Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Arnaud et Jean-Marie Larrieu (France)

"Les derniers jours du monde" Sortie en salles le 19 août

Alors que les signes avant coureurs d’une fin du monde se multiplient et que la menace d’extermination générale se précise, Robinson, un quarantenaire instable décide de quitter sa femme pour suivre une jeune femme qui a la silhouette et le charme de l’apparition. Ce coup de foudre flamboyant va l’entraîner sur les routes de France et d’Espagne.
Arnaud et Jean-Marie Larrieu appliquent à ce road-movie singulier les thèmes de leurs précédents films : les rencontres insolites ou décalées, la liberté, le désir, les digressions audacieuses. La construction de ce film nomade aurait sans doute, pour vraiment convaincre, nécessité plus de rigueur et de concision, une narration plus resserrée et non cet étirement du récit qui laisse au lieu d’un sentiment de liberté, une impression de fouillis ou d’imprécision. Très vite les pérégrinations de Robinson deviennent lassantes, incompréhensibles ou incohérentes. Le personnage recherche-t-il la liberté extrême dans un contexte extrême ? Le film serait alors l’histoire d’un combat qui consiste à abattre tous les obstacles qui se dressent. Ou bien cherche-t-il à nier la gravité du danger qui menace le monde ? SNES_LesDerniersJours
Le film semble par moments atteindre son objectif au hasard d’une scène fulgurante, décalée ou drôle, ou quand la vie ordinaire, les préoccupations intimes du héros se heurtent aux images insolites d’une destruction collective qui prennent une dimension futuriste mais sans jamais trouver une vraie justification narrative.
Une direction d’acteurs approximative ne clarifie pas les choses. Mathieu Amalric promène un regard écarquillé, Karine Viard semble sans cesse à la recherche de son personnage et Sergi Lopez n’est pas très convaincant en chanteur d’opéra gay. Seule Catherine Frot qui sait bien faire les demi bécasses-pot-de-colle est convaincante…
Arnaud et Jean-Marie Larrieu seraient-ils allés se fourvoyer dans un sujet qui n’était pas pour eux ou bien ont-ils fait le choix volontaire de faire un film hésitant qui ne trouverait jamais son vrai chemin ? Est-ce là ce qu’il faut chercher pour trouver au film ce charme qui, parfois transparaît ?
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • "Corps et âme"
    Maria est la nouvelle responsable-qualité recrutée par une entreprise d’abattage de bêtes dont Endre est le directeur financier. Lorsque Maria, personnage inhibé et solitaire, voit apparaître en... Lire la suite (22 octobre)
  • « Brooklyn Yiddish »
    Menashé habite et travaille dans le quartier juif ultra orthodoxe de Brooklyn. Modeste employé dans une épicerie, il a du mal à joindre les deux bouts. Cependant, après la mort de sa femme, il... Lire la suite (22 octobre)
  • « Mémoires d’un condamné »
    Jules Durand, docker-charbonnier au port du Havre et syndicaliste modéré, est condamné à mort en novembre 1910 pour un crime qu’il n’a pas commis. « Le Dreyfus des ouvriers » sera innocenté par la cour... Lire la suite (21 octobre)
  • « Tous les rêves du monde »
    Pamela est une jeune fille portugaise de la deuxième génération. Elle vit en France et elle est parfaitement intégrée à la société française. Cependant, très attachée à sa famille restée fidèle à la... Lire la suite (20 octobre)
  • « Laissez bronzer les cadavres »
    Au bord de la Méditerranée, en plein été, sous un soleil de plomb. Pour cacher leur butin, deux cent cinquante kilos d’or en barre, fruit de l’attaque d’un fourgon, Rhino et ses comparses ont trouvé... Lire la suite (15 octobre)