Les langues anciennes

Le programme de l’enseignement de complément LCA au CSE Quousque tandem abutere patientia nostra ?

Jeudi 21 janvier le programme de l’enseignement de complément latin et grec était examiné en CSE.

Le vote a été favorable à 45 voix pour et 31 contre.
Plusieurs amendements du SNES-FSU visant à préciser en particulier les attendus et les compétences à travailler ont été acceptés et intégrés dans le texte.

Pour autant, le SNES-FSU a voté contre ce programme, au regard du sort fait aux Langues et cultures de l’Antiquité dans la réforme du collège qui sépare l’enseignement des LCA en deux parties : EPI (qui ne seront pas obligatoirement pris en charge par des enseignants de lettres classiques), et enseignement de complément (avec des horaires réduits).

En outre, le SNES-FSU condamne les propos inadmissibles de la FCPE nationale qui a estimé que l’enseignement de LCA dit "de complément" , au-delà des EPI, devrait être réservé au lycée.

Quant à la DGESCO, elle a montré une nouvelle fois son incapacité à répondre à des questions précises sur l’organisation de l’enseignement de complément, notamment en 3ème, le SNES-FSU soulevant des contradictions entre les différents textes parus et les consignes données par la DGESCO aux chefs d’établissement : cumul possible d’un enseignement de complément de latin et de grec ? Enseignement des deux langues dans les deux heures de LCA ? Quelle prise en compte du latin et du grec au DNB ?

Cette absence de réponse révèle une fois de plus à quel point cette réforme n’a pas été pensée.

Autres articles de la rubrique Les langues anciennes