Budget et rentrée 2018

Les enjeux de la rentrée 2017 Des emplois pour des priorités multiples

La répartition entre les académies des postes d’enseignants, de CPE et de personnels médicaux sociaux a été présentée le 15 décembre dernier au comité technique ministériel. L’occasion pour la ministre de vanter, comme l’an passé, « un effort sans précédent ».

Le ministère a beaucoup communiqué autour de l’engagement de F. Hollande de créer 60 000 emplois dans l’éducation : 60 000 emplois budgétaires sur le quinquennat sont effectivement inscrits sur le papier, à l’unité près (en intégrant opportunément 2150 emplois d’AED sur 2016 jusqu’alors jamais comptabilisés).

Sur le terrain, après les 80 000 suppressions du quinquennat précédent et alors que la démographie est en hausse constante depuis 5 ans dans le second degré, ces moyens s’avèrent très insuffisants pour prendre en charge correctement les élèves et étudiants des collèges et des lycées.

A titre d’exemple, la part des classes de lycées du public comptant de 35 à 39 élèves est passée entre 2012 et 2015, 25% à 41 %, la moyenne du nombre d’élèves par classe passant de 28,3 à 30. En collège, les moyens attribués au nom de la mise de place de la réforme n’ont permis aucune amélioration des conditions d’encadrement et d’étude des élèves, au contraire.

De plus, un nombre important des postes créés n’ont pas été implantés dans les académies du fait de la crise du recrutement particulièrement vive dans certaines disciplines (43 % des postes au concours non pourvus en allemand, 54 % en lettres classiques, 26,5 % en maths par exemple).

Dans le second degré public : + 4 400 moyens d’enseignement, + 41 650 élèves

Pour la rentrée 2017, dans le second degré public, sur les 11 662 emplois supplémentaires attribués au ministère de l’éducation nationale, 4 400 emplois d’enseignants titulaires sont créés pour répondre à de multiples priorités.

En dernière minute et suite à la forte mobilisation des lycées pour défendre une rénovation de la carte de l’éducation prioritaire des lycées, la ministre a annoncé une « dotation exceptionnelle » de 450 emplois d’enseignants pour les lycées concentrant le plus de difficultés.

Le ministère dit vouloir consacrer une part importante de ces moyens à « la poursuite de la mise en œuvre de la nouvelle grille issue de la réforme du collège », de l’ordre de 2 000 emplois sur les 4 000 emplois annoncés au départ. Mais le bilan des moyens effectivement consacrés en 2016 à cette réforme n’a jamais été fait.
Troisième priorité : « Mettre en œuvre le plan 500 nouvelles formations en lycée professionnel par la création de 1 000 postes dans les établissements qui les accueilleront » dit le site du ministère. Le document du CTM indique que ces 500 formations concerneraient aussi des BTS.

Et puis, il faudra couvrir les besoins liés à l’augmentation à nouveau forte des effectifs d’élèves, évaluée à cette date à +41 650 élèves (et plus importante que la hausse observée à la rentrée dernière).

La répartition entre les académies est faite sur ces bases et c’est en gestion dans les académies que se feront les derniers arbitrages entre ces différentes priorités.
Il faut noter que c’est la première année depuis 2012 que le nombre d’emplois créés n’est constitué que d’emplois de titulaires : ils se traduiront donc par autant de postes à temps plein devant les élèves...si les recrutements le permettent. Ce qui est loin d’être gagné.

Sont prévus 250 emplois supplémentaires de CPE titulaires, là aussi pour la première fois depuis 2012.

Les crédits prévus pour les AED sont prévus à la baisse à hauteur de l’équivalent de 500 postes sur l’année …et là, cette situation est « oubliée » dans le fameux bilan !
Si les CA de préparation de rentrée n’ont pas formellement à se prononcer sur les moyens autres que les moyens d’enseignement, la préparation de rentrée doit être l’occasion de faire la clarté des postes attribués à l’établissement pour toutes les missions : vie scolaire, domaine médico –social, et de revendiquer avec les élèves et les parents les moyens indispensables à un encadrement correct des élèves.

Créations d’emplois budgétaires au ministère de l’Éducation nationale budget 2017

  • 4 311 enseignants titulaires dans le premier degré public
  • 4 400 enseignants titulaires dans le second degré public
  • 250 CPE titulaires
  • 1 351 AESH, 200 personnels médicaux sociaux
  • 150 personnels administratifs
  • 1 000 enseignants dans l’enseignement privé

Évolution et bilans des postes d’enseignement

voir le tableau à la page 2 du courrier de S1 n°4 du 14 janvier 2017.

Autres articles de la rubrique Budget et rentrée 2018

  • Vérifier son « État VS »
    L’État VS (ventilation du service) est le récapitulatif officiel du service d’enseignement. Il doit vous être soumis pour approbation et signature, avant transmission au rectorat, par le chef... Lire la suite (Septembre 2016)
  • Second degré : retour des suppressions d’emplois
    Les grandes orientations pour l’éducation nationale sont maintenant connues. Dans le second degré , 2600 emplois de stagiaires sont supprimés alors que, depuis 2009, les effectifs d’élèves ne... Lire la suite (18 octobre)
  • Conditions de rentrée 2017 : classes surchargées !
    Avec 50 000 élèves supplémentaires attendus à la rentrée 2017, le second degré a connu une nouvelle explosion de ses effectifs après l’augmentation de 43 000 de la rentrée précédente. Depuis 2009, les... Lire la suite (19 septembre)
  • Consignes de sécurité
    Après avoir publié conjointement le 29 juillet 2016, une « instruction relative aux mesures de sécurité dans les écoles et les établissements scolaires à la rentrée 2016 », les ministères de l’Éducation... Lire la suite (Août 2016)
  • Les enjeux de la rentrée 2016
    Dossier "Les enjeux de la rentrée 2016", extrait de l’US n°764 Des conditions de rentrée toujours dégradées Réforme du collège : résistance ! Programmes du collège - Devoirs de vacances Les enjeux de... Lire la suite (Août 2016)