Autour du Jazz

« Lamara », Einem.Art Trombone, il t’aime.

Max Von Einem, 28 ans, tromboniste résidant actuellement à Cologne (Allemagne) a participé à tous les big bands que compte son pays. Pour y faire ses classes et déclarer son amour pour cet instrument étrange qui, en Allemagne, a connu des développements inédits via notamment Albert Mangelsdorff. Einem ne renie pas cette filiation.

Jazz : Einem.Art
Pour cet album, « Lamara », il a constitué un quartet pour mettre en valeur le trombone. Un pari difficile. Il faut faire preuve d’idées, de virtuosité pour éviter de lasser l’attention. Il multiplie pour ce faire les ambiances, les références aux musiques. Il affirme que le « jazz n’est pas old fashioned », dépassé et il faut le répéter. Le jazz reste une des musiques fondamentales de notre temps même si, actuellement, il a du mal à s’outrepasser. Il l’avait toujours fait dans le passé. Depuis les années 1980, il subit une sorte de coup d’arrêt à son expansion. Une sorte de stagnation bien en phase avec la croissance zéro…

Mais le jazz se doit de combattre toutes les frontières a priori entre les genres. De tout temps, le jazz a su s’abreuver aux autres musiques. Aujourd’hui les musiques dites du monde ont tendance à phagocyter le jazz. Max Von Einem essaie de rétablir une sorte de primauté du jazz. Tout en lorgnant vers la musique contemporaine et même la musique contemplative, la musique minimum chère à Steve Reich pour tenter de se construire. Comme beaucoup de jeunes musiciens d’aujourd’hui, il ne veut rien se refuser.

Il n’évite pas l’ennui de l’eau qui coule – nous aurions préféré les chutes, les inondations, les torrents plutôt que cette eau calme – mais sait se rattraper à toutes les autres branches d’un arbre nommé trombone. Il en est visiblement tombé amoureux. C’est presque l’essentiel.

Il fait souvent la preuve de sa vitalité, de son exubérance presque à l’image de sa chevelure. Lucas Leidinger au piano et aux claviers, Juan Camillo Villa à la basse et Rodrigo Villalon à la batterie – jouée comme un instrument de percussion – installent des climats qui permettent au leader de, quelque fois, s’envoler. Un tromboniste, un groupe « Einem.Art » de notre temps.

Nicolas Béniès.

« Lamara », Einem.Art, Double Moon Records, distribué par Socadisc.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • Mémoires vivantes
    Frémeaux et associés proposent un travail de mémoire - doublé du plaisir de l’écoute – à travers trois parutions récentes. « De Manhattan à Saint-Germain-des-Prés » fait traverser une décennie... Lire la suite (13 octobre)
  • « Dreams and Daggers »
    D’abord une pochette étrange de ce double album Mack Avenue, écrite à la main et au design inhabituel, création de la dame qui ne se contente pas de chanter. Original mais pas très lisible pour le... Lire la suite (7 octobre)
  • "Live in San Francisco" Giulia Valle trio
    Giulia Valle, contrebassiste, cheffe d’orchestre et compositeure, mène une carrière des deux côtés de l’Atlantique. De ce côté-ci, elle incarne le nouveau du jazz de Barcelone, de la Catalogne et... Lire la suite (16 juillet)
  • "More Powerful" George Colligan,
    Le pianiste George Colligan fait partie de ces musiciens nécessaires. Il synthétise une grande partie de l’art de ce piano illustré par Chick Corea, Herbie Hancock, McCoy Tyner pour l’énergie avec... Lire la suite (16 juillet)
  • « Thelonious Monk, Les Liaisons dangereuse 1960 »
    S’en souvient-on ? Dans la fin des années 1950, les réalisateurs français de films appelés « noirs » faisaient souvent appel à des groupes de jazz pour la musique de leur film. La collaboration la plus... Lire la suite (2 juillet)