Actualité théâtrale

Jusqu’au 23 octobre au Lucernaire

« Le jeu de l’amour et du hasard »

Sylvia voudrait bien savoir qui est réellement Dorante, le mari que son père lui destine. Elle demande donc à sa servante Lisette d’échanger leurs rôles pour juger des qualités de ce prétendant. Elle en avertit son père, M. Orgon, qui de son côté a reçu une lettre du père de Dorante lui annonçant l’arrivée de son fils, qui a eu la même idée et a échangé son rôle avec celui de son valet Arlequin. M. Orgon décide de garder le secret. Sous son regard amusé et celui de son fils, Mario, les quatre amoureux vont se débattre sous leurs fausses identités pour tenter d’être aimés pour ce qu’ils sont, en dépit des conventions sociales.

Théâtre : Le jeu de l'amour

Marivaux, comme d’habitude nous parle de désir, d’amour et de mensonge. Sans être un révolutionnaire, il éclaire ce que les comportements doivent aux différences des positions sociales et suggère le début d’émancipation des femmes, leur désir d’être entendues et aimées.

Salomé Villiers a souhaité confronter le propos de Marivaux sur son époque à une image d’aujourd’hui. Respectant à la lettre le texte, elle en propose une version pop-rock avec des vidéos qui ont la qualité de n’être pas redondantes et d’apporter un côté assez déjanté. Elle fait bien ressortir la difficulté de Dorante et de Sylvia à se glisser dans leur peau de domestique, trop distingués et habitués à ordonner des ordres qu’ils sont, tout comme celle de Lisette et d’Arlequin à se comporter en bourgeois bien élevés.

Salomé Villiers campe une Sylvia déterminée qui ne veut rien céder. François Nambot est un Dorante plein de sensibilité. Raphaëlle Lemann, sorte de Betty Boop sexy avec ses jupes bouffantes et ses bustiers, explose en Lisette tandis que Etienne Launay est un Arlequin qui parle haut et fort, vêtu d’une façon qu’il pense élégante et qui n’est que vulgaire. Et on touche là la limite de cette adaptation. Certes chez Marivaux les bourgeois restent dignes et bien élevés tandis que les domestiques restent dans leur condition inférieure, mais cette adaptation caricature l’écart et renvoie les domestiques à une vulgarité lourde. Certes les quiproquos et les rebondissements s’enchaînent, le rythme est enlevé, le public rit mais on peut regretter que Salomé Villiers ait un peu trop tiré la pièce vers le Boulevard.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h, le dimanche à 18h

Théâtre du Lucernaire

53 rue Notre Dame des Champs, 75006 PARIS

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La chose commune »
    Avec ses espoirs d’une nouvelle société plus juste, plus libre, où les femmes auraient enfin droit à la parole au même titre que les hommes, plus démocratique aussi et avec sa fin tragique, qui a sonné... Lire la suite (24 avril)
  • « Le dernier chant »
    Tchekhov connaissait bien les acteurs et les actrices et il les aimait. Il n’ignorait rien de leur besoin de reconnaissance, de leur désir de briller, rien non plus de leurs fragilités, l’angoisse... Lire la suite (20 avril)
  • « L’histoire d’une femme »
    Une jeune femme traverse la rue. Un homme en vélo claque une main sur ses fesses et poursuit son chemin en éclatant de rire. Elle s’effondre. Des hommes s’agitent autour d’elle, cherchant un téléphone... Lire la suite (15 avril)
  • « Michael Kohlhaas »
    De Heinrich von Kleist, ce jeune auteur mort suicidé à 34 ans en 1811, c’est peut-être ce portrait d’un homme dressé dans un seul but, obtenir justice et que la loi s’applique aux puissants comme aux... Lire la suite (12 avril)
  • « Ici, il n’y a pas de pourquoi »
    Un homme est arrêté, transporté comme du bétail et incarcéré dans un camp. Mis à nu, tondu, tatoué, on lui enlève tout, même son nom, il n’est plus qu’un numéro qui ne porte la trace que de la date de son... Lire la suite (12 avril)