Actualité théâtrale

Depuis le 7 octobre au Théâtre Michel

« La peur »

Héroïne de la courte nouvelle de Stefan Zweig, La peur, une femme, Irène, est l’épouse d’un avocat célèbre et s’est laissée séduire par un jeune pianiste, qui lui semble incarner une bohème qui tranche avec son milieu bourgeois. Elle devient la victime d’une femme, Elsa, qui la fait chanter et va peu à peu s’enfoncer dans une spirale de mensonges et de culpabilité au point de frôler la folie et de vouloir se suicider. C’est sur cet effroi grandissant qu’est centrée la nouvelle. Élodie Menant l’a adaptée en donnant beaucoup plus de place aux relations d’Irène et de son mari. Elle éclaire dès le début les insatisfactions d’Irène et les incompréhensions qui se développent entre elle et son mari. Elle a aussi donné à la pièce une fin moins heureuse et plus en accord avec la conquête de leur autonomie par les femmes, même si celle-ci est parfois douloureuse.
culture/théa^tre La mise en scène d’Élodie Menant renvoie à l’univers de la série Mad Men avec une Irène virevoltant en robe à godets dans une maison à la décoration années 50, avec ses baies vitrées, son téléphone accroché au mur et la radio débitant des réclames et les chansons d’Elvis Presley. Comme chez Hitchcock le spectateur est placé en situation de voyeur, observant l’engrenage qui conduit Irène vers la panique et la démence. De façon astucieuse, le décor pivote permettant de voir à la fois l’intérieur de l’appartement et l’extérieur, où rode le maître-chanteur. L’appartement semble se refermer comme un piège autour d’Irène. La peur est incarnée par Elsa (Ophélie Marsaud), qui surgit brusquement lorsqu’on ne s’y attend pas. Hélène Degy campe avec justesse une Irène qui s’ennuie, joue du piano et aimerait que son mari s’occupe davantage d’elle, qui virevolte puis se laisse peu à peu déstabiliser par la menace que représente Elsa, n’arrive pas à dire la vérité et ne voit plus qu’une issue, la mort. Aliocha Itovich incarne Fritz, mari très occupé par son métier d’avocat et qui attache une grande importance à la vérité puisqu’il est sans cesse confronté à des clients qui mentent. Son jeu se transforme peu à peu pour incarner un mari qui semble ne plus rien comprendre à l’attitude de sa femme.

Même si le sentiment de culpabilité et la peur sont moins sensibles que dans la nouvelle de Zweig, cela reste un spectacle agréable.
Micheline Rousselet

Du jeudi au dimanche à 19h

Théâtre Michel
38 rue des Mathurins, 75 008 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 42 65 35 02

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Le dernier chant »
    Tchekhov connaissait bien les acteurs et les actrices et il les aimait. Il n’ignorait rien de leur besoin de reconnaissance, de leur désir de briller, rien non plus de leurs fragilités, l’angoisse... Lire la suite (20 avril)
  • « L’histoire d’une femme »
    Une jeune femme traverse la rue. Un homme en vélo claque une main sur ses fesses et poursuit son chemin en éclatant de rire. Elle s’effondre. Des hommes s’agitent autour d’elle, cherchant un téléphone... Lire la suite (15 avril)
  • « Michael Kohlhaas »
    De Heinrich von Kleist, ce jeune auteur mort suicidé à 34 ans en 1811, c’est peut-être ce portrait d’un homme dressé dans un seul but, obtenir justice et que la loi s’applique aux puissants comme aux... Lire la suite (12 avril)
  • « Ici, il n’y a pas de pourquoi »
    Un homme est arrêté, transporté comme du bétail et incarcéré dans un camp. Mis à nu, tondu, tatoué, on lui enlève tout, même son nom, il n’est plus qu’un numéro qui ne porte la trace que de la date de son... Lire la suite (12 avril)
  • « Voltaire Rousseau »
    1765, Voltaire est à Ferney, tout près de Genève, lieu qu’il a choisi car il peut ainsi aisément passer de France en Suisse au gré de sa situation. Rousseau, chassé de Suisse, lui rend visite dans le... Lire la suite (10 avril)