Actualité théâtrale

Au Théâtre Nanterre-Amandiers, jusqu’au 23 octobre

"Les acteurs de bonne foi" Texte de Marivaux. Mise en scène Jean-Pierre Vincent

Un tonitruant chant de coq accompagne le lever de rideau. D’autres animaux de la ferme se manifesteront bruyamment au long du spectacle. Nous sommes à la campagne et Eraste, qui courtise une Marianne acquise à son amour, n’hésite pas à la renverser dans la paille pendant que Blaise empile les galettes de fumier et que l’impertinente Lisette joue les mouches du coche. Merlin, lui s’est mis en tête de faire jouer par les jeunes paysans un impromptu, ce qui ravit Madame Hamelin la citadine car elle aime le théâtre, mais contrarie la bourrue madame Argante qui ne voit dans tout cela que futilités. Madame Hamelin qui ajoutera au prétexte de la pièce de Merlin, l’annonce du prochain mariage d’Eraste avec Madame Araminte…
"Les acteurs de bonne foi" n’a pas été jouée du vivant de Marivaux. Elle a longtemps été ignorée avant de connaître de nombreuses mises en scène depuis une soixantaine d’années.
Jean-Pierre Vincent découvrit ce texte en 1970 avec son compère Jean Jourdheuil et cette découverte fit l’objet à l’époque d’une brève aventure théâtrale.
Si cette pièce très courte fut le plus souvent jouée accompagnée d’une autre pour atteindre une durée de spectacle normale, Jean-Pierre Vincent la propose seule sur le plateau de la grande salle des Amandiers de Nanterre.
Est-ce l’étirement du texte mais la lenteur des premièrs moments inquiète un peu. On cherche l’origine de ce manque de rythme, de cette nonchalance dont on se prend parfois à penser qu’elle n’est pas le fait d’un jeu manquant de vigueur, mais un désir du metteur en scène de lutter contre la pente naturelle du texte qui se prête aux facilités.
Il faut attendre les entrées tonitruantes de madame Argante (Annie Mercier), de madame Hamelin(Laurence Roy)et d’Araminte (Anne Guégan) pour que le spectacle décolle, trouve son rythme et devienne une irrésistible et brillante comédie. Car c’est l’impression qui reste, celle d’une mise en scène heureuse et inventive. Fallait-il passer par ce premier quart d’heure un peu flâneur pour mieux livrer tout à coup le texte à son potentiel de drôlerie et donner un spectacle qui ravit le public…
Francis Dubois

Théâtre Nanterre-Amandiers
7 avenue Pablo-Picasso 92 022 Nanterre
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 46 14 70 00
www.nanterre-amandiers.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La putain du dessus » Une pièce d’Antonis Tsipianitis
    « La putain du dessus » d’Antonis Tsipianitis, une pièce qui connaît un très grand succès en Grèce, retrace le destin d’une femme née dans une petite ville industrielle du nord-ouest du pays. Jeune,... Lire la suite (21 octobre)
  • « Pièce en plastique »
    Dans cette pièce écrite en 2015, Marius von Mayenburg met en scène une famille, bien installée socialement, dont il excelle à montrer les rêves avortés, les contradictions, les frustrations et le mal... Lire la suite (20 octobre)
  • « Le poète aveugle »
    Jan Lauwers appartient à une génération d’artistes reconnus dans toute l’Europe, qui réinvente une écriture où se mêlent théâtre, musique, installation et danse. C’est la première fois qu’il est invité à La... Lire la suite (20 octobre)
  • « Haskell Junction »
    C’est à l’occasion d’un voyage au Canada, où il découvre la ville de Stanstead installée sur la frontière canado-étasunienne que Renaud Cojo a l’idée de cette pièce. À l’heure où des migrants poussés par... Lire la suite (19 octobre)
  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)