Actualité théâtrale

Théâtre La Bruyère à partir du 3 février 2016

"Les cavaliers" d’après le roman de Joseph Kessel. Adaptation d’Eric Bouvron. Mise en scène d’Eric Bouvron et Anne Bourgeois

Le jeune cavalier Ouroz participe au plus important tournoi d’Afghanistan, le Bouzkachi du roi. Alors que ses qualités équestres le donnent gagnant, la chute de son cheval se soldera par une mauvaise fracture de la jambe.

Ne pouvant poursuivre la compétition à cause de sa blessure, il doit retourner dans sa province et faire face à son père, le grand Toursène qui détient la fierté et la gloire d’une famille.

Théâtre : les cavaliers

En adaptant pour la scène le roman de Joseph Kessel, Eric Bouvron engageait un véritable défi.

Comment transcrire sur un plateau de théâtre les longues chevauchées, rendre crédible dans un espace réduit, l’aventure à travers les steppes afghanes et le périlleux voyage initiatique du fougueux et fier Ouroz.

Eric Bouvron et Anne Bourgeois s’y prennent de la façon la plus simple qui soit. Les impressionnantes montures qui cavalcadent seront figurées par des tabourets et il ne restera plus aux cavaliers de théâtre, par la magie d’une gestuelle inspirée du jeu d’enfant mais ici élaborée, précise et habilement chorégraphiée, qu’à mimer la cavalcade.

L’effet est stupéfiant.

Si le travail de découpage du roman crée l’illusion sans le recours au moindre effet, les acteurs, en passant d’un personnage à l’autre avec une économie de gestes et d’accessoires vestimentaires, atteignent de la même façon au domaine de la magie.

La fougue et la passion qui traversent le roman d’aventures de Joseph Kessel sont rendues grâce à l’ingéniosité, l’inventivité de la mise en scène, sa vigueur, son rythme soutenu et une très solide interprétation.

Un plateau dépouillé, des éléments de décor se limitant à quelques tabourets et un rideau utilisé pour des transparences dont la mise en scène n’abuse pas, laissent le champ libre à des confrontations de personnages, des changements de costumes presqu’imperceptibles, à des moments d’aventures épiques ou à une séquence de combat magnifiquement chorégraphiée qui révèle par sa perfection, le travail ciselé d’une mise en scène d’apparence modeste.

Voilà une très bonne surprise et le public ne s’y trompe qui afflue chaque soir et qui applaudit l’efficacité de la transposition, l’ingéniosité de la mise en scène et les performances de comédiens époustouflants.

Francis Dubois

Théâtre La Bruyère 5 rue La Bruyère 75 009 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative 01 48 74 76 99

www.theatrelabruyere.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Dans un canard »
    Gégé était le fondateur de l’entreprise. Il comptait peu d’amis et on a retrouvé son corps ligoté à son scooter, au fond d’un canal. Il a laissé une veuve mais rares furent ceux qui l’ont regretté. A... Lire la suite (30 avril)
  • « Les Peintres au charbon »
    En 1934, au Royaume-Uni, des mineurs se voient, dans un cadre syndical, proposer des cours d’initiation à l’art. Certains auraient préféré un cours d’économie mais il n’y avait pas de professeur... Lire la suite (30 avril)
  • « Songes et métamorphoses »
    Guillaume Vincent a associé au Songe d’une nuit d’été de Shakespeare des extraits des Métamorphoses d’Ovide, d’une part dit-il parce que les références au texte d’Ovide sont nombreuses dans Le s... Lire la suite (27 avril)
  • « L’abattage rituel de Gorge Mastromas » de Dennis Kelly.
    Gorge a eu, dans son enfance, une période perturbée par ses fluctuations amicales à l’égard de son voisin de pupitre et ami, Paul, leader de la classe. Ce qui ne l’a pas empêché, parvenu à l’âge... Lire la suite (26 avril)
  • « La chose commune »
    Avec ses espoirs d’une nouvelle société plus juste, plus libre, où les femmes auraient enfin droit à la parole au même titre que les hommes, plus démocratique aussi et avec sa fin tragique, qui a sonné... Lire la suite (24 avril)