Actualité théâtrale

Jusqu’au 6 novembre au Théâtre de Poche Montparnasse

« Les jeux de l’amour et d’Offenbach »

1875. Une soprano et un baryton se retrouvent, par hasard, dans l’antichambre d’une imprésario-pianiste, pour une audition en vue de la prochaine tournée d’Offenbach aux États-Unis. Autrefois ils se sont aimés, puis se sont quittés pour d’autres amours. L’audition va être pour eux l’occasion de retrouver les musiques qui ont accompagné leur couple, des premiers émois aux trahisons et aux désenchantements. Vont-ils à nouveau se laisser séduire l’un par l’autre et partir ensemble pour cette tournée ?

Théâtre : les jeux de l'amour

Yves Coudray a imaginé ce scénario pour nous proposer un pot-pourri ou plutôt une mosaïque ou mieux un cocktail Offenbach. Parmi l’énorme quantité d’airs d’Offenbach, il a su faire des choix judicieux, puisant dans La Périchole, Les Brigands ou La vie Parisienne , mais aussi dans des pépites moins connues. Pour nous conter cette histoire, il a su trouver chez Offenbach toute la gamme des émotions qui accompagnent l’amour, de l’élan et du désir à son épuisement, des serments aux trahisons et à la rancune, tout ce par quoi sont passés Ernestine et Alfred. Il y a aussi trouvé un ton caustique ou tendre, amusé ou un peu cruel, tout ce qui fait la marque d’Offenbach.

Sur scène trônent un sofa et une chaise et, dans un angle, le piano sur lequel Nina Uhari accompagne les deux candidats. Edwige Bourdy et Jean-Michel Séréni allient qualité de voix et talent d’acteurs, rendant le spectacle très enlevé et drôle. Il faut le voir enchaînant les quiproquos tandis qu’elle illustre avec une emphase très travaillée les paroles de la Fiorella des Brigands . Il est en habit, elle en robe Second Empire. Ils retrouvent au fil des airs qui ont marqué leur carrière le souvenir de leur liaison, de la passion aux déceptions, mais aussi leurs routines de scène. Et en dépit du passage des années la séduction est encore là. Le spectateur sort du théâtre le sourire aux lèvres et la tête pleine de la musique d’Offenbach.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 19h, le dimanche à 17h30

Théâtre de Poche Montparnasse

75 boulevard du Montparnasse, 75006 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 50 60 67

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La putain du dessus » Une pièce d’Antonis Tsipianitis
    « La putain du dessus » d’Antonis Tsipianitis, une pièce qui connaît un très grand succès en Grèce, retrace le destin d’une femme née dans une petite ville industrielle du nord-ouest du pays. Jeune,... Lire la suite (21 octobre)
  • « Pièce en plastique »
    Dans cette pièce écrite en 2015, Marius von Mayenburg met en scène une famille, bien installée socialement, dont il excelle à montrer les rêves avortés, les contradictions, les frustrations et le mal... Lire la suite (20 octobre)
  • « Le poète aveugle »
    Jan Lauwers appartient à une génération d’artistes reconnus dans toute l’Europe, qui réinvente une écriture où se mêlent théâtre, musique, installation et danse. C’est la première fois qu’il est invité à La... Lire la suite (20 octobre)
  • « Haskell Junction »
    C’est à l’occasion d’un voyage au Canada, où il découvre la ville de Stanstead installée sur la frontière canado-étasunienne que Renaud Cojo a l’idée de cette pièce. À l’heure où des migrants poussés par... Lire la suite (19 octobre)
  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)