Actualité théâtrale

Jusqu’au 16 octobre au Lucernaire

« La reine de beauté de Leenane »

Dans un petit village paumé du Connemara, noyé par la pluie et battu par le vent, dans une maison isolée en haut d’une côte difficile, Mag une vieille femme tyrannique et acariâtre pourrit la vie de sa fille Maureen, toujours vierge à quarante ans. Maureen, encore belle, rêve d’un homme qui l’emportera loin de cette mère assise dans sa chaise roulante exigeant à longueur de journée thé, porridge ou biscuits et bien décidée à garder sa fille auprès d’elle jusqu’à sa mort. Toutes deux se livrent une guerre sans merci jusqu’au jour où passe Pat Dooley offrant à Maureen le rêve d’une autre vie, peut-être en Amérique. Mag mettra tout en œuvre pour l’empêcher de partir.

Théâtre : La reine de beauté de Leenane

La pièce, une comédie noire, haletante, grinçante et vénéneuse est l’œuvre du dramaturge anglo-irlandais Martin Mc Donagh et lui a valu son premier succès mondial ainsi que de nombreux prix. Il a aussi écrit et réalisé le film Bons baisers de Bruges .

Dans la cuisine où tout est moche et vieux et où, lorsque la porte s’ouvre, on entend le vent et la pluie, la mère et la fille s’insultent, se jettent les biscuits à la figure, s’acharnent à se dire les choses les plus blessantes. La chaise roulante de la mère, dont elle peut en fait se lever quand elle oublie de jouer de son handicap, trône devant une télévision invisible dont on entend seulement le son. Les sentiments crus explosent dans une langue populaire qui frappe par sa justesse. Les rêves d’une autre vie, ailleurs, seront fracassés sans pitié.

La pièce est surtout une merveille d’interprétation. Catherine Salviat campe une Mag impressionnante. En robe de chambre à carreaux et pantoufles ridicules, elle est une vieillarde tyrannique et vociférante, une calculatrice égoïste et méchante. Sophie Parel, qui signe aussi la mise en scène, incarne une Maureen à deux visages, inquiétante dans sa haine, fragile et touchante dans son désir d’amour. Gregori Baquet est Pat Dooley le bon garçon aux beaux yeux bleus qui fait rêver Maureen mais se trouve pris dans la guerre de ces deux femmes. Arnaud Dupont, en frère de Pat, se glisse avec talent dans son personnage de beauf crétin par qui le malheur arrive.

C’est grinçant, comique et tragique à la fois. Cela frappe fort. Courez-y.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 19h, le dimanche à 15h

Théâtre du Lucernaire

53 rue Notre Dame des Champs, 75006 PARIS

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Banque centrale »
    Quel est le rôle d’une Banque Centrale ? Comment se fait-il que les États ne puissent plus lui emprunter comme ils le faisaient, il n’y a pas si longtemps ? Et d’ailleurs qui crée la monnaie ? D’où... Lire la suite (19 janvier)
  • "Moi et François Mitterrand"
    "Moi et François Mitterrand", dont la critique, quand cela se jouait au Rond-point est ici : "Moi et François Mitterrand" de Hervé Le Tellier. est reprise à partir du 25 janvier, du mardi au samedi... Lire la suite (18 janvier)
  • « Le temps et la chambre »
    Dans cette pièce mystérieuse de Botho Strauss, il y a une femme, Marie Steuber. Dans la chambre où Olaf est assis dans un fauteuil, Julius raconte à son ami ce qu’il voit dans la rue par la fenêtre et... Lire la suite (16 janvier)
  • « Hôtel Feydeau »
    C’est à la fin de sa vie, au moment où après son divorce il vit à l’hôtel, que Feydeau écrit ces quatre pièces en un acte ( On purge bébé, Feu la mère de Madame, Mais n’te promène donc pas toute nue et... Lire la suite (16 janvier)
  • « Grand Symposium : tout sur l’amour »
    Le mot amour en Français renvoie à des réalités multiples, l’amour de ses parents, le sentiment amoureux, l’amour de la patrie, l’amour mystique. Les Grecs avaient plusieurs mots pour désigner les... Lire la suite (15 janvier)