Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

Un travail de mémoire.

« La torture de l’armée pendant la guerre d’Algérie, 1954-1962 » Raphaëlle Branche

Raphaëlle Branche, dans « La torture de l’armée pendant la guerre d’Algérie, 1954-1962 », a épluché les archives enfin ouvertes de cette période et a recueilli des témoignages de « survivants » qui commencent seulement à parler. Jusque-là, cette guerre qui n’a jamais dit son nom, a été enterrée pour éviter le bilan des gouvernants. Ils ont ainsi tué la mémoire. L’auteure livre un travail qui tient autant de l’anthropologie que de l’histoire politique tout en donnant de la place à celle des mentalités pour expliquer l’acceptation de la torture. Elle situe cette guerre non pas dans la continuité de la Résistance – contradictoirement - mais dans celle de la guerre d’Indochine. Les mêmes méthodes se retrouvent. Le fonctionnement de l’Institution militaire s’entremêle avec les comportements individuels et la violence de la guerre pour arriver à faire voler en éclats les barrières de la conscience et de notre humanité. Une analyse qui permet de comprendre la guerre d’Algérie, le silence coupable des survivants, la haine inscrite dans les affrontements, la vengeance... Une guerre coloniale qui se traduit par le racisme, l’exclusion, le sentiment de supériorité de cette armée chargée de la répression et l’oubli de cette affreuse barbarie voulue et organisée par les pouvoirs en place.

Littérature : La torture de l'armée...

En même temps, cette description est universelle. Toutes les guerres ont les mêmes conséquences. Les civils ne veulent pas reconnaître leur responsabilité, celle d’avoir laissé faire et laissé sur le bord de la vie les soldats chargés d’une mission barbare... pour gagner une guerre qu’ils ne pouvaient que perdre...

Pour retrouver la mémoire…

Nicolas Béniès

« La torture de l’armée pendant la guerre d’Algérie, 1954-1962 », Raphaëlle Branche, Folio/Gallimard.

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

  • « Stabiliser une économie instable », Hyman P. Minsky
    Hyman P. Minsky (1919-1996) n’est pas l’économiste le plus connu. Il n’a pas eu le faux-vrai Prix Nobel d’Économie – il est décerné par la Banque centrale de Suède - et a été oublié pendant de nombreuses... Lire la suite (12 janvier)
  • « Satan habite au 21 », Jean-Pierre de Lucovich
    Jean-Pierre de Lucovich poursuit son investigation du Paris de la guerre. « Satan habite au 21 » fait clairement référence aux crimes de Marcel Petiot. Le 21 de la rue Lesueur était un petit château... Lire la suite (12 janvier)
  • « La voix secrète », Michaël Mention
    « Les enfants du Paradis » doit vous servir de boussole. Le film de Prévert et Carné mettait en scène ce Paris des années Louis-Philippe, ce roi-bourgeois de nos livres d’Histoire caricaturé par... Lire la suite (6 janvier)
  • "Americanah"
    Ce roman de la nigériane C. N. Adichie suit le parcours d’Ifemelu, jeune femme sincère au caractère bien trempé. L’auteur peint d’abord le Nigéria et la lutte des classes qui lui est propre. La jeunesse... Lire la suite (Décembre 2016)
  • ’’Hommes & libertés" – n° 174
    Outre l’écho des luttes pour l’effectivité des droits et les libertés en France et dans le monde (Chine, Etats-Unis, Palestine...), ce n° de la revue trimestrielle de la LDH revient surtout en détail... Lire la suite (Décembre 2016)