Actualité théâtrale

Jusqu’au 6 novembre au Théâtre de Poche Montparnasse

« Les jeux de l’amour et d’Offenbach »

1875. Une soprano et un baryton se retrouvent, par hasard, dans l’antichambre d’une imprésario-pianiste, pour une audition en vue de la prochaine tournée d’Offenbach aux États-Unis. Autrefois ils se sont aimés, puis se sont quittés pour d’autres amours. L’audition va être pour eux l’occasion de retrouver les musiques qui ont accompagné leur couple, des premiers émois aux trahisons et aux désenchantements. Vont-ils à nouveau se laisser séduire l’un par l’autre et partir ensemble pour cette tournée ?

Théâtre : les jeux de l'amour

Yves Coudray a imaginé ce scénario pour nous proposer un pot-pourri ou plutôt une mosaïque ou mieux un cocktail Offenbach. Parmi l’énorme quantité d’airs d’Offenbach, il a su faire des choix judicieux, puisant dans La Périchole, Les Brigands ou La vie Parisienne , mais aussi dans des pépites moins connues. Pour nous conter cette histoire, il a su trouver chez Offenbach toute la gamme des émotions qui accompagnent l’amour, de l’élan et du désir à son épuisement, des serments aux trahisons et à la rancune, tout ce par quoi sont passés Ernestine et Alfred. Il y a aussi trouvé un ton caustique ou tendre, amusé ou un peu cruel, tout ce qui fait la marque d’Offenbach.

Sur scène trônent un sofa et une chaise et, dans un angle, le piano sur lequel Nina Uhari accompagne les deux candidats. Edwige Bourdy et Jean-Michel Séréni allient qualité de voix et talent d’acteurs, rendant le spectacle très enlevé et drôle. Il faut le voir enchaînant les quiproquos tandis qu’elle illustre avec une emphase très travaillée les paroles de la Fiorella des Brigands . Il est en habit, elle en robe Second Empire. Ils retrouvent au fil des airs qui ont marqué leur carrière le souvenir de leur liaison, de la passion aux déceptions, mais aussi leurs routines de scène. Et en dépit du passage des années la séduction est encore là. Le spectateur sort du théâtre le sourire aux lèvres et la tête pleine de la musique d’Offenbach.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 19h, le dimanche à 17h30

Théâtre de Poche Montparnasse

75 boulevard du Montparnasse, 75006 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 50 60 67

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Songes et métamorphoses »
    Guillaume Vincent a associé au Songe d’une nuit d’été de Shakespeare des extraits des Métamorphoses d’Ovide, d’une part dit-il parce que les références au texte d’Ovide sont nombreuses dans Le s... Lire la suite (27 avril)
  • « L’abattage rituel de Gorge Mastromas » de Dennis Kelly.
    Gorge a eu, dans son enfance, une période perturbée par ses fluctuations amicales à l’égard de son voisin de pupitre et ami, Paul, leader de la classe. Ce qui ne l’a pas empêché, parvenu à l’âge... Lire la suite (26 avril)
  • « La chose commune »
    Avec ses espoirs d’une nouvelle société plus juste, plus libre, où les femmes auraient enfin droit à la parole au même titre que les hommes, plus démocratique aussi et avec sa fin tragique, qui a sonné... Lire la suite (24 avril)
  • « Le dernier chant »
    Tchekhov connaissait bien les acteurs et les actrices et il les aimait. Il n’ignorait rien de leur besoin de reconnaissance, de leur désir de briller, rien non plus de leurs fragilités, l’angoisse... Lire la suite (20 avril)
  • « L’histoire d’une femme »
    Une jeune femme traverse la rue. Un homme en vélo claque une main sur ses fesses et poursuit son chemin en éclatant de rire. Elle s’effondre. Des hommes s’agitent autour d’elle, cherchant un téléphone... Lire la suite (15 avril)