Autour du Jazz

Légendes européennes du jazz. (Suite et pas fin) Michel Portal ; Miroslav Vitous

La revue « Jazzthing » traque les jazzmen – peu de femmes en vérité – qui peuvent garnir son tableau de légendes européennes du jazz. Deux nouveaux albums, respectivement 7e et 8e d’une collection qui devrait désormais en compter 16 (voir mes recensions précédentes de cette collection) viennent s’y accrocher, réalisés comme à l’habitude en direct du théâtre Gütersloh. Michel Portal d’abord qui, en mars 2016 pour cet enregistrement, venait juste de passer le cap des 80 ans. Est-ce à cause de son âge qu’il a besoin d’un « Radar » - c’est le titre de cet album – pour plonger dans les ténèbres de son passé ?

Jazz : Portal et Vitous

L’interview qui termine le concert sur le CD, enregistrée à Paris, est inhabituelle. Il s’exprime en français – même pas en basque – et bénéficie de l’aide d’un traducteur à qui il ne laisse pas le temps de traduire. Une longue interview, près de 20 min qui arrive à se terminer brutalement. Décidément ce vieux jeune homme arrive aussi à déconcerter en parlant et en jouant du piano pour illustrer ses propos. Il se dit « plein de musique », incapable d’oublier Parker même lorsqu’il joue Mozart et la musique est toute sa vie même s’il a le tract et qu’après un concert il ingurgite une tonne d’aspirine.

L’intérêt de ce concert est tout entier dans la rencontre, en duo, avec le pianiste – compagnon habituel de Dave Liebman -, Richie Beirach, lui aussi féru de cette musique dite classique mais qui est aussi « contemporaine ». La suite « Esquisse" en 3 parties voit Portal passer de la clarinette au soprano et aux autres saxophones. Deux de ses compositions sont jouées par le WDR Big Band dont il est le soliste principal. Compositions étonnantes par leur apparente stature classique – là je parle du jazz – qui rappelle les Big Bands d’antan et de maintenant.

Jazz : Portal et Vitous

Le bassiste Miroslav Vitous, étourdissant virtuose, membre créateur de « Weather Report », né à Prague le 6 décembre 1947, a fait toute sa carrière aux États-Unis où il fut découvert par Miles Davis. Il tient la vedette de ce numéro 8, « Ziljabu Nights ». Il est en compagnie du pianiste turc Aydin Esen ici aux claviers, du batteur italien Roberto Gatto, de Gary Campbell et de Robert Bonisolo aux saxophones, respectivement étasunien et canadien. Une musique élaborée, pas toujours facile, mais le bassiste brille dans la reprise de « standards » qui terminent sa prestation.

Il dira, dans l’interview réalisée chez lui : « I can’t copy, because the original music in me is so strong, that it will always come out. I’m lucky », il est chanceux, il ne peut pas copier parce que la musique originale qui est en lui finit toujours par sortir et, il faut lui rendre cette justice, ce n’est pas entièrement faux.

Nicolas Béniès.

« Radar », Michel Portal et « Ziljabu Nights », Miroslav Vitous, « European Jazz Legends », Intuition/Jazz thing, distribués par Socadisc.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • Mémoires vivantes
    Frémeaux et associés proposent un travail de mémoire - doublé du plaisir de l’écoute – à travers trois parutions récentes. « De Manhattan à Saint-Germain-des-Prés » fait traverser une décennie... Lire la suite (13 octobre)
  • « Dreams and Daggers »
    D’abord une pochette étrange de ce double album Mack Avenue, écrite à la main et au design inhabituel, création de la dame qui ne se contente pas de chanter. Original mais pas très lisible pour le... Lire la suite (7 octobre)
  • "Live in San Francisco" Giulia Valle trio
    Giulia Valle, contrebassiste, cheffe d’orchestre et compositeure, mène une carrière des deux côtés de l’Atlantique. De ce côté-ci, elle incarne le nouveau du jazz de Barcelone, de la Catalogne et... Lire la suite (16 juillet)
  • "More Powerful" George Colligan,
    Le pianiste George Colligan fait partie de ces musiciens nécessaires. Il synthétise une grande partie de l’art de ce piano illustré par Chick Corea, Herbie Hancock, McCoy Tyner pour l’énergie avec... Lire la suite (16 juillet)
  • « Thelonious Monk, Les Liaisons dangereuse 1960 »
    S’en souvient-on ? Dans la fin des années 1950, les réalisateurs français de films appelés « noirs » faisaient souvent appel à des groupes de jazz pour la musique de leur film. La collaboration la plus... Lire la suite (2 juillet)