Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Ferdinando Vicentini Orgnani (Iralie)

"Le crime du sommelier" Sortie en salles le 2 mars 2016.

Giovanni est un expert en vins. Il a quitté des fonctions importantes dans la banque pour se consacrer à ce qui est devenu une véritable passion, la dégustation des crus et le plaisir d’identifier les millésimes exceptionnels.

Toujours à la recherche de la bouteille rare qui enrichira un peu plus sa cave sublime, il hante les salles de vente spécialisées Mais ces acquisitions onéreuses ne sont pas toujours du goût de sa femme à qui la passion de son mari échappe.

Or un jour, Giovanni est arrêté par la police à son domicile : il est soupçonné d’avoir assassiné son épouse.

C’est alors que sa passion dévorante pour le vin prend une dimension encore plus intense.

Cinéma : le crime du sommelier

Ferdinando Vicentini Orgnani a grandi dans une famille d’exploitants viticoles. Il a longtemps vécu au rythme des rituels saisonniers de la vigne.

Il a choisi, pour réaliser le film sur le sujet qu’il avait en projet depuis des années, d’adapter " Vino Dentro " un roman de Fabio Narotta dont l’histoire est largement inspirée du mythe de Faust.

Sa réalisation joue le grand écart entre des genres différents voire contrastés, dont on pouvait craindre que le liant serait difficile à fonctionner.

"Le crime du sommelier " est à la fois l’histoire d’une passion dévorante, un sujet grave, l’histoire d’un crime et d’une enquête policière et une comédie pouvant aller jusqu’aux limites du burlesque.

Ferdinando Vicentini reprend, en mêlant les genres, la tradition de la comédie italienne quand elle était à son apogée, fondée sur la méchanceté, voire la cruauté.

Le déroulement narratif brouille les pistes, multiple les personnages et par le biais du flash-back- souvenir, révèle les deux facettes du personnage de Giovanni.

Au lieu de disperser, comme il était à craindre, les différentes strates du film, le parti pris de jouer sur plusieurs tableaux intervient en faveur d’une cohérence narrative singulière, parfois acrobatique mais toujours passionnante.

Le récit trouve un rythme dans une continuation saccadée et le film prend l’allure définitive d’une fantaisie réjouissante qui opte pour la forme au détriment du fond.

Dès lors, on n’a plus qu’à se laisser porter au gré d’une histoire rocambolesque, inventive et dont les audaces sont agrémentées par une bande-son magnifique et par la présence d’actrices de toute beauté dont la participation n’est cependant pas que… décorative.

Un film à découvrir et qui vient enrichir, dans une belle diversité, la renaissance du cinéma italien dont on disait, il y a peu de temps, qu’il était agonisant.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • "La cigale, le corbeau et les poulets"
    Début 2009, des balles de 9mm accompagnées de lettres de menace parviennent à différents hommes politiques en place ainsi qu’au Président de le République de l’époque, Nicolas Sarkozy. Les lettres sont... Lire la suite (14 janvier)
  • "Fleur de tonnerre"
    Née en 1803 au sein d’une famille de cultivateurs aux revenus modestes, Héléne Gegado deviendra une des plus grandes empoisonneuses de tous le temps avec, à son terrible actif, l’assassinat de vingt... Lire la suite (13 janvier)
  • "Corniche Kennedy"
    Depuis la terrasse de la villa du riche quartier de la Corniche où elle vit avec ses parents, la lycéenne Suzanne observe et photographie un groupe de jeunes gens qui, depuis les hauts rochers de... Lire la suite (13 janvier)
  • "Jamais contente"
    Si Aurore redouble sa classe de cinquième, ce n’est pas qu’elle manque des moyens qui lui permettraient de réussir sa scolarité mais c’est parce qu’elle est rentrée dans une spirale négative qui a fait... Lire la suite (10 janvier)
  • "Vivere"
    Pendant huit ans, de 2001 à 2009, Judith Abitbol est allée filmer une octogénaire, Ede Bartolozzi, dans son village en Italie. Huit années au fil desquelles une lente détérioration physique et... Lire la suite (9 janvier)