Actualité théâtrale

Le Rond-Point, Saison 2015-2016.

La nouvelle programmation du théâtre du Rond-Point rend hommage à ceux qui sont morts, " le rire en résistance au poing, sous les balles de têtes brûlées par le réchauffement d’une planète que consume le haine des fous de Dieu et la barbarie du fanatisme" .

Cette treizième saison constituée de texte d’auteurs vivants salue avec joie l’insolence d’être, la liberté de la différence, celle de penser ailleurs…

Théâtre du rond point

"Princesse, vieille Reine " Du 3 au 27 septembre, Salle Roland Topor..

Texte de Pascal Guignard, mise en scène de Marie Viale.

Une femme est ses silhouettes, ses spectres, ses désirs, ses deuils, ses âges et ses histoires. Elle naît Princesse, devient vieille reine.

Pascal Quignard et Marie Viale poursuivent une collaboration artistique entamée il y a dix ans ("Le nom sur le bout de la langue", "Triomphe du temps").

"Démons " Du 9 septembre au 11 octobre à 21h salle Renaud-Barrault.

Texte de Lars Norén, Mise en scène de Marcial di Fonzo Bo.

Franck et Katerina, face à une mise à l’épreuve de la vie, prennent à témoin de leur jeu démoniaque deux jeunes voisins, Jenna et Tomas, des proies faciles.

" Christophe Alévêque, Ça ira mieux demain " du 15 septembre au 11 octobre à 18h 30, puis du 15 octobre au 7 novembre à 21 h Salle Renaud-Barrault.

Un spectacle de et avec Christophe Alévêque, Mise en scène Philippe Sohier.

Pour Christophe Alévêque, le meilleur moyen de désamorcer les bombes est de les faire sauter. Il s’en prend à la jeunesse et pointe la génération des "grands flasques", des "tranquille, t’inquiète…", ces résignés à la tiédeur béate.

"Ciel ! Mon placard" du 15 septembre au 18 octobre, salle Jean Tardieu.

Texte de Nicole Génovèse, Mise en scène Claude Vanessa.

Il y a des jours où tout arrive, tout dérape. C’est le cas aujourd’hui avec l’inauguration des "Nouvelles Galeries", un magasin de luxe.

Un grand jour pour Dada, Courte-en-bière, une bourgeoise oisive et adultère…

" Un Poyo Royo " du 18 septembre au 18 octobre, 18h 30, Salle Jean Tardieu.

Theatro Fisico, mise en scène Hermes Caido.

Dans les vestiaire des hommes, ça sent la chaussure sale, la taule froide et les aisselles…Deux garçons fouillent dans leurs casiers, se toisent un peu, se jaugent beaucoup.

Deux coqs avant la bataille…

"Ce que le Djazz fait à ma jambe " Du 13 au 31 octobre 18h 30, Salle Renaud-Barrault.

Un spectacle de et avec Jacques Gamblin – Compositions, arrangements, direction musicale et piano, Laurent de Wilde.

Il a arrêté le piano à douze ans terrorisé par une prof obsédée par le "bon doigté". Il a essayé la guitare, la batterie mais rien, nul…

Pour draguer les filles il ne lui restait plus que sa gueule pas terrible.

"C’est un peu compliqué d’être l’origine du monde " du 13 au 31 octobre 20h30, salle Topor.

Création collective : Les filles de Simone Claire Fretel, Tiphaine Gentilleau, Chloé Olivières.

Chloé fait un test de grossesse. Tiphaine pique une crise de nerfs. Les deux femmes n’en font qu’une dans le tourbillon d’un changement de vie immédiat et définitif. Le ventre gonfle, le désir fuit, les peurs surviennent.

"Les cinq coups de l’Oulipo " du 3 au 7 novembre, Salle Jean Tardieu.

Cinq conférences-performances de l’Oulipo.

Années 60, l’écrivain Raymond Queneau et le mathématicien François Le Lionnais débattent, ferraillent, se lancent des défis.

Ils inventent des séminaires, des jeux d’écriture, des ultimatums qui donne lieu à de véritables bijoux littéraires.

"La beauté, recherche et développement" du 3 au 21 novembre, 20h30, salle Roland Topor.

Conception, texte et mise en scène Florence Muller / Eric Verdin.

Nicole et Brigitte nous sauveront de tout, de la peur, de la souffrance, de la mort

Conférencières, guides diplômées, elle ne connaissent qu’un remède à tous les maux : la beauté.

"Didier Bénureau et des cochons " Du 10 novembre au 6 décembre à 21h, salle Renaud Barrault.

Coécriture : Didier Bénureau, Eric Bidaud, Dominique Champetier, Anne Cavard – mise en scène Dominique Champetier.

Il ose tout. Il dresse des portraits acerbes, critiques, burlesques et pathétiques de ses contemporains.

Il a le goût des métamorphoses, devient un travesti nostalgique du temps de la collaboration, un évêque à perruque, un poète ringard, un bobo en crise de conscience, un violeur d’humoristes ou un môme décérébré.

"Eugénie " Du 13 novembre au 13 décembre 21h, Salle Jean Tardieu.

Texte et mise en scène de Côme de Bellescize.

Ils font l’amour dans l’arrière-boutique. Sarah veut un enfant. Samuel vend des photocopieuses. Sarah est enceinte mais l’enfant ne reste pas. Samuel continue de vendre des machines reproductrices. Finalement l’enfant naîtra. Il se nommera Eugénie comme l’impératrice…

"My Rock " du 17 novembre au 6 décembre, 18h 30, Salle Renaud-Barrault.

Chorégraphie Jean-Claude Gallotta.

Memphis, années cinquante. Elvis Presley chante "Heartbreak Hôtel". La culture rock explose.

Mêmes années, à New-York, Merce Cunningham marque l’émergence d’une nouvelle ère de la danse contemporaine.

"C’est la vie " Du 17 novembre au 13 décembre, 18h 30, salle Jean Tardieu.

Texte de Peter Turrini, mise en scène Claude Brozzoni.

Il grandit dans l’Autriche de l’après-guerre, devient entre autres, ouvrier métallurgiste et barman dans un hôtel.

Peter Turrini s’en prend aux failles de la grande social-démocratie. Son œuvre fait de lui le frère d’Elfriede Jelinek ou Thomas Bernhard.

"Le méridien " Du 25 novembre au 27 décembre, 20h30 Salle Roland Topor.

Un projet de et avec Nicolas Bouchaud d’après "Le Méridien" de Paul Celan, mise en scène Eric Didry.

Il naît en Roumanie en 1920 dans une famille juive où on parle allemand. Paul Celan a vingt-deux ans quand ses parents sont déportés, quand il est condamné aux travaux forcés.

Plus tard, il part pour Bucarest, Vienne, Paris, traduit Char, Michaux, Shakespeare…

"Le cirque invisible " Du 9 décembre au 3 janvier, 20h30, Salle Renaud Barrault.

Un spectacle de et avec Victoria Chaplin et Jean-Baptiste Thierrée.

Un cirque qui ne ressemble à aucun autre. Une reprise magnifique.

"Bigre, Mélo burlesque " Du 15 décembre au 17 janvier, Salle Jean Tardieu.

Un spectacle de et avec Pierre Guillois.

Ils ne partagent qu’un palier, en voisins. Trois chambres de bonne avec chiottes communes.

Deux hommes et une femme cohabitent sous les toits mais chacun vit isolé dans son monde ? Ça va dégénérer. Jusqu’au cataclysme…

"Barbe-Neige et les sept petits cochons au bois dormant " Du 5 au 31 janvier, 20h 30 salle Renaud Barrault.

Conception et mise en scène Laura Scozzi.

Une princesse dormante, un chevalier à cheval et un baiser qui sauve tout. Les contes de fées en regorgent et il fallait une bacchanale délirante pour balayer les idées reçues et les modèles imposés.

" Je me mets au milieu mais laissez-moi dormir " Du 5 au 31 janvier, 20h 30 salle Topor.

D’après "La maman et la putain" de Jean Eustache.

Mise en scène Dorian Rossel.

Scandale et chef d’œuvre, le film retrace les errances d’Alexandre, vivotant entre Marie et Véronika..

Les protagonistes de ce triangle sociétal renaissent au théâtre. Même ironie, même force, même désillusions.

"Revenez demain " Du 27 janvier au 21 février, 21h, salle Jean Tardieu.

D’après "Veilleuse" de Blandine Costaz, mise en scène Laurent Fréchuret.

Elle s’assied face à lui comme on entre sur un ring. Il a l’avantage, il est le patron. Mais Lucie sait répondre, elle est forte. Après chaque entretien, il lui dit "revenez demain ;"

"Kvetch" du 2 au 21 février, 18h 30, salle Jean Tardieu.

Texte de Steven Berkoff, mise en scène et adaptation Sophie Lecarpentier.

Les petits bourgeois sont tenus par leurs habitudes de petits bourgeois. Ils s’invitent à dîner, ils dînent. Frank, sa femme, son collègue Hal et sa belle-mère se trouvent autour de la table. Routine implacable.

"Couple " du 3 au 28 février, 20h30, Salle RolandTopor.

Un spectacle de et avec Gilles Gaston-Dreyfus

Une femme, un homme. Huis-clos à Chamonix. Le couple est dans tous ses états. Mais entre André Malraux qui veut escalader les Grandes Jorasses. Il se laisse surprendre par une gastro sévère.

Festival "Touche française " du 4 au 7 février, Salle Renaud Barrault.

De la chanson à tous les étages et dans toute sa diversité. Pour Jean-Michel Ribes et Olivier Poubelle, "Touche française", édition 2016, doit se centrer sur le notion de désobéissance appliquée à la chanson.

"D’elle à lui " du 8 mars au 3 avril, 20h30, Salle Roland Topor.

De et avec Emeline Bayart. Piano Manuel Peskine.

Depuis dix ans, Emeline Bayart peaufine un vrai bijou de spectacle. Dix ans qu’elle explore plus d’un siècle de chansons.

Un voyage dans le temps avec standards et pépites, textes et mélodies de Vincent Scotto à Yvette Guilbert jusqu’à l’actuelle Juliette.

" Par-delà les marronniers revu(e)" Du 15 mars au 24 avril, 20h 30 Salle Renaud-Barrault.

Texte et mise en scène Jean-Michel Ribes

Début du siècle, la guerre de 14 est déclarée. En frac de satin blanc, trois dandys répondent à un sergent.

Arthur Cravan, Jacques Vaché et Jacques Rigaut ont vingt ans à peine. Ils traverseront comme des comètes fulgurantes, le ciel noir de leur temps…

"Le Syndrome de Cassandre " du 16 mars au 10 avril, 20h 30, salle Jean Tardieu.

Un spectacle de et avec Yann Frisch.

Yeux mouillés, air hagard, il ressemble à un chien abandonné. La peau crottée, un nez de clown noir, il vient annoncer des tragédies mais bien sûr personne ne le croit…

" Orphelins" du 8 avril au 4 mai, 20h30 Hors les murs, au Cent quatre.

Texte de Dennis Kelly, mise en scène Chloé Dabert.

Liam fait irruption chez sa sœur et son beau-frère, couvert de sang. L’explication du jeune homme est confuse, la tension palpable.

La soirée se transforme en un huis-clos angoissant.

"Sur les cendres en avant " du 14 avril au 14 mai, 21h, salle Jean Tardieu.

Texte, musique et mise en scène Pierre Notte.

Macha se prostitue pour subvenir aux besoins de sa petite sœur Nina. La voisine mademoiselle Rose a mis le feu à son appartement. Les murs tombés, les trois femmes sont condamnées à vivre ensemble quand une quatrième surgit…

Elles décident de sortir de ces mauvais pas par le haut, mais surtout en chantant quoiqu’il arrive.

"Pierre, ciseaux, papier ." Du 19 avril au 14 mai, 18h 30 salle Jean Tardieu.

Texte de Clémence Weill, mise en scène Laurent Brethome.

Sur une sorte de ring, ils se succèdent au micro. Leurs regards se croisent, leurs jugements surgissent, leurs souvenirs reviennent.

Un jeune homme, une femme et un homme mûr, comme pris au piège d’un jeu de pouvoir, une mise à l’épreuve tordue, sans pitié.

"Chapitres de ma chute " (Saga des Lehman brothers) du 10 au 29 mai (reprise) 19h, salle Renaud Barrault.

Texte de Stefano Massini, mise en scène Arnaud Meunier.

Un feuilleton haletant. Un univers imaginaire et mythique où baignent les personnages.

" Déshonorée" du 20 mai au 19 juin, 21h, Salle Jean Tardieu.

Texte de Gonzalo Demaria, adaptation, mise en scène et interprétation Alfredo Arias.

Fin des années cinquante, Fanny Navarro répond aux questions du capitaine Gandhi. L’Argentine est en flammes et l’actrice interrogée. Star oubliée proche d’Eva Peron, fantôme d’un art oublié, elle devient la cible des commissions d’épuration de la "Revolucion libertadora".

"Brûlez-la !" du 25 mai au 19 juin, 18h 30 Salle Jean Tardieu.

Texte de Christian Siméon, mise en scène Michel Fau

Énigmatique, enflammée, indocile, Zelda aime les hommes, les excès, les livres, l’alcool jusqu’au délire.

Elle inspire le romancier F.Scott Fitzgerald et l’épouse. Dorénavant, chacune de ses héroïnes rappelle Zelda, ses écarts, sa propension à la catastrophe.

"Rendez-vous gare de l’Est" du 31 mai au 26 juin, 20h30, salle Roland Topor.

Texte et mise en scène Guillaume Vincent.

Une femme assisse parle seule. Son langage est simple et cru pour raconter. Son mariage avec Fabien et l’enfant qu’ils n’ont pas.

Ses journées avec des hauts et ses bas. Et l’hôpital Sainte-Anne…

" Nous, rêveurs définitifs " (Cabaret magique) du 2juin au 3 juillet, 21 h Salle Renaud Barrault.

Conception Clément Debailleul et Raphaël Navarro.

Un corps quitte le sol et s’élève dans les airs. Un jongleur lâche ses balles qui, devenues lumineuses deviennent une constellation d’étoiles.

Mais aussi, une strip-teaseuse se volatilise en colombes et un vieillard disparaît, emporté par un ballon rouge.

"Fair-play" du 7 juin au 3 juillet 18h30, salle Renaud-Barrault

Un spectacle de et avec Patrice Thibaud, mise en scène Jean-Marc Bihour, Jean-Michel Guérin, Patrice Thibaud.

Échauffement, abdos-fessiers, course à pied ou sport de combat Avec Patrice Thibaud, la scène devient un ring, une piste cyclable, un tapis d’entraînement, un terrain de foot.

Il vise la hauteur des podiums, veut être l’homme le plus fort du monde et il joue en équipe pour être le premier…

Théâtre du Rond-Point 2, bis avenue Franklin D Roosevelt 75 008 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21

www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • "C’est Noël, tant pis"
    C’est Noël. Le père, juché sur un tabouret en équilibre instable, s’apprête à apporter la dernière touche à la décoration du sapin. La mère, elle, a une autre idée en tête et voudrait bien satisfaire une... Lire la suite (5 décembre)
  • « Pour un oui ou pour un non »
    C’est l’histoire de deux amis qui se retrouvent. Ils ne se sont pas vus depuis longtemps. Pourquoi ? L’un aimerait comprendre et interroge l’autre. Celui-ci finit par lui dire qu’un jour, en parlant,... Lire la suite (3 décembre)
  • « Ce ne andiamo per non darvi altre preoccupazioni »
    Au Théâtre de l’Odéon, Daria Deflorian et Antonio Tagliarini, auteurs, acteurs, performers et metteurs en scène basés à Rome, présentent Ce ne andiamo per non darvi altre preoccupazioni , inspiré par... Lire la suite (1er décembre)
  • "Enfance" d’après Nathalie Sarraute.
    "Enfance" n’est pas un texte destiné au théâtre. Sur les soixante-dix fragments qui le composent, l’adaptation qu’en a faite Samir Siad et ses collaborateurs de la Compagnie "Théâtre en Partance"... Lire la suite (1er décembre)
  • Eichman à Jérusalem
    A noter la reprise par le Théâtre du Soleil de cette pièce critiquée en 2016 : « Eichmann à Jérusalem » Du mercredi au vendredi à 20h30, le samedi à 15h30 et 20h30, le dimanche à 15h30 Théâtre du Soleil... Lire la suite (1er décembre)