Archives LVER

Langues vivantes : inquiétude grandissante

article paru dans l’US 645 du 11 décembre 2006

LANGUES VIVANTES : Inquiétude grandissante

Au premier trimestre, des stages académiques ont été organisés à Lille, Rennes, La Réunion et Rouen. De nombreux collègues y ont participé, ce qui traduit un besoin urgent d’informations face aux réformes en cours. La mise en place du CECRL (Cadre européen commun de référence pour les langues) s’accompagne en France d’une multitude de « nouveautés » : nouvelles épreuves au bac STG, nouveaux programmes de collège, certifications. Devant le manque de formation institutionnelle, les collègues se sentent désemparés. Rappelons que les groupes de compétence sont un mode d’organisation qui n’est pas obligatoire et doit être voté au CA de l’établissement. Au lycée, les professeurs de langues ont dû attendre mi-novembre pour découvrir le contenu des épreuves de LV du bac STG. Ils n’ont que quelques mois pour préparer leurs élèves à ces épreuves dont une sera évaluée en CCF (Contrôle en Cours de Formation). Ils demandent une riposte collective.

Au collège, les enseignants voient d’un très mauvais oeil l’arrivée du socle commun, non seulement à cause de l’école à deux vitesses qu’il va créer mais aussi à cause de la multiplication d’évaluations qu’il va introduire.

Les mesures préconisées dans les audits collège et lycée visent à faire d’importantes économies : la LV2 en Cinquième ne sera pas généralisée, les groupes de moins de 15 seront supprimés, les emplois du temps seront fusionnés par cycle et annualisés. Les réformes en LV étant souvent citées comme un exemple à suivre dans d’autres disciplines, nous avons toutes les raisons de nous battre collectivement.

Bruno Auer, Martine Villy,
Thérèse Jamet-Madec

Autres articles de la rubrique Archives LVER