
    La Cour des Comptes a publié son rapport « Gérer les enseignants autrement. Une réforme qui reste à faire ». Elle y égrène, comme chaque année, un certain nombre de poncifs habituels de la pensée libérale... Lire la suite (4 octobre)
  • Budget 2018
    Les grandes orientations du PLF 2018 ont été rendues publiques. Dans le second degré notre ministre exprime tout son art de la soustraction invisible : les suppressions de postes sont à l’ordre du... Lire la suite (28 septembre)
  • Conseil supérieur des programmes
    Si le fonctionnement du CSP a notamment souffert du temps politique dans lequel ses travaux se sont inscrits et de l’absence de réflexion sur l’articulation entre les programmes du collège et du... Lire la suite (27 septembre)
  • Journée mondiale des enseignants 2017
    La Journée Mondiale des Enseignants s’articulera cette année autour du thème « Enseigner en liberté, Autonomie Professionnelle ». Il s’agira de promouvoir la Recommandation Organisation Internationale du... Lire la suite (26 septembre)
  • Le MEDEF n’a pas le droit d’insulter l’Ecole
    Une campagne du MEDEF affiche son mépris pour le service public d’éducation, ses personnels et ses élèves en affirmant « Si l’école faisait son travail, j’aurais du travail ». C’est pourtant ce service... Lire la suite (20 septembre)

Mots-clés