Actualité théâtrale

Saison 2015-2016 ;

Le Monfort /Théâtre

" L’avant et l’après Charlie, les attentats de janvier, les actions violentes contre l’égalité des droits, des mouvements d’opinion inquiétants et accablants, la période est marquée par un climat effrayant.

Ne baissons pas les bras, avançons dans ces années de doutes et redoublons de vigilance. Résistons. Et partageons mieux, avec sens, émotion et générosité"

Laurence de Magalhaes § Stéphane Ricordel.

Théâtre : Le Montfort

"Celui qui tombe " (Cirque) du 22 septembre au 10 octobre – Tout public dès 12 ans.

Conception, mise en scène et scénographie Yoann Bourgeois.

Il a fait chuter et voler ses acrobates sur " L’Art de la fugue " de Bach. Aujourd’hui, cet artiste inclassable continue d’explorer l’acrobatie, met les corps, le décor et l’espace en tension.

Dans " Celui qui tombe ", Yoann Bourgeois invente une danse de l’équilibre sur un décor mouvant, sans cesse instable, un radeau sur lequel il "apprivoise" le mouvement centrifuge.

Magnifique.

"Il n’y a plus (de ville )" premier rendez-vous le 30 septembre puis une fois par mois jusqu’en juillet 2016. Lieu tenu secret.

Par la Ktha compagnie.

"Il n’y a plus" est une tentative nostalgique, maniaque et ludique de dresser la liste de ce qui manque : ingrédients absents, technologies obsolètes, paysage oubliés, idéologies qui disparaissent.

Un chœur de 3 acteurs, un spectacle nomade. 12 rendez-vous de l’aube au cœur de la nuit. Chaque représentation se donnera dans un nouveau lieu, un lieu de la ville, pas un théâtre. Une seule et unique fois.

"Sérénades " Théâtre musical .Du 6 au 10 octobre

Livret Arnaud Cathrine, mise en scène Ninon Brétécher.

La sérénade est avant tout une déclaration d’amour : l’un prend le risque de se déclarer à l’autre. Il s’en suit, dans le meilleurs des cas, une histoire d’amour.

Mais il n’y a pas eu dans chaque histoire d’amour, une sérénade pour commencer. Les histoires d’amour sont un enchaînement infini de déclarations.

"Sérénades " est l’histoire d’amour entre un homme et une femme vue à travers toutes les déclarations par lesquelles ils devront en passer.

Claire Diterzi, 69 battements par minute – Concert. Les 16 et 17 octobre.

Chant, guitare Claire Diterzi

Mise en scène Alexis Armengol.

69 battements par minute est un projet hors norme et sans précédent dont l’onde de choc se répercute de l’infini petit son jusqu’à la grande théâtralisation.

"Nobody" (Théâtre et performance filmique) du 3 au 21 novembre.

D’après les textes de Falk Richter

Mise en scène Cyril Teste.

Dans un dispositif cinématographique en temps réel et à vue, "Nobody" fait assister simultanément à la projection du film et à sa fabrication.

Il décompose et réassemble l’œuvre politique de Falk Richter et constitue un scénario sur les dérives managériales et la déshumanisation au travail.

"Visage de feu" (Théâtre) du 9 au 18 novembre.

Texte Marius von Mayenburg / collectif Cohue

Mise en scène et dramaturgie Martin Legros.

"En chaque enfant sommeille un incendiaire. Devenir adulte reviendrait à mouiller les allumettes."

Kurt et Olga, deux adolescents appartenant à la petite bourgeoisie s’opposent au confort complaisant de leurs parents.

Pour ne pas grandir et ressembler à eux, Kurt refuse de grandir, se ferme au monde. La révolte sourde des enfants brûle tout sur son passage.

"Dakhabrakha" (concert) les 26 et 27 novembre.

Chant, accordéon, darbuka, didgeridoo, tablas Marko Halanevych

Chant, Djembé, bukhalo, accordéon, buhay et autres instruments anciens Iryna Kovalenko.

Dakhabrakha dont le nom seul "donner et prendre" en ukrainien ancien est à lui seul un voyage, puise au plus profond des chants polyphoniques traditionnels ukrainiens et les modernisent.

Vois célestes, mélodies envoûtantes, énergie percutante et rythmes frénétiques sont au menu de ce que propose ce groupe tous droit venu de Kiev.

"Oblomov" (Théâtre tout public dès 12 ans) du 1er au 13 décembre.

Compagnie Supertroptop et O’Brother Compagny d’après Ivan Gontcharov

Mise en scène Dorian Rossel.

Oblomov voudrait n’avoir jamais quitté son passé. Son idéal, il le retrouve dans les souvenirs joyeux du temps béni de son enfance et rêver lui suffit.

Il n’aime ni travailler ni prendre des décisions. Mais un jour il rencontre Olga.

"Extension, cirque Inextrémiste" (cirque tout public dès 6 ans) du 17 décembre au 3 janvier.

Création collective du Cirque Inextrémiste.

Deux bras, deux jambes, deux roues et une pelleteuse. Pour "Extention", Rémi, circassien tétraplégique, fait d’un engin son complice et le prolongement de son corps.

Il lui confère une puissance et une adresse imparables, assurant l’équilibre improbable des deux acrobates et les lançant dans les airs aussi sûrement qu’un trampoline.

" Revue rouge " (Concert) du 7 au 13 janvier.

Chant Norah Krief

Mise en scène Eric Lacascade

Conception et direction musicale David Lescot.

Chants révolutionnaires, brûlots écrits ou composés par Bertolt Brecht, Hans Eisler, Léo Ferré, Etienne Roda-Gil et parfois par des oubliés, des inconnus, ce spectacle nous émeut et nous met en mouvement collectivement.

Certains de ces textes peuvent apprendre à envisager le monde social autrement, à revigorer la conscience morale.

Ces chansons rouges, prolétariennes, engagées, militantes, Norah Krief et David Lescot les ont reprises enfants…

"Le jour du grand jour " (Théâtre forain tout public dès 12 ans) du 15 au 30 janvier

Théâtre Dromesko

Conception, mise en scène et scénographie Igor et Lily.

On les a vus dans une volière pleine d’oiseaux, dans une grande baraque, un campement, une ferme.

On les retrouve sur l’esplanade du Parc Georges Brassens. "Le jour du grand jour " reprend une suite de cérémonies qui, dans la réalité sont un théâtre où les acteurs, mariés, enterrés, baptisés et autres médaillés n’interprètent que des scènes de leur propre vie.

"Kikikomori, le refuge" (Théâtre création) du 19 eu 30 janvier. Spectacle pour enfants, adolescents et adultes.

Collectif artistique Haut et court.

Écriture et mise en scène Joris Mathieu.

Nils est un adolescent qui traverse une période délicate, à l’école, dans ses relations aux autres, dns son adaptation à la société.

Casque vissé sur la tête, il rentre chez lui et se réfugie dans sa chambre. La porte claque, il ne sortir plus…

"Jimmy Savile, un silence assourdissant" (Théâtre §Musique /Création) du 2 au 13 février.

Texte et mise en scène Pierre-Marie Baudoin.

Jimmy Savile, disparu à 84 ans était une idole de la télévision britannique connu pour ses tenues excentriques, son éternel cigare.

Il fut anobli par la reine pour ses actions philanthropiques.

Il a eu droit à des funérailles quasi nationales. Peu de temps plus tard, l’image basculait avec des révélations sur son passé de violeur et de pédophile.

Ce projet aborde l’épineuse question de la responsabilité collective.

"Chunky Charcoal" (desseins animés) du 18 au 20 février

Parole Sébastien Barrier

Dessins Benoît Bonnemaison-Fitte

Musique Nicolas Lafourest.

Sébastien Charcoal nous invite à une promenade labyrinthique.

Devant une page blanche de neuf mètres par trois, sa parole convie, rassure, accueille. C’est un peu comme le début d’un récit, d’une fable, comme une sorte de messe païenne.

Benoit Bonnemaison-Fitte, penché sur la page, inscrit, relève, classe, dessine en mots, rend visible ce qui est dit. Dans les méandres de cette parole, la musique de Nicolas Lafourest imprime son propre itinéraire.

Festival De(s)illusions Théâtre, danse, cirque, musique. Du 10 mars au 3 avril.

"Religieuse à la fraise " (Danse) Une rencontre entre deux corps. Elle, 40 kilos. Lui 120…

"Noos" (cirque) Le corps est l’élément fondamental de leur pièce.

" Le pas de Bême " (Théâtre) C’est l’histoire d’un adolescent apparemment adapté, sans problèmes.

" Artpiste" (Cirque) le spectacle traite de la transmission au travers d’itinéraires opposés d’artistes.

" Paris nous appartient " (Théâtre) Une riche documentation sur le Paris d’aujourd’hui et les mutations urbaines

" Somnium " (cirque) Ils sont les deux faces d’une même pièce tournoyante.

" Fenêtres " (cirque) Mathurin Bolze fait du trampoline la base de ses spectacles.

" La brique " (Théâtre) Guy Alloucherie s’interroge :"Est-ce que je fais partie du patrimoine ?"

" Barons perchés " Bachir a-t-il une ombre ? A-t-il basculé dans la folie ? A-t-il seulement rêvé ?

"Flaque" (cirque) Il n’y aura ni torture animale, ni gâchis de banane. Il y aura une procession pour les dernières heures de la reine Cléopâtre.

" Demain je ne sais plus rien " (cirque) Un spectacle muet, bouleversant et burlesque.

"Tu" (cirque) L’acrobatie de Mathias Pilet a été fortement inspirée par la mort in-utéro de sa sœur jumelle, trois jours avant sa naissance.

"Pour tout l’or du monde " (danse) Olivier Dubois questionne les dessous de la danse avec un humour acide et provocant.

" Questceq uetudeviens ? " (Flamenco) les 2 et 3 avril

Conception, scénographie et mise en scène Aurélien Bory

Volontairement écrit d’une traite, comme dans l’urgence, le souffle coupé," questcequetudeviens  ?"est une ode magnifique au Flamenco à travers l’histoire d’une femme qui abandonne tout pour se consacrer corps et âme à l’apprentissage du Flamenco.

"Le grand frisson " (Théâtre d’improvisation) Du 12 au 16 avril.

Mise en scène Gwen Aduh

La compagnie des Femmes à barbe livre un spectacle d’improvisation qui reprend les thèmes, les personnages les intrigues et des effets spéciaux du répertoire du Grand Guignol et du Théâtre d’épouvante.

"Le vide " Essai de cirque. Spectacle à partir de 8 ans. Du 2 au 21 mai.

Ecrit par Fragan Gehlker, Alexis Auffray et Maroussia Diaz Verbèke.

C’est quelqu’un qui cherche le vertige, mais le vertige recule. C’est quelqu’un à qui le vertige échappe. C’est quelqu’un qui se met dans le vide et qui laisse ses pieds pendre. C’est quelqu’un qui constate l’ironie du cirque, et celle plus forte encore de la vie.

" Une famille aimante mérite de faire un vrai repas " (Théâtre-Création) du 17 au 28 mai.

Texte Julie Aminthe

Mise en scène Thibault Rossigneux.

Référence à la "famille aimante" pilier de notre société judéo-chrétienne. Invitation au vrai repas souvenir de l’enfance, blanquette de veau. Une mère ultra possessive. Un père hygiéniste. Une fille hyper lucide. Un fils geek à tendance autiste.

La pièce questionne la fin des illusions, la perte des repères, l’énigmatique référence au genre, l’échec de la transmission…

"Figaro divorce " (Théâtre-création) du 26 mai au 11 juin.

Texte Ödon von Horvàth

Mise en scène Christophe Rauck.

Face à l’inconstance et l’inquiétude des hommes, les femmes vont s’émanciper et devenir les héroïnes de la fable.

Suzanne va prendre de la hauteur et devenir le garant des valeurs humanistes. Alors que Figaro est prêt à se renier pour construire sa vie professionnelle, Suzanne cherche à la construire autour des valeurs de son couple.

Festival Futur composé (Concerts) 9ème édition les 29 et 30 juin.

Deux jours de folie rock, post-rock, slam.

Le Monfort /Théâtre Établissement culturel de la Ville de Paris 106 rue Brancion 75 015 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 56 08 33 88

www.lemonfort.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)
  • « La mort de Tintagiles »
    « La mort est une force extérieure qui empêche tout mouvement qui s’oppose à elle. L’amour est une force intérieure qui incite à agir contre la mort ». Le texte de Maurice Maeterlinck, conte initiatique... Lire la suite (10 octobre)
  • « Mme Klein »
    À Londres en 1934, Mélanie Klein, que l’on peut considérer comme l’une des premières psychanalystes pour enfant dans les années 1920, vient d’apprendre la mort de son fils Hans à Budapest. Naturalisée... Lire la suite (9 octobre)
  • « Non, c’est pas ça ! (Treplev Variations) »
    Ils sont trois sur scène, une femme et deux hommes, ils devaient être treize et jouer La mouette , mais l’un d’eux, le metteur en scène probablement, s’est suicidé. Ils ont décidé de continuer le... Lire la suite (7 octobre)