Actualité théâtrale

Jusqu’au 21 mai au Monfort

« Le vide, essai de cirque # 19 »

Fragan Gehlker grimpe vers le sommet de la pyramide du théâtre Monfort, dont on découvre la belle architecture. Vingt-deux mètres au-dessus des spectateurs, c’est son but. Pour cela il dispose de cordes, mais celles-ci réservent à l’artiste bien des surprises, elles se détachent, se cassent, le laissant suspendu au-dessus du vide, tentant de renouer les deux bouts. Tel Sisyphe, il repart à l’assaut du sommet, sans se décourager, mettant en œuvre toutes les ressources de l’intelligence dont un homme est capable. Plus de cordes ? Il reste la passerelle ! Comment l’atteindre ? Il y a bien des câbles qui traînent dans les cintres ! Plus de cordes pour redescendre ? Il trouvera une solution ! La tension ne cesse de monter, du calme et de la lenteur du début à l’obstination finale. Pas un mot n’est échangé. Seuls le violon, un radio-cassette, la chute des cordes ou d’une table viennent rompre le silence.

Théâtre : le vide

Résultat de nombreux essais dont l’écriture s’est peu à peu enrichie depuis 2009, le spectacle, d’aucuns diront la performance, est né à Châlons-en-Champagne. Au départ un circassien qui travaille à la corde lisse, Fragan Gehlker. L’équipe s’étoffe avec un violoniste, manipulateur de toutes sortes de sons et accessoirement patineur, Alexis Auffray, et une circassienne dramaturge, Maroussia Diaz Verbèke.

Du cirque, on retrouve toutes les émotions : le rire, avec ces cordes qui semblent s’animer pour jouer des tours à l’artiste impassible face aux évènements, la peur, avec ces cordes qui se rompent brutalement laissant l’acrobate suspendu, l’admiration, face à ce corps qui semble se jouer du vide, qui se tend et se laisse glisser amoureusement le long de la corde.

Tendre vers un but, recommencer, échouer, recommencer encore en y croyant, ce n’est pas seulement à Sisyphe que l’on pense, on s’interroge sur l’absurdité de la condition humaine. Mais tendre vers un but, c’est exister et l’on se demande finalement comme l’artiste si Sisyphe ne peut pas être heureux. C’est un magnifique spectacle que nous offre ce trio.

Micheline Rousselet

Samedis 7, 14 et 21, lundi 9, jeudi 19, vendredis 13 et 20 à 20h, dimanche 8 et 15 à 16h

Le Monfort

Parc Georges Brassens, 106 rue Brancion

75015 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 56 08 33 88

www.lemonfort.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Songes et métamorphoses »
    Guillaume Vincent a associé au Songe d’une nuit d’été de Shakespeare des extraits des Métamorphoses d’Ovide, d’une part dit-il parce que les références au texte d’Ovide sont nombreuses dans Le s... Lire la suite (27 avril)
  • « L’abattage rituel de Gorge Mastromas » de Dennis Kelly.
    Gorge a eu, dans son enfance, une période perturbée par ses fluctuations amicales à l’égard de son voisin de pupitre et ami, Paul, leader de la classe. Ce qui ne l’a pas empêché, parvenu à l’âge... Lire la suite (26 avril)
  • « La chose commune »
    Avec ses espoirs d’une nouvelle société plus juste, plus libre, où les femmes auraient enfin droit à la parole au même titre que les hommes, plus démocratique aussi et avec sa fin tragique, qui a sonné... Lire la suite (24 avril)
  • « Le dernier chant »
    Tchekhov connaissait bien les acteurs et les actrices et il les aimait. Il n’ignorait rien de leur besoin de reconnaissance, de leur désir de briller, rien non plus de leurs fragilités, l’angoisse... Lire la suite (20 avril)
  • « L’histoire d’une femme »
    Une jeune femme traverse la rue. Un homme en vélo claque une main sur ses fesses et poursuit son chemin en éclatant de rire. Elle s’effondre. Des hommes s’agitent autour d’elle, cherchant un téléphone... Lire la suite (15 avril)