Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

Histoires de Brighton

« Les hommes dépourvus de sentiments », Peter Guttridge

Peter Guttridge, ancien critique, s’est chargé de la chronique de Brighton. Nous avons rendu compte précédemment de « Promenade du crime », « Le Dernier Roi de Brighton » et « Abandonnés de Dieu ».

Polar : Guttridge
Dans ce nouvel opus, « Des hommes dépourvus de sentiments », se retrouvent quelques protagonistes des romans précédents notamment Bob Watts ou l’inspectrice Gilchrist. Mais ils ne sont pas les protagonistes essentiels même si leur rôle n’est pas secondaire. Le personnage principal est l’ami de Watts, Jimmy Tingley parti, par hasard, sur les routes de la vengeance pour y rencontrer l’horreur et susciter des souvenirs du musée des horreurs notamment la dictature de Pol Pot au Cambodge. Le tout arrosé de mercenaires et de tueurs cherchant, par tous les moyens, la fortune. Le pillage de musées laissés à l’abandon en est un, le trafic d’enfants un autre beaucoup plus lucratif.

Ces descriptions dessinent notre monde. Un monde malade. Tellement qu’il en est qui déterre les morts pour construire des bacchanales entre mortes et vivants pour s’approcher de la figure de notre monde, le mort vivant. Toutes ces trajectoires se rejoindront, comme il se doit, à Brighton. La succession des événements dans le même temps par le déplacement géographique permet à la fois de brouiller les pistes pour retrouver un fil conducteur. Aucun temps morts…

La fin mérite d’être citée : « Ne laisse pas le monde appartenir à ceux qui ne ressentent rien. »

Nicolas Béniès.

« Les hommes dépourvus de sentiments », Peter Guttridge, traduit par Jean-René Dastugue, Rouergue/Noir.

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

  • Dracula ou la croisade des Temps modernes. Essai sur la figure de l’étranger
    Un drôle de livre. Son titre a de quoi interroger "Dracula ou la croisade des Temps modernes" et son sous titre n’arrange rien "Essai sur la figure de l’étranger". Peut-on cerner l’argumentation de... Lire la suite (12 avril)
  • "Madame St-Clair, reine de Harlem"
    Fille d’une matrone débrouillarde et autoritaire, puis servante chez des Créoles blancs dont le fils lui fera connaître les dites "amours ancillaires" sans amour aucun, vagabonde à Fort-de-France où... Lire la suite (11 avril)
  • "Le sourire de Gary Cooper"
    Hollywood, usine à rêves ? La fabrique est en construction dans les temps de ce cinéma amoureusement qualifié de muet. Les immigrés sont légions et ne parlent pas « fluenty » la langue de Walt Whitman.... Lire la suite (5 avril)
  • "La petite fille au dé à coudre"
    Il était une fois une petite fille de 6 ans dans une grande ville dont elle ne connaît ni la langue ni la géographie. Son « Oncle » l’abandonne dans la journée dans une boulangerie où tout le monde... Lire la suite (1er avril)
  • À l’origine notre père obscur
    Coupable d’être femme La mystérieuse écriture de Kaoutar Harchi dépeint une inégalité et une violence originelles : celles subies par les femmes enfermées par leurs époux, leurs frères, leurs pères... Lire la suite (28 mars)