Actualité théâtrale

Saison 2014 / 2015.

Le Tarmac - La Scène internationale francophone partenaire Réduc’Snes

Du mardi 14 au samedi 18 octobre, " Clameur des arènes " (Danse-Burkina Faso) Compagnie "Mouvements perpétuels" Conception et chorégraphie Salia Sanou.

Trois danseurs, cinq lutteurs, quatre musiciens et chanteurs sont réunis dans l’espace de l’arène.

Au Sénégal, la lutte n’est pas qu’un simple combat, elle est également symbole de réussite, phénomène social et enjeu financier.

Elle est métaphore de la lutte quotidienne pour la vie.

Rencontre " Aux 4 coins de la danse" Samedi 18 octobre.

Du 13 novembre au 5 décembre, (Théâtre Suisse), " En quoi faisons-nous compagnie avec la menhir dans les Landes"

Texte et mise en scène Marielle Pinsard.

Dans le spectacle, il n’est pas question de Landes et de menhirs mais plutôt de l’homme et de la bête. L’artiste suisse est allée interroger ses homologues au Burkina Faso, au Bénin, au Mozambique et en Afrique du Sud.

Elle en est revenue avec des images qui ont servi de base à son spectacle.

Rencontre en écho jeudi 20 novembre à l’issue de la représentation.

Vendredi 12 et samedi 13 décembre " Migrants " (Théâtre / Serbie-Croatie) Entrée libre sur réservation. Texte et mise en scène Sonia Ristic.

Leyla et les questions qu’elle se pose, Tï Sam l’adulte enfant avec son pantalon du dimanche, Ursula et le souvenir des violons sous les flammes, Jo avec la lettre testament et l’urne contenant les cendres de sa mère.

Ils sont de nulle part et de partout…

Rencontre en écho vendredi 12 décembre à l’issue de la représentation.

Du mercredi 14 au samedi 17 janvier " Nuit blanche à Ouagadougou " (Danse/Burkina Faso) Conception et chorégraphie Serge Aimé Coulibaly.

Le chorégraphe burkinabé connaît bien Ouagadougou, il y est chez lui.

Les nuits du 20 décembre 2006 et du 14 avril 2011, le destin du pays manque de basculer : coups de feu, cris, bruits de bottes…

Il en imagine une autre, celle de la veille des élections qui, en 2015 donneront peut-être au Burkina Faso, un nouveau président…

Du mercredi 21 au samedi 24 janvier "Dezafi" (Théâtre/Haïti) adaptation de Franckétienne d’après son roman " Les affres d’un défi " Direction et mise en scène Guy Régis Jr.

Au milieu des images reçues après le tremblement de terre survenu à Haïti en 2010, il y a celle de Franckétienne, le poète romancier et dramaturge dans sa maison béante dont le seul mur resté debout est celui de sa bibliothèque.

"La culture est restée debout" constate-t-il comme pour conjurer les éléments.

Rencontre "Frankétienne au cœur d’Haïti" le samedi 24 janvier.

Rencontre en écho jeudi 22 janvier à l’issue de la représentation du soir.

Du mercredi 28 au samedi 31 janvier " Éclipse totale " (Théâtre/Belgique) Texte et mise en scène Céline Delbecq.

Juliette, 20 ans, s’est pendue avec sa corde à sauter. Son petit frère l’a décrochée et a appelé les secours. Bloqués par une tempête de neige, la mère, l’ambulancier et la mémé que personne n’écoute, évoquent la disparue, les raisons possibles de son geste…

Rencontre en écho le jeudi 29 janvier à l’issue de la représentation, le soir.

Du 3 au 7 février "Mon vieux et moi " (Théâtre/Québec) d’après " Mon vieux et moi" de Pierre Gagnon. Mise en scène Rachid Akbal.

"Je viens de l’adopter. Il s’appelle Léo. Il a 99ans. Je l’ai connu au Centre d’hébergement où je visitais ma tante, le dimanche."

Les deux hommes vont entamer un dialogue et nous faire partager cette intimité faite de gestes quotidiens, de rires complices et de beaucoup de silences…

C’est bouleversant de tendresse et de lucidité parfois glacée.

Du mercredi 11 au 14 février " Sony Congo ou la chouette petite vie bien osée de Sony Labou Tansi" Texte Bernard Magnier. Mise en scène Hassane Kassa Kouyaté.

Sony Labou Tansi, auteur de pièces enfiévrées dans une langue subversive est l’une des voix majeures du Continent africain.

Le spectacle souhaite rendre compte de la destinée de ce créateur météore né en 1947 et décédé en 1995.

Rencontre en écho jeudi 12 février à l’issue de la représentation, le soir.

DROLES DE PRINTEMPS

Une rencontre aura lieu le samedi 14 mars.

Du mercredi 11 au samedi 28 mars " Truth box" (Installation théâtrale/ Tunisie)

Dans le hall du théâtre, un confessionnal où chaque spectateur vient, à son tour, recevoir le pêché d’un personnage. C’est la proposition artistique de la dramaturge tunisienne Meriam Bousselmi.

On entendra un père contestable, l’épouse cachottière et l’époux infidèle, l’artiste qui se sent inutile et le critique de théâtre, aigri et revanchard.

Il y aura également la prostituée, le trafiquant d’antiquités, un prédateur des finances, celle d’un jouet, d’une grenouille, d’un ex-pape…

Un grand déballage de fautes, pêchés originels, véniels, charnels, pêchés de rien du tout ou pêchés tabous.

Du 11 au 14 mars "Alice" (Performance théâtrale / Liban) Conception, mise en scène et interprétation Sawsan Bou Khaled.

Une jeune femme dans un lit avec des rondelles de concombre sur les yeux pour lutter contre la venue des rides. Elle les enlève, les mange et éteint la lumière.

Soudain, de sous les draps, elle voit apparaître un troisième pied…

L’artiste libanaise Sawan Bou Kaled créée un univers à base de trouvailles techniques, d’images vidéo, de jeux de lumières et d’artifices…

Du 11 au 16 mars " On the importance of being an arab" (Performance théâtrale / Égypte ) Mise en scène, interprétation Ahmed El Attar.

Représentant du théâtre indépendant en Égypte, Ahmed El Attar propose ici une performance originale, imprévisible et décalée dans laquelle il se met en "je".

Défilés de tranches de vie, d’instants vécus, de bribes recomposées, reconstruites à chaque spectacle pour le rendre différent.

Du mercredi 18 au samedi 21 mars " Sacré printemps" (Danse / Tunisie) Conception, chorégraphie Aïcha M’Barek, Hafiz Dhaou .

La chorégraphie, les cinq danseurs, la voix de Sonia M’barek, la musique d’Eric Aldéa et Ivan Chiossonne composent une partition à l’image de la Tunisie actuelle, de ses différentes tonalités, de ses nuances avec la volonté d’union et de liberté…

Du mercredi 25 au samedi 28 mars " Zawaya Témoignages de la Révolution " (Théâtre / Égypte) Un spectacle de Hassan El Geretty écrit par Shadi Atef.

Un voyou à la solde du pouvoir, un supporter de football, une visiteuse d’hôpital, autant de personnages archétypiques qui ont en commun d’avoir été témoins et acteurs de l’hiver 2011 sur la Place Tahrir du Caire.

Ils vont dire la part personnelle qu’ils ont prises durant cette période qui a bouleversé la vie politique égyptienne et conduit à la chute du président Moubarak.

Du 8 au 11 avril " Akalika 7 " (Danse/Laos) Chorégraphie Olé Khamchanla.

Akalika est le nom d’artiste du peinte Gilbert Cam. Ses silhouettes humaines géantes sur papier ont inspiré l’univers chorégraphique d’Olé Khamchanla.

Tous deux sont nés au Laos.

Avec la complicité de 6 danseurs, le chorégraphe donne corps aux ombres du plasticien, à ces ombres portées, sans visages et démembrées.

Du 14 au 18 avril, deux spectacles de marionnettes (Belgique) :

"Dans l’atelier" Conception, mise en scène et marionnettes Alain Moreau.

Une marionnette tente d’achever elle-même sa construction. Elle transforme un cube en polystyrène, se dessine un visage, mais à peine terminée, elle s’aperçoit qu’elle a construit une personne méchante et très agressive.

"Bistouri" Conception, mise en scène et marionnettes Alain Moreau.

Un chirurgien à la retraite doit reprendre du service. S’il a, à sa disposition scalpel et bistouri, il a aussi, ouvre-boîte, vrille et perceuse.

Sa caméra endoscopique nous amène dans le domaine de l’étrange, d’autant que, cette fois son patient est un client particulier.

La marionnette est de taille humaine et la manipulation se fait à vue.

Du mardi 19 au samedi 23 mai " Avenue Zéro " (Marionnettes / Île de la Réunion) Une création du Théâtre des Alberts. Idée originale Aurélia Moynot, mise en scène Vincent Legrand et Denis Bonnetier (Compagnie Zapoï).

Au 116 de l’avenue Zéro, il y a un immeuble avec des habitants bien singuliers. Une petite vieille cuisinière qui prépare des repas pour deux, au cas où quelqu’un viendrait. Un inventeur fou qui a inventé des trucs pour ne jamais quitter sa chaise à bascule. Un bricoleur à gros bras dont les poches en tiroirs sont pleines d’outils.

L’étrange trio va être bientôt rejoint par un veuf, joueur de clarinette.

La fête est drôle, inventive, parfois féroce.

Les jeudi 28 et vendredi 29 mai " La rue Princesse " (Danse / Côte d’Ivoire) Chorégraphie et scénographie Massidi Adiatou, Jenny Mezile.

A Abidjan, dans le quartier de Yopougon, la rue Princesse est un haut lieu de la nuit. C’est le règne de l’audace et de l’extravagance.

Mais à Abidjan, dans le quartier de Yopougon, la rue Princesse a été rasée pour des raisons d’ordre et de sécurité.

Le conte de fées a refermé ses pages et la Princesse est allée danser ailleurs.

Le Tarmac s’est donné pour mission de révéler un spectacle vivant venu d’ailleurs, de favoriser l’accès à la culture de tous, y compris les publics dits" éloignés de la vie culturelle".

La Tarmac 159 Avenue Gambetta 75 020 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 43 64 80 80

www.letarmac.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)
  • « La mort de Tintagiles »
    « La mort est une force extérieure qui empêche tout mouvement qui s’oppose à elle. L’amour est une force intérieure qui incite à agir contre la mort ». Le texte de Maurice Maeterlinck, conte initiatique... Lire la suite (10 octobre)
  • « Mme Klein »
    À Londres en 1934, Mélanie Klein, que l’on peut considérer comme l’une des premières psychanalystes pour enfant dans les années 1920, vient d’apprendre la mort de son fils Hans à Budapest. Naturalisée... Lire la suite (9 octobre)
  • « Non, c’est pas ça ! (Treplev Variations) »
    Ils sont trois sur scène, une femme et deux hommes, ils devaient être treize et jouer La mouette , mais l’un d’eux, le metteur en scène probablement, s’est suicidé. Ils ont décidé de continuer le... Lire la suite (7 octobre)