Des valeurs

Les défis de l’éducation

Réduire les inégalités sociales et culturelles, construire une culture commune exigeante qui prenne en compte la diversité des élèves et de leurs cultures, et permette à chacun de se construire,offrir une formation initiale forte et le développement d’une formation tout au long de la vie débouchant sur des qualifications et des diplômes , tels sont aujourd’hu les défis de l’éducation.

Après avoir répondu, dans une large mesure, aux exigences de démocratisation grandissantes pendant 20 ans, le système éducatif peine à poursuivre le mouvement depuis le milieu des années 90.

Du fait des inégalités sociales et culturelles, les conditions de l’égalité face à l’École ne sont pas réunies. Au lieu de réduire ces inégalités, l’École, en raison des choix politiques et budgétaires opérés, notamment ces dernières années, tend à les reproduire, voire à les aggraver. Les taux d’accès aux filières de formation dont les hiérarchies perdurent, sont inégalement distribués en termes sociaux et de genre. En ce sens, l’École ne répond pas aux attentes des milieux populaires, et est parfois même vécue comme un rouage de relégation. Les lois Fillon, Borloo, Villepin marquent une régression sans précédent de l’Ecole. Elles consacrent le renoncement à réduire ces inégalités. Pire, elles organisent leur aggravation par un tri social précoce.

L’École doit aussi répondre à un défi culturel, celui de construire une culture commune exigeante qui prenne en compte la diversité des élèves et de leurs cultures, et permette à chacun de se construire. Une société en pleine mutation, ouverte sur le monde et de plus en plus complexe, et où l’École n’a plus le monopole de la diffusion du savoir, impose un niveau de culture toujours plus exigeant et des qualifications de plus en plus élevées.

Une formation initiale forte et le développement d’une formation tout au long de la vie débouchant sur des qualifications et des diplômes sont des enjeux cruciaux qui justifient pleinement de porter à 18 ans l’âge de la scolarité obligatoire. En finir avec les sorties sans qualification qui concernent encore 60 000 jeunes chaque année, améliorer l’accès aux bacs, porter à 50 % la part des diplômés à bac +3 sont des objectifs incontournables. Le second degré qui a déjà montré ses capacités à élever le niveau de qualification du pays peut y contribuer de manière décisive. Encore faut-il qu’il en ait les moyens.

L’investissement financier dans l’Ecole doit être porté à la hauteur de ces enjeux. Le SNES propose que la part du PIB affecté à la Dépense Intérieure d’Education soit portée à terme à 10% et dans un premier temps porté de 6,9% au niveau qui avait été atteint en 1995 (7,6%). Une telle évolution permettrait un changement de cap aujourd’hui indispensable pour un second degré qui vient de perdre en 5 ans plusieurs dizaines de milliers de postes.

Il faudra en même temps prendre appui sur des personnels recrutés en nombre, avec une conception exigeante de leurs métiers, qui doivent être rendus plus attractifs, par des conditions de travail améliorées et des salaires revalorisés, leur garantir une formation initiale et continue solide parce que leurs métiers se sont complexifiés et nécessitent un haut niveau de qualification et d’expertise. Les améliorations que nous revendiquons pour nos métiers supposent l’arrêt du recrutement de nouveaux précaires et la mise en œuvre d’un plan de titularisation.

L’école peut faire réussir tous les élèves. Il ne s’agit pas de s’en tenir à préparer « l’employabilité » de l’individu, mais bien de lui donner tous les moyens de son plein épanouissement professionnel, personnel, social et de citoyen, de le rendre acteur de son propre devenir et de celui de la société.
C’est ce projet éducatif ambitieux que doit porter le SNES.

Autres articles de la rubrique Des valeurs

  • L’aspiration à une autre société
    L’ aspiration profonde à une société plus juste, plus égalitaire, plus solidaire, plus respectueuse de l’environnement,nécessite de remettre à plat les problèmes auxquels est confrontée notre société et... Lire la suite (Avril 2008)
  • Faire progresser la démocratie
    La démocratie suppose des droits et un haut niveau de garantie des libertés publiques, un véritable « dialogue social ». Ce ne sont pas les les outils d’une démocratie représentative qui manquent dans... Lire la suite (Avril 2008)
  • Droits des élèves
    Les enfants et les jeunes scolarisés doivent bénéficier pleinement de leurs droits : droit imprescriptible à l’éducation, droit à la protection de la vie privée, droits de réunion, liberté d’expression... Lire la suite (Février 2008)