Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Ella Lemhagen (Suède)

"Les joies de la famille" Sortie en salles le 7 octobre

Le titre annonce une comédie et le début du film ne dément pas. Göran et Sven, un couple homosexuel s’installent dans un pavillon de la banlieue chic d’une ville de Suède. Les habitants très conventionnels de cette résidence protégée s’accommodent moyennement de ce nouveau voisinage inattendu même si la Suède est un des rares pays de la communauté européenne à avoir voté une loi autorisant le mariage gay.
Göran et Sven ont également déposé un dossier d’adoption et attendent avec impatience une réponse positive à leur demande. L’enfant dont ils auront la charge est bientôt annoncé. Mais une coquille s’étant glissée dans la fiche signalétique, ce n’est pas un garçon de quinze mois qui leur arrive mais un adolescent de quinze ans au passé déjà chargé…
Les pièges qui menacent le traitement de ce type de sujet sont nombreux et l’on craint fort, au début du film de s’être fourvoyés dans un divertissement plat. Les premières scènes, notamment celles de la garden-party au cours de laquelle Göran et Sven se présentent à leurs voisins sont du domaine de la comédie facile et l’on échappe ni aux bafouillages et regards gênés, ni aux apartés attendus… L’arrivée de Patrick, adolescent révolté ne donne pas plus de définition au film. Sinon que, provoquant l’éclatement du couple, elle fait par moments pencher l’histoire du côté du drame conjugal et ne révèle d’autres indications sur les personnages, notamment sur celui de Sven dont on apprend qu’il est alcoolique et que ce qu’il reproche entre autre à Patrick c’est d’appartenir à un milieu qu’il a fui… SNES_LesJoiesDeLaFamille
Puis, tout à coup, le film abaisse les cartes, nous révèle son vrai jeu. Toutes les réserves à propos d’un récit sans originalité s’estompent et le récit prend sa vraie coloration, celle d’une sorte de conte de fée prenant appui sur des arguments immédiatement modernes.
Et toutes les lignes de la narration convergent dans la direction d’un angélisme non dissimulé et non dépourvu d’émotion… Mais il serait réducteur de s’en tenir aux seuls faits. C’est vrai, le couple se rabiboche, c’est vrai l’adolescent se coule dans l’existence douillette, c’est vrai les voisins s’humanisent mais c’est la tonalité avec laquelle tout cela est traité qui opère une franche séduction et la scène finale est à la fois d’une irrésistible drôlerie et d’une grande profondeur.
"Les joies de la famille" est une comédie divertissante qui ne perd jamais de vue la gravité de son sujet.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Leçon de classes »
    Bratislava 1983. Au moment où le communisme s’achève. Maria Drazdechova, enseignante et membre du Parti, manipule sans états d’âme élèves et parents, pour tirer des bénéfices personnels de son pouvoir... Lire la suite (23 octobre)
  • "Corps et âme"
    Maria est la nouvelle responsable-qualité recrutée par une entreprise d’abattage de bêtes dont Endre est le directeur financier. Lorsque Maria, personnage inhibé et solitaire, voit apparaître en... Lire la suite (22 octobre)
  • « Brooklyn Yiddish »
    Menashé habite et travaille dans le quartier juif ultra orthodoxe de Brooklyn. Modeste employé dans une épicerie, il a du mal à joindre les deux bouts. Cependant, après la mort de sa femme, il... Lire la suite (22 octobre)
  • « Mémoires d’un condamné »
    Jules Durand, docker-charbonnier au port du Havre et syndicaliste modéré, est condamné à mort en novembre 1910 pour un crime qu’il n’a pas commis. « Le Dreyfus des ouvriers » sera innocenté par la cour... Lire la suite (21 octobre)
  • « Tous les rêves du monde »
    Pamela est une jeune fille portugaise de la deuxième génération. Elle vit en France et elle est parfaitement intégrée à la société française. Cependant, très attachée à sa famille restée fidèle à la... Lire la suite (20 octobre)