Actualité théâtrale

À partir du 17 mars au Théâtre des Mathurins

« Le monde d’hier »

Dernier livre de Stefan Zweig, publié deux ans avant son suicide au Brésil en 1942, Le monde d’hier décrit de l’intérieur le faste puis l’anéantissement de cette MittelEuropa qui fut ce que la culture pouvait produire de plus raffiné. Celui dont les lecteurs se comptaient par millions, qui fut l’ami de tout ce que ce monde avait produit de plus cultivé et talentueux, Freud, Schnitzler, Rilke, Mahler, Strauss, qui fut l’incarnation parfaite de l’esprit viennois et de son cosmopolitisme, vit ses livres brûlés et se résigna à l’exil dès 1934. Étranger partout, en Autriche en tant que Juif et en Angleterre en tant que citoyen d’un pays ennemi, il écrit : « Même la vraie patrie, celle que mon cœur a élue, l’Europe, est perdue pour moi depuis qu’elle se déchire dans une guerre fratricide ». À travers son destin, c’est celui de toute une génération qu’il fait vivre.

Théâtre : le monde d'hier

Si les nouvelles de Stefan Zweig ont souvent été mises en scène, c’est la première fois que l’est cet ultime ouvrage. Laurent Seksik a choisi avec justesse et sensibilité des moments du livre qui témoignent de l’intelligence de la situation qu’avait Zweig et du jugement désespéré que cet humaniste portait sur une Europe emportée par la folie nationaliste. Patrick Pineau qui a beaucoup joué à l’Odéon, sous la direction entre autres de Georges Lavaudant, signe une mise en scène très sobre. Jerôme Kircher, qui a joué sous la direction des plus grands tels Patrice Chéreau, André Engel, Jean-Pierre Vincent, porte la parole de Stefan Zweig. En costume et chapeau gris, il dit avec une justesse et une sensibilité remarquables les mots simples, les phrases concises de celui que l’on peut considérer comme le plus grand novelliste de tous les temps. En à peine une heure, sur la petite scène des Mathurins, sans gestes inutiles, comme s’il nous parlait personnellement, il nous fait partager l’émotion, les regrets, la douleur de celui qui écrivit : « J’ai été le témoin de la plus effroyable défaite de la raison et du plus sauvage triomphe de la brutalité. Jamais une génération n’est tombée comme la nôtre d’une telle puissance intellectuelle dans une telle décadence morale ». Il donne envie à tous les spectateurs de se plonger dans l’intégralité de ce texte qui résonne toujours aujourd’hui.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 19h, le dimanche à 15h

Théâtre des Mathurins

36 rue des Mathurins, 75008 Paris

Réservations : 01 42 65 90 00

Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Le dernier chant »
    Tchekhov connaissait bien les acteurs et les actrices et il les aimait. Il n’ignorait rien de leur besoin de reconnaissance, de leur désir de briller, rien non plus de leurs fragilités, l’angoisse... Lire la suite (20 avril)
  • « L’histoire d’une femme »
    Une jeune femme traverse la rue. Un homme en vélo claque une main sur ses fesses et poursuit son chemin en éclatant de rire. Elle s’effondre. Des hommes s’agitent autour d’elle, cherchant un téléphone... Lire la suite (15 avril)
  • « Michael Kohlhaas »
    De Heinrich von Kleist, ce jeune auteur mort suicidé à 34 ans en 1811, c’est peut-être ce portrait d’un homme dressé dans un seul but, obtenir justice et que la loi s’applique aux puissants comme aux... Lire la suite (12 avril)
  • « Ici, il n’y a pas de pourquoi »
    Un homme est arrêté, transporté comme du bétail et incarcéré dans un camp. Mis à nu, tondu, tatoué, on lui enlève tout, même son nom, il n’est plus qu’un numéro qui ne porte la trace que de la date de son... Lire la suite (12 avril)
  • « Voltaire Rousseau »
    1765, Voltaire est à Ferney, tout près de Genève, lieu qu’il a choisi car il peut ainsi aisément passer de France en Suisse au gré de sa situation. Rousseau, chassé de Suisse, lui rend visite dans le... Lire la suite (10 avril)