Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

Du côté des polars, présent et éternité.

« Le garçon dans le chêne », Fredrik Ekelund, Du côté de la classe ouvrière suédoise.

 

Fredrik Ekelund, à la suite de Mankell sans l’imiter, veut décrire la société suédoise actuelle en prenant pour personnage central, les banlieues ouvrières, celles de Malmö en l’occurrence. A force de lire les auteurs de polars suédois, plus généralement de l’Europe du Nord, on a l’impression de connaître ces villes, de les avoir visitées, d’avoir suivi leurs transformations. Se découvre ici, une autre face, cachée le plus souvent, de ces villes industrielles, la population immigrée, avec ses codes, ses lois, ses religions.

Yasmina Saïd a été assassinée. Une jeune fille de 17-18 ans qui devait passer son bac et l’avoir haut la main. Une bonne élève, en rupture de ban. Elle a quitté sa famille, et ses frères, ses cousins la traitent de « putain » parce qu’elle a décidé de vivre sa vie loin de toutes contraintes. Elle a rencontré une fille issue d’un milieu aisé avec qui elle partage un appartement.

Les deux flics, l’inspecteur Lindström et sa collègue Monica Gren, d’origine coréenne et stagiaire au début de cette enquête, sont chargés de l’affaire. Ils ne sont pas sans problème, lui surtout. L’auteur nous présente ses personnages qui seront les héros récurrents des autres romans. Les soupçons s’orientent vers les cousins qui auraient voulu laver l’honneur de la famille. Ils ne sont guère émus par la mort de la jeune fille…

Ce sera une fausse piste mais un bon moyen de décrire ces quartiers, ces cohabitations difficiles entre différentes cultures qui, au lieu de s’abreuver l’une à l’autre, ne cessent de se confronter et de s’opposer.

L’assassin se découvrira plus tard – c’est lui « Le garçon dans le chêne » du titre -, manière à pénétrer un autre milieu social, celui de la classe aisée et ses enfants déboussolés. Un paysage de 2003 qui met du plomb dans l’aile d’une représentation un peu trop mythique de cette société traversée, tout autant que les autres pays capitalistes développés, par une crise morale, éthique.

Nicolas Béniès.

« Le garçon dans le chêne », Fredrik Ekelund, Folio/Policier .

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

  • La guerre d’Algérie en bandes-dessinées
    Benjamin Stora signe avec Sébastien Vassant une bande dessinée sur la Guerre d’Algérie. Ou plus précisément une "histoire dessinée" sur cette guerre que la censure et l’hypocrisie ont longtemps cantonné... Lire la suite (5 septembre)
  • "Le Héraut de l’Enfer" Paul Doherty
    Paul Doherty est une usine à polar historique. Il plonge dans toutes les périodes de l’Histoire de ce Moyen Age anglais. « Le Héraut de l’Enfer », dernier en date, décrit une fois encore la révolte à... Lire la suite (16 juillet)
  • "La nuit pour adresse" Maud Simonnot
    « La nuit pour adresse », un titre que l’auteure Maud Simonnot a emprunté à un poème de Louis Aragon, est aussi une sorte de devise pour tous ces Américains installés à Paris en ce début des années 20.... Lire la suite (16 juillet)
  • Tahar Ben Jelloun, écrivain japonais ?
    Gallimard, dans cette collection Quarto, a décidé de laisser à Tahar Ben Jelloun non seulement le choix des textes – intitulé « Romans » - mais aussi « les points de repères » biographiques et... Lire la suite (3 juillet)
  • « Arthur Rimbaud, Paul Verlaine, Un concert d’enfers »
    Mon premier était né à Metz, mon second à Charleville (Ardennes), leurs pères étaient capitaines – pour l’un dans le Génie, pour l’autre dans l’infanterie, Verlaine était mauvais élève, attiré par d’autres... Lire la suite (25 mai)