Actualité théâtrale

Jusqu’au 21 mai au Monfort

« Le vide, essai de cirque # 19 »

Fragan Gehlker grimpe vers le sommet de la pyramide du théâtre Monfort, dont on découvre la belle architecture. Vingt-deux mètres au-dessus des spectateurs, c’est son but. Pour cela il dispose de cordes, mais celles-ci réservent à l’artiste bien des surprises, elles se détachent, se cassent, le laissant suspendu au-dessus du vide, tentant de renouer les deux bouts. Tel Sisyphe, il repart à l’assaut du sommet, sans se décourager, mettant en œuvre toutes les ressources de l’intelligence dont un homme est capable. Plus de cordes ? Il reste la passerelle ! Comment l’atteindre ? Il y a bien des câbles qui traînent dans les cintres ! Plus de cordes pour redescendre ? Il trouvera une solution ! La tension ne cesse de monter, du calme et de la lenteur du début à l’obstination finale. Pas un mot n’est échangé. Seuls le violon, un radio-cassette, la chute des cordes ou d’une table viennent rompre le silence.

Théâtre : le vide

Résultat de nombreux essais dont l’écriture s’est peu à peu enrichie depuis 2009, le spectacle, d’aucuns diront la performance, est né à Châlons-en-Champagne. Au départ un circassien qui travaille à la corde lisse, Fragan Gehlker. L’équipe s’étoffe avec un violoniste, manipulateur de toutes sortes de sons et accessoirement patineur, Alexis Auffray, et une circassienne dramaturge, Maroussia Diaz Verbèke.

Du cirque, on retrouve toutes les émotions : le rire, avec ces cordes qui semblent s’animer pour jouer des tours à l’artiste impassible face aux évènements, la peur, avec ces cordes qui se rompent brutalement laissant l’acrobate suspendu, l’admiration, face à ce corps qui semble se jouer du vide, qui se tend et se laisse glisser amoureusement le long de la corde.

Tendre vers un but, recommencer, échouer, recommencer encore en y croyant, ce n’est pas seulement à Sisyphe que l’on pense, on s’interroge sur l’absurdité de la condition humaine. Mais tendre vers un but, c’est exister et l’on se demande finalement comme l’artiste si Sisyphe ne peut pas être heureux. C’est un magnifique spectacle que nous offre ce trio.

Micheline Rousselet

Samedis 7, 14 et 21, lundi 9, jeudi 19, vendredis 13 et 20 à 20h, dimanche 8 et 15 à 16h

Le Monfort

Parc Georges Brassens, 106 rue Brancion

75015 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 56 08 33 88

www.lemonfort.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Banque centrale »
    Quel est le rôle d’une Banque Centrale ? Comment se fait-il que les États ne puissent plus lui emprunter comme ils le faisaient, il n’y a pas si longtemps ? Et d’ailleurs qui crée la monnaie ? D’où... Lire la suite (19 janvier)
  • "Moi et François Mitterrand"
    "Moi et François Mitterrand", dont la critique, quand cela se jouait au Rond-point est ici : "Moi et François Mitterrand" de Hervé Le Tellier. est reprise à partir du 25 janvier, du mardi au samedi... Lire la suite (18 janvier)
  • « Le temps et la chambre »
    Dans cette pièce mystérieuse de Botho Strauss, il y a une femme, Marie Steuber. Dans la chambre où Olaf est assis dans un fauteuil, Julius raconte à son ami ce qu’il voit dans la rue par la fenêtre et... Lire la suite (16 janvier)
  • « Hôtel Feydeau »
    C’est à la fin de sa vie, au moment où après son divorce il vit à l’hôtel, que Feydeau écrit ces quatre pièces en un acte ( On purge bébé, Feu la mère de Madame, Mais n’te promène donc pas toute nue et... Lire la suite (16 janvier)
  • « Grand Symposium : tout sur l’amour »
    Le mot amour en Français renvoie à des réalités multiples, l’amour de ses parents, le sentiment amoureux, l’amour de la patrie, l’amour mystique. Les Grecs avaient plusieurs mots pour désigner les... Lire la suite (15 janvier)