2011

Article publié dans l’US

Le corps à l’école : lutter contre les idées reçues !

Le projet de culture commune de la FSU accorde une place fondamentale à la question du corps, qui ne saurait être uniquement l’affaire de l’EPS, pas plus que le français ne saurait être uniquement réservé à ceux que l’on nomme si souvent « les intellos ».

Pourtant, ce clivage existe bien souvent dans les têtes et remonte même très loin dans l’histoire de notre école : alors que certains élèves, qui se disent rétifs aux activités intellectuelles se déclarent au contraire prêts à « jouer leur vie sur un terrain », d’autres adoptent une attitude totalement inverse, comme s’il existait entre ces deux activités une opposition irréductible. Il nous semble donc urgent de travailler sur les représentations que les uns et les autres se font du monde scolaire, afin de les remettre en question. Cela passe par l’idée de restituer au cours de français toute sa dimension physique car il s’agit d’une discipline où le corps pourrait être impliqué bien plus qu’il ne l’est actuellement, tout en restituant aux écrivains une écorce charnelle mais aussi en donnant à notre enseignement une dimension beaucoup plus physique (théâtre, diction, gestuelle, oral…). Il nous semble également essentiel d’insister sur la dimension intellectuelle toujours présente dans les activités physiques. La peur de l’eau, par exemple, est alimentée par toutes sortes de représentations inconscientes et imaginaires qui ont inspiré bien des textes littéraires. Pour certains de nos élèves, plonger dans une piscine peut s’apparenter à bien des égards à la traversée du Styx et il ne serait pas inintéressant d’y réfléchir de plus près avec eux ! On voit bien tout l’intérêt que pourrait représenter un travail commun sur ces questions afin de réduire les barrières existant entre les activités scolaires, tout en contribuant à leur donner sens les unes par rapport aux autres.

Pour nous, l’école doit lutter avant tout contre les préjugés : la littérature n’est pas réservée à des purs esprits dépourvus d’écorce charnelle, et l’activité sportive n’est pas qu’une question de muscles !

Autres articles de la rubrique 2011